Objectifs

Lors d'une expertise pour une rente AI/AA chez des personnes présentant une atteinte similaire pour des raisons psychiques ou autres, les experts devraient parvenir à des évaluations similaires de la capacité de travail (concordance acceptable). Qui plus est, ils devraient être en mesure de distinguer les patients selon que leur capacité de travail est fortement, modérément ou faiblement réduite (fiabilité acceptable). Toutefois, il n'existe à ce jour aucune méthode permettant de «mesurer» et de définir de façon univoque la capacité de travail, qu'il s'agisse d'une capacité de travail partielle ou d'une incapacité de travail complète. Tant qu'une telle méthode n'aura pas été trouvée et établie, c'est le consensus professionnel qui fait autorité.

C'est à partir de ce constat que les études RELY ont débuté, en cherchant à améliorer ce consensus professionnel. A cette fin, elles ont élargi la procédure d'expertise actuelle en la dotant d'une orientation fonctionnelle.

L'étude RELY 1 a cherché à savoir si les psychiatres ayant suivi une formation en expertise à orientation fonctionnelle parvenaient à une reproductibilité (hyperonyme pour fiabilité et concordance) acceptable dans le cadre d'expertises AI réelles dans l'évaluation de la capacité de travail. Pour ce faire, la variable capacité de travail en Suisse est représentée sur une échelle allant de 100 % (points de pourcentage) de capacité de travail à 0 % (points de pourcentage). Les résultats intermédiaires de l'étude RELY 1 ont montré que ni la fiabilité visée ni une concordance acceptable n'ont été atteintes. Toutefois, l'expertise à orientation fonctionnelle a été très bien reçue tant chez les experts que chez les assurés. Selon nous, la faible reproductibilité est due au délai important qui séparait la formation de l'expertise, ainsi qu'au fait que la formation n'était pas assez intensive, de sorte que les nouvelles composantes de l'expertise à orientation fonctionnelle - structuration et standardisation - n'ont pas été prises en compte. Les résultats de l'étude RELY 1 correspondent ainsi plutôt à ce que l'on observe dans la pratique courante. [Barth 2017]  

L'objectif de l'étude RELY 2 était d'étudier la problématique de RELY 1 dans des conditions correspondant à notre planification initiale de l'étude, et incluant le feed-back des experts de RELY 1 après une formation plus longue et plus intensive en expertise à orientation fonctionnelle. La problématique pouvait donc être formulée de la façon suivante: les psychiatres arrivent-ils à une reproductibilité acceptable en matière d'évaluation de la capacité de travail après une formation plus intensive en expertise à orientation fonctionnelle et une mise en œuvre rapide dans le cadre d'expertises AI réelles ? En outre, on consignait la façon dont la personne assurée avait vécu l'expertise à orientation fonctionnelle.

Il convient de noter que l'étude ne permet PAS de vérifier dans quelle mesure l'évaluation de la capacité de travail ou de l'incapacité de travail est juste.