Le professeur Luigi Mariani en conversation avec un patient dans la salle d'attente du service de chirurgie

Offre

Le cerveau et la moelle épinière, également appelés "système nerveux central", contrôlent presque toutes les fonctions du corps. Les blessures ou les maladies du système nerveux central sont très variées et entraînent une grande diversité de symptômes. C'est pourquoi un diagnostic et un traitement précis et rapide de ces maladies par un personnel spécialisé sont importants et essentiels.

Notre clinique propose un large éventail d'examens et d'interventions neurochirurgicales sur le cerveau. Le traitement des blessures et des maladies de la colonne vertébrale et de la moelle épinière est assuré par la clinique de chirurgie spinale.

Offre de services

Dans le cadre de notre centre des tumeurs cérébrales, nous nous efforçons en principe de traiter nos patients dans le cadre d'un consensus interdisciplinaire. Cela signifie pour vous, en tant que patient, que votre "cas" est discuté dans notre conférence interdisciplinaire sur les tumeurs cérébrales et que vous vous voyez proposer une stratégie de traitement recommandée par toutes les disciplines spécialisées concernées. Outre la neurochirurgie, ces disciplines spécialisées comprennent notamment l'oncologie, la radio-oncologie, la neuroradiologie, la neuropathologie et la neurologie.

Les tumeurs traitées dans le cadre de cette consultation sont les suivantes :

  • les gliomes de bas grade et de haut grade
  • Méningiomes
  • Métastases cérébrales
  • Tumeurs malformatives
  • Lymphomes du système nerveux central
  • Tumeurs de la moelle épinière et des nerfs spinaux

L'élément central de la consultation est toujours l'entretien personnel. Dans ce cadre, toutes les mesures diagnostiques et thérapeutiques disponibles sont exposées et discutées, avec présentation des objectifs, des risques et des chances de succès. Lors de cet entretien, il est souvent très utile d'être accompagné de membres de la famille ou d'autres personnes proches, car cela permet d'examiner la situation sous un autre angle. La consultation spécialisée pour les tumeurs cérébrales est également disponible pour demander un deuxième avis.

39a8310e-8595-4d71-9363-f5a3f52dcf2d

PD Dr. Dominik Cordier

Leitender Arzt

Neurochirurgie

Afficher le profil

ff58eb3f-0290-49f2-b233-c211adf45c7c

Prof. Gregor Hutter

Leitender Arzt

Neurochirurgie

Afficher le profil

Une équipe spécialisée composée de neurochirurgiens, de spécialistes en hormonologie, d'oto-rhino-laryngologistes, d'ophtalmologues et de spécialistes en radiothérapie est à disposition pour conseiller les patients atteints de maladies de la base du crâne. Des conférences interdisciplinaires pour les tumeurs cérébrales (Hirntumor-Board) et spécialisées pour les tumeurs de l'hypophyse (Hypophyse-Board) permettent de définir une stratégie de traitement adaptée aux patients concernés.

Dans la consultation de la base du crâne ont lieu des consultations concernant :

  • Tumeurs de l'hypophyse
  • Méningiomes de la base du crâne
  • les schwannomes vestibulaires (neurinomes acoustiques)
  • Tumeurs plus rares de la base du crâne
  • Fuite spontanée de liquide céphalorachidien (rhinoliquorrhée)

Le patient ou la patiente est conseillé(e) sur les contrôles judicieux de l'évolution, les opérations transcrâniennes transnasales endoscopiques et microtechniques mini-invasives à la base du crâne (gouttière olfactive, loge hypophysaire, angle pontocérébelleux, foramen magnum) et les procédures adjuvantes comme la radiochirurgie stéréotaxique et la radiothérapie.

2ec24a0c-db83-4599-8c21-ee6e2859d761

Prof. Luigi Mariani

Chefarzt und Stv. Klinikleiter

Neurochirurgie

Afficher le profil

ba66536d-1d74-40a2-a441-329bf753f6c8

PD Dr. Michel Röthlisberger

Oberarzt

Neurochirurgie

Afficher le profil

f1598dff-4bc7-4990-a387-45a46f50c37d

Prof. Emanuel Christ

Leitender Arzt

Endokrinologie, Diabetologie & Metabolismus

Afficher le profil

4ce5bc09-a40d-4838-9fee-101eb9231d0b

Prof. Dr. Daniel Bodmer

Chefarzt

HNO Leitung

Une équipe spécialisée composée de neurochirurgiens, de neuroradiologues et de neurologues se tient à disposition pour conseiller les patients atteints de maladies vasculaires cérébrales. La conférence interdisciplinaire sur les maladies neurovasculaires (Neurovaskuläres Board) permet de définir une stratégie de traitement adaptée aux patients concernés.

Dans le cadre de la consultation neurovasculaire, des conseils sont donnés sur les sujets suivants :

  • anévrismes
  • Malformations des vaisseaux cérébraux (malformation artérioveineuse, fistule artérioveineuse durale)
  • cavernomes
  • Accidents vasculaires cérébraux

Le patient ou la patiente est conseillé(e) sur les contrôles judicieux de l'évolution, les traitements chirurgicaux et/ou endovasculaires des maladies vasculaires cérébrales et d'autres procédures comme la radiochirurgie stéréotaxique.

a91e232c-d2ea-4ace-b7ae-da0f0d016baa

Prof. Raphael Guzman

Chefarzt und Klinikleiter

Neurochirurgie / Pädiatrische Neurochirurgie

Leiter Innovations-Focus Pädiatrische Neurochirurgie

Afficher le profil

cb953464-66de-467b-96a0-f6a0d62eabda

Prof. Jehuda Soleman

Leitender Arzt

Neurochirurgie / Pädiatrische Neurochirurgie

Afficher le profil

Pour les conseils aux patients souffrant de troubles fonctionnels et d'hydrocéphalie, cette consultation permet de définir des stratégies de traitement adaptées individuellement aux patients concernés.

Dans le cadre de la consultation de neurochirurgie fonctionnelle et d'hydrocéphalie, les consultations portent sur les points suivants

  • la maladie de Parkinson, les tremblements essentiels, la dystonie et d'autres troubles moteurs pour lesquels un traitement par stimulation cérébrale profonde ("deep brain stimulation", DBS) est envisageable
  • typiquement dans le cadre d'une évaluation globale avant DBS par l'équipe multidisciplinaire de stéréotaxie fonctionnelle USB
  • névralgie du trijumeau (en tant que maladie distincte ou en tant que symptôme d'un trouble fondamental tel que la sclérose en plaques)
  • autres syndromes douloureux chroniques pouvant éventuellement être traités par neurochirurgie
  • hydrocéphalie
  • en particulier ce que l'on appelle l'hydrocéphalie à pression normale ou l'hydrocéphalie malrépressive.

Le patient est conseillé sur l'indication individuelle et le choix des options de traitement neurochirurgical possibles.

6aae7a23-b2e8-4058-8c3f-058229cc4a78

Dr. Ethan Taub

Kaderarzt

Neurochirurgie

Afficher le profil

Une équipe neurochirurgicale spécialisée dans les enfants est à votre disposition pour la consultation d'enfants atteints de maladies du cerveau ou de la moelle épinière. Dans le cadre de conférences interdisciplinaires, une stratégie de traitement individuellement adaptée est définie pour les patients concernés.

Dans le cadre de la consultation de neurochirurgie pédiatrique, des conseils sont donnés concernant

  • Neurochirurgie crânienne (tête)
  • Tumeurs cérébrales
  • Tumeurs de la calotte crânienne
  • hydrocéphalie (tête d'eau)
  • Kystes intracrâniens (neuro-endoscopie)
  • Problèmes de pression intracrânienne (pseudotumeur cérébrale, etc.)
  • Traitement chirurgical de l'épilepsie (traitement chirurgical ouvert/implantation de stimulateur du nerf vague)
  • Maladies cérébrovasculaires (maladies vasculaires du cerveau)
  • Traumatisme crânien
  • Malformations du crâne et du visage (craniosynostoses)
  • Encéphalocèle

Neurochirurgie pédiatrique spinale (colonne vertébrale et moelle épinière) :

  • Tumeurs de la moelle épinière
  • dysraphies spinales (myéloméningocèle, lipomes spinaux, lipomes du filum terminale, formations de fentes sur la moelle épinière)
  • traitement chirurgical de la paralysie cérébrale/spasticité (rhizotomie dorsale sélective à niveau unique, pompe/cathéter à baclofène)
  • problèmes de disques intervertébraux (hernie discale, rétrécissement du canal rachidien en cas de vertèbres coulissantes)
  • Malformation de Chiari et autres malformations de la jonction cranio-cervicale.

Nos consultations interdisciplinaires :

  • Consultation craniofaciale (en cas de craniosynostoses, en collaboration avec nos chirurgiens maxillo-faciaux)
  • consultation tonique (en cas de spasticité, en collaboration avec nos neuropédiatres et neuro-orthopédistes)
  • Consultation MMC (en cas de dysraphies, en collaboration avec nos neuropédiatres, néphrologues pédiatriques, neuro-orthopédistes et urologues pédiatriques)
  • Consultation de neuro-oncologie pédiatrique (en cas de tumeurs du cerveau et de la moelle épinière, en collaboration avec nos neuro-oncologues pédiatriques, neuropathologues, radiologues pédiatriques et neuropédiatres).

Les parents et l'enfant (ou les enfants) sont conseillés sur les contrôles judicieux de l'évolution et les traitements chirurgicaux des maladies neurochirurgicales pédiatriques ainsi que sur d'autres procédures.

Vous trouverez de plus amples informations sur le centre de neurochirurgie pédiatrique (USB-UKBB) sur notre site Internet et sur celui de l'UKBB.

a91e232c-d2ea-4ace-b7ae-da0f0d016baa

Prof. Raphael Guzman

Chefarzt und Klinikleiter

Neurochirurgie / Pädiatrische Neurochirurgie

Leiter Innovations-Focus Pädiatrische Neurochirurgie

Afficher le profil

cb953464-66de-467b-96a0-f6a0d62eabda

Prof. Jehuda Soleman

Leitender Arzt

Neurochirurgie / Pädiatrische Neurochirurgie

Afficher le profil

c11557bc-cb11-48a1-92cb-a038f8999200

Dr. Maria Lucia Licci

Oberärztin

Neurochirurgie / Pädiatrische Neurochirurgie

Pädiatrische Neurochirurgie

Les patients bénéficiant d'une assurance complémentaire ont en principe la possibilité de choisir librement leur neurochirurgien dans le domaine hospitalier. En ambulatoire, nous proposons également des consultations avec le médecin-chef ou le médecin-adjoint de votre choix, surtout lorsqu'un traitement chirurgical est envisagé.

Vous trouverez ci-dessous une description plus détaillée de l'éventail de nos traitements.

2ec24a0c-db83-4599-8c21-ee6e2859d761

Prof. Luigi Mariani

Chefarzt und Stv. Klinikleiter

Neurochirurgie

Afficher le profil

a91e232c-d2ea-4ace-b7ae-da0f0d016baa

Prof. Raphael Guzman

Chefarzt und Klinikleiter

Neurochirurgie / Pädiatrische Neurochirurgie

Leiter Innovations-Focus Pädiatrische Neurochirurgie

Afficher le profil

39a8310e-8595-4d71-9363-f5a3f52dcf2d

PD Dr. Dominik Cordier

Leitender Arzt

Neurochirurgie

Afficher le profil

ff58eb3f-0290-49f2-b233-c211adf45c7c

Prof. Gregor Hutter

Leitender Arzt

Neurochirurgie

Afficher le profil

cb953464-66de-467b-96a0-f6a0d62eabda

Prof. Jehuda Soleman

Leitender Arzt

Neurochirurgie / Pädiatrische Neurochirurgie

Afficher le profil

6aae7a23-b2e8-4058-8c3f-058229cc4a78

Dr. Ethan Taub

Kaderarzt

Neurochirurgie

Afficher le profil

Neurochirurgie vasculaire

La neurochirurgie vasculaire est une sous-spécialisation de la neurochirurgie qui s'occupe des maladies des vaisseaux cérébraux et les traite. Elle comprend en premier lieu le traitement des patients atteints de malformations vasculaires, d'attaques cérébrales et de sténoses carotidiennes.

Le traitement des maladies vasculaires à l'Hôpital universitaire de Bâle s'effectue dans un cadre interdisciplinaire, composé de neurochirurgiens vasculaires hautement spécialisés, de neuroradiologues interventionnels et de neurologues vasculaires. Notre institution est la seule en Suisse à disposer de neurochirurgiens doublement formés (neurochirurgie et neuroradiologie interventionnelle). Il en résulte une collaboration idéale entre les deux disciplines au quotidien ainsi que dans notre nouvelle salle hybride ultramoderne, où les interventions chirurgicales et endovasculaires peuvent être réalisées simultanément.

Les patients atteints de maladies neurochirurgicales vasculaires sont discutés chaque semaine de manière interdisciplinaire lors de notre colloque sur les AVC et nos spécialistes déterminent la meilleure option de traitement pour chaque patient. Les patients victimes d'une attaque cérébrale sont évalués et traités de manière efficace, rapide et professionnelle par notre Stroke Unit hautement spécialisée.

Un anévrisme est une protubérance en forme de poche qui se forme en raison d'une faiblesse de la paroi vasculaire. Cette faiblesse peut être congénitale ou acquise, en lien avec certaines maladies secondaires (comme l'hypertension).

La paroi à peau fine d'un anévrisme peut se rompre et provoquer une hémorragie cérébrale potentiellement mortelle (hémorragie sous-arachnoïdienne), ce qui peut entraîner des symptômes tels que des maux de tête violents et soudains, des déficits neurologiques tels que la paralysie ou même le coma. Les anévrismes qui ne se rompent pas ne provoquent typiquement aucun symptôme et sont généralement découverts par hasard lors d'une imagerie de la tête (anévrismes découverts incidemment).

Une rupture d'anévrisme avec hémorragie sous-arachnoïdienne représente une situation d'urgence maximale et le traitement comprend la fermeture de l'anévrisme et un suivi médical et neurochirurgical intensif de longue durée. En règle générale, les patients ont besoin d'un séjour stationnaire dans un centre de neuroréhabilitation après le traitement aigu. Un anévrisme incident n'est pas considéré comme une situation d'urgence et, selon la taille, la configuration et la localisation de l'anévrisme, celui-ci doit être soit obturé, soit suivi de près.

Le traitement de l'anévrisme peut être effectué soit de manière fermée (endovasculaire), soit à l'aide de microcathéters spéciaux et de spirales de platine (coiling), soit de manière ouverte par une opération (clipping). Le traitement est déterminé individuellement pour chaque patient par notre équipe neurovasculaire interdisciplinaire hautement spécialisée, composée de neurochirurgiens vasculaires et de neuroradiologues interventionnels.

Grâce à notre nouvelle salle d'opération hybride, équipée d'instruments endovasculaires, nous proposons des soins vasculaires de pointe. Nous pouvons compléter des opérations sur des vaisseaux cérébraux (comme le clipping) et vérifier immédiatement le résultat par voie endovasculaire ou même combiner des interventions ouvertes, chirurgicales et endovasculaires et les réaliser dans la même séance au bloc opératoire.

Les obstructions et les courts-circuits des vaisseaux sont appelés malformations artérioveineuses (MAV). Dans le cerveau, ces malformations sont souvent diagnostiquées dans l'enfance et chez les jeunes adultes (entre 20 et 30 ans). En règle générale, ces malformations sont congénitales et, dans environ 40 % des cas, une hémorragie cérébrale est le premier signe de la maladie. Mais la MAV peut aussi se manifester par une paralysie, des crises d'épilepsie ou des maux de tête.

Le traitement d'une MAV est déterminé individuellement pour chaque patient par notre équipe neurovasculaire interdisciplinaire hautement spécialisée, composée de neurochirurgiens vasculaires et de neuroradiologues interventionnels. Le traitement peut comprendre des mesures chirurgicales, endovasculaires ou radiothérapeutiques, ou une combinaison de toutes ces techniques.

Grâce à notre nouvelle salle d'opération hybride, équipée d'une instrumentation endovasculaire, nous proposons des soins vasculaires de haut niveau et à la pointe de la technologie. Nous pouvons compléter des opérations sur des vaisseaux cérébraux (comme l'occlusion de MAV) et vérifier immédiatement le résultat par voie endovasculaire ou même combiner des interventions ouvertes, chirurgicales et endovasculaires combinées et les réaliser dans la même séance au bloc opératoire.

Les cavernomes (hémangiomes caverneux) sont des malformations vasculaires généralement acquises du cerveau. Ils sont présents à 80% dans le cerveau et à 15% dans le cervelet ou le tronc cérébral.

Les cavernomes peuvent rester asymptomatiques toute la vie et sont alors souvent découverts par hasard à l'occasion d'une imagerie de la tête. Les cavernomes symptomatiques provoquent souvent des crises d'épilepsie, mais peuvent également entraîner des maux de tête chroniques, des hémorragies cérébrales et des déficits neurologiques focaux (paralysie, troubles du langage et autres).

Les cavernomes ne doivent pas toujours être traités immédiatement, mais s'ils sont découverts, ils doivent être contrôlés de près. En cas d'hémorragie cérébrale, de symptômes corrélés ou de croissance du cavernome, un traitement doit être envisagé. Le traitement consiste généralement en l'ablation chirurgicale du cavernome. Toutefois, cela n'est pas toujours possible et dépend de la localisation dans le cerveau.

Une attaque cérébrale se produit lorsque l'apport d'oxygène au cerveau est interrompu. Il en résulte une diminution de la circulation sanguine dans une ou plusieurs zones du cerveau, ce qui entraîne la mort des tissus et des cellules cérébrales. C'est ce que l'on appelle une attaque cérébrale, un accident vasculaire cérébral ou un AVC.

Les causes d'une attaque cérébrale peuvent être des occlusions vasculaires aiguës dues à la propagation de caillots sanguins (embolies), des rétrécissements de vaisseaux (sténoses), des infections, une pression intracrânienne élevée ou des hémorragies cérébrales. Mais un infarctus cérébral peut également entraîner une hémorragie secondaire dans le cerveau, ce que l'on appelle une attaque cérébrale hémorragique.

En fonction de la zone et du côté du cerveau touchés, différents symptômes apparaissent, comme par exemple des paralysies, des troubles de la parole, des troubles de la vision et une diminution de la vigilance pouvant aller jusqu'au coma. En cas d'attaque cérébrale, le temps nécessaire au traitement joue un rôle important. Pour que le processus allant de l'examen au traitement soit aussi rapide que possible, les patients victimes d'une attaque cérébrale sont traités dans notre Stroke Unit. Cette unité est spécialement aménagée pour les attaques cérébrales et est prise en charge par une équipe composée de neurochirurgiens, de neurologues et de neuroradiologues. Le patient bénéficie ainsi de la meilleure évaluation globale et du traitement le plus rapide possible.

Le traitement d'un AVC se fait principalement par voie endovasculaire, dans le but de rouvrir les vaisseaux obstrués ou rétrécis. Dans certains cas, une opération neurochirurgicale est nécessaire, notamment en cas de gonflement grave du cerveau provoqué par l'attaque cérébrale (infarctus malin) ou d'hémorragie cérébrale entraînant une augmentation de la pression intracrânienne. Dans de tels cas, une partie de la calotte crânienne est retirée afin de réduire la pression dans le cerveau et de permettre ainsi la survie du patient ou de la patiente, ou lorsque l'hémorragie cérébrale doit être évacuée par voie chirurgicale.

Une sténose de la carotide est un rétrécissement de l'artère carotide (carotide). En fonction du degré de rétrécissement, le risque d'attaque cérébrale est plus élevé. Si le degré de sténose est supérieur à 80 %, le risque annuel d'attaque cérébrale est d'environ 3 %.

La cause d'une sténose carotidienne est généralement une calcification des artères alimentant le cerveau. Ces calcifications sont notamment causées par le tabagisme, un taux de cholestérol élevé, l'hypertension, un âge avancé ou le diabète.

Une sténose carotidienne peut être asymptomatique et est alors découverte soit par hasard, soit lors d'examens de routine. Les sténoses carotidiennes symptomatiques entraînent souvent des déficits neurologiques de courte durée ("petit accident vasculaire cérébral", AIT ou PRIND), tels que des paralysies, des troubles de la parole ou de la vision, mais ceux-ci sont considérés comme des symptômes d'alerte avant une attaque cérébrale.

L'objectif du traitement en cas de détection d'une sténose carotidienne est d'éviter une attaque cérébrale. En fonction du degré de sténose et des symptômes, il existe un traitement conservateur (médicamenteux) ou un traitement invasif (chirurgical ou endovasculaire). Le traitement chirurgical consiste à enlever les calcifications (plaques) au niveau de la sténose et est appelé thrombendartériectomie. Le traitement endovasculaire consiste à dilater le vaisseau à l'aide d'un ballonnet avec ou sans mise en place d'un tube en maille métallique (stent) qui maintient le vaisseau ouvert. Les deux interventions sont réalisées à l'aide d'un neuromonitoring, c'est-à-dire que des mesures de l'activité cérébrale sont prises pendant l'opération afin de garantir une sécurité maximale pour les patients. Tous les patients atteints de sténose carotidienne sont discutés de manière interdisciplinaire lors de notre colloque hebdomadaire sur les accidents vasculaires cérébraux et nos spécialistes déterminent individuellement les meilleures options de traitement pour chaque patient.

Lésions cérébrales (traumatisme crânien)

Un traumatisme crânien désigne une lésion du crâne et des structures cérébrales, généralement causée par un accident ou une agression. L'ampleur d'un traumatisme crânien peut varier considérablement, allant d'une plaie par écrasement sans séquelles à une lésion ou une hémorragie cérébrale grave entraînant des lésions cérébrales et corporelles graves et permanentes.

Les traumatismes crâniens légers peuvent généralement être traités de manière conservatrice avec des médicaments analgésiques et du repos. Les traumatismes crâniens graves nécessitent le cas échéant une opération d'urgence pour sauver la vie, suivie d'un traitement médical intensif et d'une neuroréhabilitation de longue durée dans une clinique spécialisée.

Différents types d'hémorragies cérébrales peuvent survenir dans le cadre d'un traumatisme crânien. Certaines nécessitent une opération d'urgence pour sauver la vie, tandis que d'autres peuvent être traitées sans intervention chirurgicale. Les hémorragies consécutives à un traumatisme crânien sont classées en fonction de leur localisation anatomique.

Hémorragie épidurale : il s'agit d'une hémorragie entre l'os et les méninges dures (dure-mère). Il s'agit d'une déchirure d'un vaisseau sanguin artériel avec, en règle générale, une formation rapide d'une hémorragie. L'augmentation de la taille de l'hémorragie provoque une pression croissante sur le cerveau, ce qui peut entraîner des symptômes. L'élément typique est une brève perte de conscience sur le lieu de l'accident, suivie d'une récupération rapide. Si le saignement augmente au cours de l'évolution, une nouvelle opacification se produit, pouvant aller jusqu'au coma. Pour ces raisons, l'hémorragie épidurale nécessite souvent une opération neurochirurgicale d'urgence immédiate. L'opération consiste à ouvrir l'os, à retirer le saignement, à fermer le vaisseau qui saigne et à remettre l'os en place. Le pronostic est généralement très favorable en l'absence de lésions cérébrales concomitantes.

Hémorragie sous-durale aiguë : il s'agit d'une hémorragie récente entre les méninges dures (dure-mère) et la surface du cerveau. Les veines qui passent entre la dure-mère et le cerveau et qui se déchirent lors d'un traumatisme sont souvent à l'origine de l'hémorragie. En fonction de l'évolution dans le temps, on distingue les hémorragies sous-durales aiguës (récentes) et chroniques (anciennes). En cas d'hémorragie sous-durale aiguë, on observe généralement une hémorragie rapide avec pression sur le cerveau, de sorte qu'une décharge chirurgicale est souvent nécessaire. Comme ces cas s'accompagnent souvent de lésions cérébrales, le pronostic est moins bon et le taux de mortalité relativement élevé pour ce type d'hémorragie (30 à 80 pour cent). De même, le pronostic dépend fortement de l'âge des patientes et des patients. La seule thérapie possible pour les patients symptomatiques est l'opération immédiate avec évacuation de l'hémorragie. Dans le cadre de cette opération, il est souvent nécessaire d'enlever un gros morceau de la calotte crânienne. Dans la plupart des cas, ce morceau d'os n'est pas remis en place à la fin de l'opération, car les lésions cérébrales concomitantes entraînent souvent un gonflement important du cerveau au cours de l'opération.

Hémorragie sous-durale chronique : il s'agit d'une ancienne hémorragie entre les méninges dures (dure-mère) et le cerveau, qui s'accumule lentement pendant plusieurs semaines et ne peut souvent entraîner de symptômes qu'au cours de son évolution. Cette hémorragie se produit souvent chez les patients âgés après des blessures mineures. Les symptômes typiques sont des maux de tête, des changements de caractère, des troubles de la marche et des paralysies. Le traitement des hémorragies chroniques symptomatiques consiste en une intervention chirurgicale consistant à percer deux trous dans la calotte crânienne, à évacuer le sang et à laisser un drain en place pendant 24 à 48 heures. Le pronostic est favorable, bien qu'environ 10 pour cent des patients subissent une récidive de l'hémorragie (récurrence), ce qui entraîne généralement une nouvelle opération.

Hémorragie intracérébrale (hémorragie de contusion) : il s'agit de saignements directement dans le tissu cérébral. Les symptômes dépendent de la taille et de la localisation du saignement. Ces hémorragies sont généralement traitées sans opération, bien que les hémorragies volumineuses nécessitant une intervention chirurgicale puissent être nécessaires. Le pronostic dépend de l'âge du patient et de la localisation de l'hémorragie.

Les lésions par cisaillement du cerveau, également appelées "diffuse axonal injury" ou "shearing injuries", sont une forme spéciale de traumatisme crânien dont le pronostic est relativement mauvais. Les shearing injuries surviennent souvent lorsque la tête heurte des surfaces molles, comme le revêtement d'une voiture, car la force exercée sur de telles surfaces est uniforme sur le cerveau. Le modèle de blessure est donc diffus, c'est-à-dire réparti dans tout le cerveau, mais les différentes zones du cerveau ne sont que légèrement blessées et à peine visibles. Néanmoins, les blessures de cisaillement entraînent souvent de graves handicaps, car l'ensemble du cerveau est touché par la blessure. Un traitement chirurgical n'est nécessaire qu'en cas de gonflement généralisé du cerveau (œdème cérébral), mais les shearing injuries ne peuvent pas être traitées chirurgicalement.

Dans le cadre des traumatismes crâniens, les fractures de la calotte crânienne, également appelées fractures du crâne, ne sont pas rares. On distingue les fractures disloquées (c'est-à-dire déplacées), non disloquées, comminutives et calées. On distingue en outre les fractures ouvertes et les fractures fermées. La fracture de la base du crâne est une sous-forme particulière de fracture du crâne.

La plupart des fractures du crâne ne nécessitent pas de traitement chirurgical et peuvent être traitées de manière conservatrice avec des médicaments contre la douleur et du repos. Les fractures qui entraînent une lésion de la dure-mère ou du tissu cérébral, qui sont calées ou déplacées, nécessitent en général un traitement chirurgical. Les fractures de la base du crâne peuvent également être traitées de manière conservatrice en règle générale. Dans de rares cas, il peut y avoir une fuite de liquide céphalorachidien (LCR), auquel cas il faut procéder à un colmatage chirurgical.

Le pronostic des fractures du crâne dépend de la lésion cérébrale qui les accompagne. En l'absence de lésion cérébrale, le pronostic est très bon.

Tumeurs cérébrales

Les tissus anormaux qui se développent par division cellulaire incontrôlée et endommagent les tissus environnants sont appelés tumeurs. Les tumeurs cérébrales peuvent se développer à partir de tissus cérébraux (gliomes), de méninges (méningiomes), ou être des dérivés de tumeurs situées dans d'autres organes du corps (métastases cérébrales).

Les symptômes d'une tumeur cérébrale sont très variables et dépendent de la localisation de la tumeur et de sa taille. Souvent, les tumeurs cérébrales n'entraînent que peu de symptômes, en particulier les tumeurs qui se développent lentement et dans des régions cérébrales non fonctionnelles. Les signes possibles d'une tumeur cérébrale sont des maux de tête, des nausées, des vomissements récurrents, des changements de caractère, des signes de paralysie et des crises d'épilepsie.

Le traitement des tumeurs cérébrales est généralement chirurgical, l'objectif étant le plus souvent une ablation totale. En fonction de la localisation de la tumeur et de sa taille, une résection complète n'est parfois pas possible ou judicieuse. Dans de tels cas, une biopsie (à l'aiguille) est recommandée.

Tous les patients atteints de tumeurs cérébrales sont discutés dans le cadre de notre tumor board interdisciplinaire et un traitement individuel est défini pour chaque patient. Le suivi ultérieur a lieu dans le cadre de notre centre des tumeurs cérébrales, composé de neurochirurgien(ne)s, de neuro-oncologues et de neuro-radiothérapeutes.

La clinique neurochirurgicale de l'Hôpital universitaire de Bâle est très engagée dans la recherche sur les gliomes. Le professeur Luigi Mariani dirige, en plus de ses activités cliniques, un laboratoire de recherche sur les tumeurs cérébrales (Brain Tumor Biology Labor), où l'on étudie notamment la biologie des gliomes et où l'on développe d'éventuelles thérapies innovantes (par exemple, des immunothérapies).

Le professeur Gregor Hutter a obtenu un poste de professeur boursier du Fonds national suisse (FNS) et étudie avec son groupe de nouvelles thérapies contre les tumeurs cérébrales malignes.

Film sur le thème de la craniotomie à l'état de veille :

Les gliomes sont les tumeurs cérébrales les plus fréquentes chez les adultes. Ils se développent à partir des tissus de soutien (cellules gliales) du système nerveux. Certains types de gliomes peuvent apparaître dès l'enfance, d'autres ne se forment qu'à l'âge adulte. En principe, on distingue les gliomes de bas grade (low grade gliomas) et les gliomes de haut grade (high grade gliomas).

Les gliomes de bas grade :Ils sont appelés gliomes de grade II selon la classification de l'OMS. Ils apparaissent généralement chez des patients d'âge jeune ou moyen (typiquement entre 30 et 45 ans), mais peuvent également apparaître dès l'enfance. Les tumeurs de bas grade ont une croissance typiquement lente et entraînent donc des symptômes relativement tardifs et peu importants. La croissance lente permet au cerveau de transférer des fonctions importantes des zones cérébrales touchées par la tumeur vers d'autres régions saines du cerveau. Comme ces tumeurs se développent lentement et entraînent des symptômes mineurs, elles sont généralement découvertes relativement tard, lorsqu'elles ont déjà atteint une taille considérable. Typiquement, des crises d'épilepsie peuvent être les premiers signes de gliomes de bas grade. D'autres troubles non spécifiques tels que des maux de tête, un changement de caractère, de la fatigue, des vertiges, une démarche incertaine, des nausées et des vomissements sont également possibles. Un examen IRM permet de poser un diagnostic de suspicion et d'orienter le patient vers la neurochirurgie.

Le traitement consiste généralement en une ablation chirurgicale, d'une part pour réduire la pression dans le cerveau causée par la tumeur, et d'autre part pour obtenir un diagnostic histologique précis. Le taux de survie après résection est d'autant plus élevé que la résection est radicale. L'objectif de l'opération est donc d'enlever la tumeur le plus complètement possible sans porter atteinte aux fonctions de l'organisme (langage, motricité, etc.). Selon la localisation et la taille de la tumeur, il est possible de ne pratiquer qu'une résection partielle ou une biopsie (petit prélèvement de tissu). Comme il n'est pas rare que ce type de tumeur se développe à proximité ou à l'intérieur de centres cérébraux importants (p. ex. centre du langage, centre de la motricité, etc.), de nouveaux outils modernes sont utilisés, comme le microscope opératoire, la neuronavigation et le monitoring peropératoire. Pour les tumeurs situées à proximité du centre du langage ou de la vision, l'opération doit être réalisée en état d'éveil, car ces fonctions ne peuvent pas être contrôlées sur un patient endormi.

L'Hôpital universitaire de Bâle pratique régulièrement de telles interventions en état d'éveil ; il dispose à cet effet d'une équipe hautement spécialisée et spécialement formée pour ces interventions, composée de neurochirurgiens, de neuroanesthésistes et de neuropsychologues. En règle générale, la chimiothérapie et la radiothérapie ne sont pas utilisées en première intention pour les gliomes de bas grade, mais seulement si ceux-ci évoluent vers des gliomes de haut grade.

Le pronostic des gliomes de bas grade dépend de plusieurs facteurs. Des études nous ont appris que l'étendue de la résection est le facteur pronostique le plus important pour la survie à long terme. Un âge inférieur à 50 ans, un petit volume tumoral ainsi que des symptômes mineurs ont également une influence favorable sur le pronostic. De plus, les facteurs génétiques moléculaires (par ex. mutation du gène p53, mutation 1p19qLOH, mutation IDH, etc.) de la tumeur influencent le pronostic.

Gliomes de haut grade: Les deux tumeurs cérébrales les plus fréquentes sont le glioblastome (grade IV de l'OMS) et l'astrocytome anaplasique (grade III de l'OMS). Ces tumeurs apparaissent généralement entre 50 et 60 ans et se développent à partir des cellules de soutien du cerveau (appelées glies).

Selon la localisation de la tumeur dans le cerveau, différents troubles apparaissent. Une tumeur située à proximité du centre du langage entraîne des problèmes d'élocution, tandis qu'une tumeur située à proximité du centre du mouvement peut entraîner une perte de force. En outre, des troubles non spécifiques tels que des maux de tête, des crises d'épilepsie, une altération de la conscience, de la fatigue, des vertiges, une démarche incertaine, des nausées et des vomissements peuvent apparaître. Ces tumeurs entraînent typiquement un gonflement du tissu cérébral environnant, ce qui renforce la symptomatologie. C'est pourquoi un traitement médicamenteux à base de stéroïdes (Fortecortin), souvent administré en amont, permet d'atténuer les symptômes.

Ces opérations font également appel à de nouveaux outils modernes, comme le microscope opératoire, la neuronavigation et le monitoring peropératoire, ainsi qu'à la technologie de pointe de la fluorescence de la lumière bleue (5-ALA), qui nous aide à identifier et à retirer la tumeur de manière fiable. Avant l'opération, nous utilisons, selon les besoins, des techniques d'imagerie modernes telles que l'IRM fonctionnelle (IRMf), qui fournit de précieuses informations sur la localisation de la fonction vocale et des centres moteurs, ou un fibrotracking basé sur l'IRM, qui représente le trajet exact des voies nerveuses importantes en profondeur dans le cerveau. Après la résection chirurgicale de la tumeur, un traitement médicamenteux (chimiothérapie) et une radiothérapie (radiothérapie) supplémentaires sont généralement mis en place. Après l'évaluation tissulaire fine (histologique) définitive des tissus retirés, le plan de traitement individuel est défini dans le cadre du tumor board hebdomadaire de notre centre des tumeurs cérébrales.

Gliomes de haut grade: Gliomes de haut grade : Les deux tumeurs cérébrales les plus fréquentes sont le glioblastome (grade IV de l'OMS) et l'astrocytome anaplasique (grade III de l'OMS). Ces tumeurs apparaissent généralement entre 50 et 60 ans et se développent à partir des cellules de soutien du cerveau (appelées glies).

Selon la localisation de la tumeur dans le cerveau, différents troubles apparaissent. Une tumeur située à proximité du centre du langage entraîne des problèmes d'élocution, tandis qu'une tumeur située à proximité du centre du mouvement peut entraîner une perte de force. En outre, des troubles non spécifiques tels que des maux de tête, des crises d'épilepsie, une altération de la conscience, de la fatigue, des vertiges, une démarche incertaine, des nausées et des vomissements peuvent apparaître. Ces tumeurs entraînent typiquement un gonflement du tissu cérébral environnant, ce qui renforce la symptomatologie. C'est pourquoi un traitement médicamenteux à base de stéroïdes (Fortecortin), souvent administré en amont, permet d'atténuer les symptômes.

Ces opérations font également appel à de nouveaux outils modernes, comme le microscope opératoire, la neuronavigation et le monitoring peropératoire, ainsi qu'à la technologie de pointe de la fluorescence de la lumière bleue (5-ALA), qui nous aide à identifier et à retirer la tumeur de manière fiable. Avant l'opération, nous utilisons, selon les besoins, des techniques d'imagerie modernes telles que l'IRM fonctionnelle (IRMf), qui fournit de précieuses informations sur la localisation de la fonction vocale et des centres moteurs, ou un suivi des fibres basé sur l'IRM, qui représente le tracé exact des voies nerveuses importantes en profondeur dans le cerveau. Après la résection chirurgicale de la tumeur, un traitement médicamenteux (chimiothérapie) et une radiothérapie (radiothérapie) supplémentaires sont généralement mis en place. Après l'évaluation tissulaire fine (histologique) définitive des tissus retirés, le plan de traitement individuel est établi dans le cadre du tumor board hebdomadaire de notre centre des tumeurs cérébrales.

Les méningiomes sont généralement des tumeurs bénignes à croissance lente qui se développent à partir d'une couche (arachnoïde) des méninges. Selon la classification de l'OMS, les méningiomes sont classés en trois niveaux (grade I-III de l'OMS). Les méningiomes de grade I de l'OMS sont bénins, sont les plus fréquents et présentent une faible vitesse de croissance et un faible risque de récidive. Les méningiomes de grade supérieur (grade III de l'OMS) sont plus agressifs, mais beaucoup moins fréquents, et présentent une vitesse de croissance plus élevée, une tendance à l'infiltration des tissus environnants et un risque plus élevé de récidive. Les méningiomes de grade II de l'OMS sont considérés comme un stade intermédiaire entre les méningiomes de grade I et de grade III.

Les méningiomes apparaissent plus fréquemment à partir de 50 ans, les femmes étant environ deux fois plus touchées que les hommes.

La cause de l'apparition d'un méningiome reste inconnue. Les radiations ionisantes sont considérées comme un facteur de risque ; selon des études, les personnes exposées à des doses particulièrement élevées de radiations ont un risque nettement plus élevé (environ 6 à 10 fois) de développer un méningiome. La neurofibromatose de type 2 est un facteur de risque supplémentaire de développer un méningiome.

Le traitement des méningiomes symptomatiques ou des méningiomes dont la taille augmente au fil du temps consiste en une ablation chirurgicale aussi complète que possible. Les méningiomes de petite taille et non symptomatiques ne doivent pas être opérés, mais nécessitent un contrôle annuel par imagerie, car ils peuvent augmenter de taille au fil du temps. L'ablation complète de la tumeur signifie dans la plupart des cas la guérison du patient ou de la patiente. Dans les cas où l'ablation complète n'est pas possible (par exemple, lorsque la tumeur adhère à des vaisseaux importants ou à des zones du cerveau), la radiothérapie offre une bonne alternative pour réduire la croissance de la tumeur résiduelle.

Film sur la consultation préopératoire - méningiome :

Le schwannome vestibulaire est une tumeur bénigne des cellules de Schwann, les cellules de soutien des nerfs vestibulaires. Les symptômes se manifestent généralement par une perte d'audition unilatérale, des bourdonnements d'oreille (acouphènes) et/ou des troubles de l'équilibre. Malgré leur bénignité, ces tumeurs représentent, selon leur taille, un défi pour le traitement en raison de leur localisation délicate avec une relation très étroite avec le nerf auditif, le nerf facial (N. facialis) et souvent le tronc cérébral.

Pour les petites tumeurs, une attitude attentiste est possible. La croissance est contrôlée lors d'examens radiologiques réguliers par IRM. Les chances d'une opération visant à préserver l'audition sont toutefois nettement meilleures au stade précoce.

L'ablation chirurgicale avec surveillance de la fonction des nerfs crâniens par neuromonitoring est adaptée aux tumeurs de toutes tailles. Les petites tumeurs peuvent également être traitées par radiothérapie ciblée (radiochirurgie). Dans la plupart des cas, cela permet d'éviter que la tumeur ne continue à se développer. Les résultats et le taux de complications d'une opération et d'un traitement radiochirurgical sont en grande partie comparables. L'objectif du traitement chirurgical est l'ablation maximale de la tumeur tout en préservant les fonctions des nerfs crâniens (audition, mobilité du visage, équilibre et coordination). Une paralysie faciale représente un handicap important pour le patient ou la patiente, la préservation du nerf facial est donc une priorité absolue dans le traitement. La conservation de l'audition du côté atteint est possible dans environ la moitié des cas, mais cela dépend beaucoup de la taille et de la nature de la tumeur. Les troubles permanents de l'équilibre et les autres complications sont très rares et peuvent généralement être bien traités.

L'hypophyse est une glande de la taille d'un petit pois, suspendue à la surface inférieure de notre cerveau (hypophyse), qui régule l'ensemble de l'équilibre hormonal de notre corps. Environ une tumeur sur cinq du cerveau est une tumeur de l'hypophyse. Les tumeurs les plus fréquentes de l'hypophyse sont des adénomes, qui sont pratiquement toujours bénins. En fonction de leur taille, on distingue les petits micro-adénomes (<10 mm) des macro-adénomes plus importants (>10 mm). D'autres tumeurs plus rares de la région hypophysaire sont les craniopharyngiomes, les métastases, les kystes (appelés kystes de Rathke) ou les germinomes.

Les tumeurs de l'hypophyse provoquent des symptômes en raison de l'arrêt des fonctions hormonales, de la pression sur les nerfs optiques ou d'une surproduction d'hormones. En règle générale, les adénomes hypophysaires sont enlevés par le nez, par une voie transsphénoïdale dite mini-invasive. Certains adénomes hypophysaires sont initialement ou définitivement traités par des comprimés (typiquement les prolactinomes). D'autres tumeurs nécessitent un traitement chirurgical, réalisé sous assistance endoscopique par une équipe interdisciplinaire (neurochirurgie et ORL). Dans de rares cas, la tumeur doit être retirée par un accès à travers le crâne (craniotomie).

Tous les patients atteints de tumeurs de l'hypophyse sont discutés dans le cadre de notre conseil interdisciplinaire de l'hypophyse, composé d'oto-rhino-laryngologistes, d'endocrinologues, d'ophtalmologues et de spécialistes en radiologie, et un traitement individuel est défini pour chaque patient.

Les métastases cérébrales sont des rejets de cellules cancéreuses provenant d'autres organes. Ce sont les tumeurs les plus fréquentes du cerveau. Jusqu'à un tiers des patients atteints d'un cancer avancé développent des métastases cérébrales. Les métastases peuvent se trouver dans le cerveau, le cervelet, mais aussi sur les méninges. Dans jusqu'à 50 pour cent des cas, une seule métastase (singulière) apparaît, mais il peut aussi y avoir plusieurs métastases. Les métastases les plus fréquentes dans le cerveau proviennent d'un cancer du sein ou du poumon.

Les symptômes varient en fonction de la localisation de la métastase dans le cerveau. Elles peuvent provoquer des symptômes non spécifiques d'augmentation de la pression cérébrale (maux de tête, nausées, vomissements) ou des symptômes tels que des crises d'épilepsie, des paralysies ou des troubles de la parole. Parfois, les métastases cérébrales sont découvertes par hasard, sans qu'aucun symptôme n'apparaisse. En règle générale, les métastases sont diagnostiquées au moyen d'une IRM de la tête. Si l'on ne connaît pas d'autre cancer dans le corps (tumeur primaire), on recherche activement une tumeur primaire au moyen d'un scanner du thorax et de l'abdomen.

Les possibilités de traitement d'une métastase cérébrale sont l'ablation chirurgicale ou l'irradiation radiochirurgicale. En règle générale, ces deux méthodes sont complétées par un traitement médicamenteux (chimiothérapie). La décision de savoir quelle métastase opérer et quelle métastase traiter par radiochirurgie est prise individuellement dans le cadre du tumor board hebdomadaire de notre centre des tumeurs cérébrales.

Hydrocéphalie (tête d'eau)

Le liquide céphalorachidien (LCR) entoure le cerveau et la moelle épinière et s'écoule à travers les ventricules, qui se trouvent dans le cerveau. Jusqu'à 0,5 litre de ce liquide est produit chaque jour. Avec une teneur moyenne en liquide céphalorachidien d'environ 150 ml, le liquide céphalorachidien est donc entièrement transformé environ trois fois par jour. Le liquide céphalorachidien est produit dans le cerveau au niveau du plexus choroïde et s'écoule par les granulations de Pacchioni. Une surproduction ou des troubles de l'écoulement du liquide céphalorachidien peuvent entraîner une accumulation accrue et une stagnation du liquide céphalorachidien dans le système ventriculaire, ce que l'on appelle une hydrocéphalie. Les infections cérébrales, les tumeurs cérébrales, les processus de vieillissement, les hémorragies cérébrales ainsi que les malformations sont des causes typiques de l'hydrocéphalie. L'hydrocéphalie entraîne typiquement une augmentation de la pression à l'intérieur de la tête, ce qui provoque les symptômes.

Les symptômes typiques d'une hydrocéphalie sont des maux de tête, des nausées, des vomissements, des troubles de la mémoire, des troubles de la marche, des troubles de la fonction vésicale (incontinence), des troubles de la vision ainsi qu'une diminution de la conscience pouvant aller jusqu'au coma.

Le diagnostic est posé au moyen d'une imagerie de la tête (IRM ou scanner) et d'une éventuelle mesure de la pression intracrânienne par une ponction dans le dos (ponction lombaire).

Le but du traitement est de rétablir le flux normal de liquide céphalorachidien ou de créer un écoulement alternatif. Le traitement est généralement chirurgical. Dans la situation aiguë, on met en place ce que l'on appelle un drainage ventriculaire externe (DVE), ce qui permet au liquide céphalorachidien de s'écouler vers l'extérieur via un cathéter dans un système qui lui est relié. Sinon, si cela est possible, on supprime la cause qui entraîne l'hydrocéphalie (par exemple, on enlève la tumeur ou le kyste dans le ventricule). Si cela n'est pas possible, la création d'une voie d'écoulement alternative au moyen d'un shunt ventriculo-péritonéal (shunt VP) ou d'une intervention neuro-endoscopique (voir ci-dessous) est envisageable.

L'hydrocéphalie à pression normale, qui survient surtout à un âge avancé, se caractérise par une lente augmentation du volume de liquide céphalorachidien à l'intérieur du crâne sur une période relativement longue. La pression n'augmente pas ou très peu, car l'augmentation du volume du LCR s'accompagne d'une perte de masse cérébrale ; c'est pourquoi les symptômes apparaissent souvent de manière retardée et insidieuse. L'hydrocéphalie à pression normale se manifeste surtout par une perte de fonction du cerveau. La triade de Hakim, qui se caractérise par une démarche à petits pas et à large base, des troubles cognitifs ou de la mémoire et une incontinence, en est un exemple typique.

Comme la capacité de résorption du cerveau pour le liquide céphalorachidien est durablement perturbée, aucun traitement causal ne réussit. Le traitement de choix est l'implantation d'un shunt VP. Un cathéter en silicone est introduit dans le système ventriculaire à travers la voûte crânienne à l'aide de repères anatomiques ou d'ultrasons. Ce cathéter est relié à une valve qui contrôle le débit du liquide céphalorachidien en fonction de la pression dans la tête et qui peut être réglée de l'extérieur à l'aide d'un aimant, par le biais d'un réservoir sous-cutané qui permettra plus tard de ponctionner le système (par exemple pour examiner le liquide céphalorachidien).

De la valve, le cathéter est guidé sous la peau jusqu'à la cavité abdominale, où le liquide céphalorachidien est résorbé. En cas d'inflammation dans l'abdomen ou d'obstructions dues à des opérations antérieures dans l'abdomen, il existe une alternative consistant à dériver le cathéter dans le cœur (shunt ventriculo-auriculaire/VA-Shunt).

En cas d'hydrocéphalie malrépressive, la résorption du liquide céphalorachidien est perturbée alors que la production de liquide céphalorachidien n'est pas modifiée. Des hémorragies dans le cerveau, causées par des maladies vasculaires, des malformations vasculaires ou après un traumatisme crânien, une méningite ou une opération du cerveau, peuvent entraîner une hydrocéphalie malrespiratoire. La maladie de base augmente la teneur en produits sanguins et/ou en protéines dans le liquide céphalorachidien. Les voies d'écoulement du liquide céphalorachidien dans le système ventriculaire s'obstruent et/ou se collent, ce qui entraîne un déséquilibre entre la production et la résorption du liquide céphalorachidien et, finalement, une hydrocéphalie et une augmentation de la pression dans la tête. Dans de tels cas, le traitement de choix est également la mise en place d'un shunt VP.

L'hydrocéphalie occlusive est un trouble de l'écoulement du liquide céphalorachidien à l'intérieur des ventricules cérébraux. Les causes peuvent être des tumeurs, des cicatrices (en partie congénitales) ou des kystes dans ou à côté du système ventriculaire. Une cause supplémentaire est ce que l'on appelle la sténose de l'aqueduc. Dans cette pathologie, l'aqueduc, l'endroit le plus étroit du système ventriculaire, est rétréci ou fermé par une membrane (qui est généralement congénitale), ce qui entraîne une accumulation chronique de liquide céphalorachidien et une hydrocéphalie. Le traitement de l'hydrocéphalie occlusive est varié et dépend généralement de la cause.

En cas de tumeur ou de kyste, il est parfois possible de rétablir un flux normal de liquide céphalorachidien en procédant à l'ablation chirurgicale de la tumeur ou du kyste. Si l'ablation de la tumeur ou du kyste est jugée trop risquée ou impossible, une ouverture peu invasive au niveau du système ventriculaire (ventriculostomie endoscopique du troisième ventricule) permet de créer une dérivation pour le liquide céphalorachidien. Dans certains processus peu clairs, la troisième ventriculostomie endoscopique (guidée par caméra) peut être réalisée afin de traiter l'hydrocéphalie et de biopsier la tumeur par endoscopie au cours de la même intervention. La dernière possibilité est la mise en place d'un shunt VP si toutes les autres options ne sont pas possibles ou ont été épuisées.

Neurochirurgie fonctionnelle

La neurochirurgie fonctionnelle comprend le traitement chirurgical des états pathologiques neurologiques qui ne répondent pas - ou plus - suffisamment à un traitement purement médicamenteux. Il s'agit notamment des troubles moteurs involontaires comme le syndrome de Parkinson, les tremblements d'une autre origine (comme le tremblement essentiel ou un tremblement lié à une sclérose en plaques) ou la dystonie. Ces derniers sont généralement traités par ce que l'on appelle la stimulation cérébrale profonde (voir ci-dessous). Le traitement de syndromes douloureux tels que la névralgie du trijumeau ou les douleurs dorsales chroniques, qui sont traitées au moyen de stimulateurs de la moelle épinière ou de l'installation de pompes médicamenteuses dans la région de la moelle épinière, font également partie de la neurochirurgie fonctionnelle (effectuée par nos collègues de la chirurgie spinale). Enfin, le traitement chirurgical des maladies épileptiques fait également partie de la neurochirurgie fonctionnelle.

Le cinquième nerf crânien, le nerf trijumeau, sert à l'innervation sensitive du front et du visage et à l'innervation motrice des muscles masticateurs. La névralgie du trijumeau se caractérise par des douleurs dans la zone d'innervation sensible du nerf trijumeau. Les douleurs surviennent typiquement par crises et sont souvent déclenchées par la mastication ou le toucher. La qualité de vie du patient ou de la patiente est souvent très limitée en raison de l'intensité élevée de la douleur. Une compression du nerf trijumeau à sa sortie du tronc cérébral par un vaisseau cérébral pulsatile (appelé conflit neurovasculaire) ou par une tumeur peut être la cause d'une névralgie du trijumeau. D'autre part, la névralgie du trijumeau peut être idiopathique, c'est-à-dire sans cause claire, ou dans le cadre d'autres maladies nerveuses comme la sclérose en plaques.

Le diagnostic est généralement clinique, c'est-à-dire basé sur les symptômes décrits (sans examens complémentaires). Pour déterminer une cause possible (par exemple un conflit neurovasculaire ou une tumeur), une IRM de la tête est réalisée, ce qui influence le traitement correspondant. Si un processus est visible dans la région du nerf trijumeau (par exemple une tumeur ou un kyste), celui-ci est si possible enlevé chirurgicalement. Sinon, le traitement de la névralgie du trijumeau est avant tout médicamenteux (par exemple au moyen de carbamazépine (Tegreteol), de prégabaline (Lyrica) et/ou de gabapentine (Neurontin)).

Si le traitement médicamenteux ne permet pas de soulager la douleur de manière satisfaisante, un traitement invasif/chirurgical peut être envisagé. Il s'agit notamment de la décompression dite microvasculaire du nerf trijumeau, de l'infiltration de glycérol ou de la thermocoagulation. La décompression microvasculaire est surtout pratiquée lorsqu'un conflit microvasculaire est visible à l'IRM. Dans ce cas, le nerf trijumeau est représenté chirurgicalement par une ouverture du crâne (craniotomie) et le vaisseau qui pulse et comprime dans la région du nerf est localisé. Le vaisseau compressif est ensuite séparé durablement du nerf par un coussin de téflon. L'infiltration de glycérol ou la thermocoagulation du nerf trijumeau se fait sous anesthésie locale (le patient est éveillé), en salle d'opération.

Sous contrôle radiologique, l'espace dans lequel se trouve ce qu'on appelle le ganglion du nerf trijumeau (ganglion de Gasseri) est visité et ponctionné au moyen d'une aiguille à travers la joue. Dans le cas de l'infiltration de glycérol, le médicament glycérol y est appliqué localement et dans le cas de la thermocoagulation, un dommage thermique est provoqué par la chaleur sur le nerf. Cela vise à détruire les fibres douloureuses du nerf, ce qui entraîne un soulagement de la douleur. Ce traitement peut également être répété plusieurs fois.

La stimulation cérébrale profonde est utilisée pour traiter des maladies neurologiques telles que la maladie de Parkinson ou l'hémiballisme (formes particulières de maladies des ganglions du tronc, caractérisées par des mouvements très violents, involontaires et centrifuges des membres), qui ne peuvent pas être traitées de manière satisfaisante par un traitement médicamenteux. L'indication la plus fréquente est le syndrome de Parkinson. Avant de procéder à une stimulation cérébrale profonde, nos collègues neurologues tentent de stabiliser la maladie au moyen de médicaments. Dans certains cas, le traitement médicamenteux ne suffit pas et la stimulation cérébrale profonde est alors discutée. La stimulation cérébrale profonde est surtout utilisée lorsque les patients atteints de la maladie de Parkinson présentent de graves troubles moteurs ou de forts tremblements malgré un bon traitement médicamenteux et qu'ils ne présentent pas de graves problèmes cognitifs ou comportementaux. Dans ce cas, le/la patient(e) est adressé(e) par le/la neurologue traitant(e), après un examen approfondi, à notre consultation des troubles du mouvement pour la planification de la stimulation cérébrale profonde.

La stimulation cérébrale profonde est une intervention chirurgicale. Elle consiste à placer de petites microélectrodes au millimètre près dans une région profonde du cerveau (noyau subthalamique, globus pallidus interne ou noyau ventral intermédiaire thalami, selon le tableau clinique et les symptômes) et à les relier à un générateur d'impulsions, généralement situé sous la clavicule. Cette opération est réalisée dans un cadre dit stéréotaxique, qui permet de placer les électrodes dans le cerveau au millimètre près. L'hospitalisation est suivie d'une rééducation stationnaire pour tous les patients, qui est planifiée et organisée à l'avance.

La décharge électrique incontrôlée par les cellules nerveuses du cerveau peut provoquer des crises d'épilepsie. Si ces crises se répètent, il s'agit d'une épilepsie au sens strict du terme. La qualité de vie des patients atteints d'épilepsie chronique est fortement compromise, surtout lorsque les crises se répètent malgré l'utilisation de différents médicaments. Beaucoup de ces patients souffrent d'une épilepsie focale, c'est-à-dire qu'une zone précise du cerveau est "malade" et déclenche les crises. Il est souvent possible d'identifier la région malade du cerveau et de l'enlever chirurgicalement. Les résultats de cette chirurgie sont très bons, si bien que jusqu'à 90% des patients opérés n'ont plus de crises. A l'Hôpital universitaire de Bâle, nous possédons une compétence particulière dans ce domaine de pointe de la médecine, où les neurologues et les neurochirurgiens collaborent très étroitement.

Chez les patients épileptiques qui ne réagissent pas de manière suffisante à un traitement médicamenteux et chez lesquels un traitement chirurgical n'est pas possible ou n'a pas permis de réduire significativement les crises, l'implantation d'un stimulateur dit du nerf vague (SNV) est envisageable. Un appareil de stimulation fonctionnant sur piles est implanté au niveau des muscles pectoraux et relié au nerf vague (10e nerf crânien) dans la région du cou par de fines électrodes. L'appareil de stimulation envoie régulièrement de faibles impulsions électriques aux cordons nerveux du nerf vague qui se dirigent vers le cerveau.

L'effet complet du SNV sur l'épilepsie n'est pas encore tout à fait clair. On suppose notamment que l'activation du nerf vague et de ses branches nerveuses a une influence positive sur différentes régions du cerveau impliquées dans l'apparition de l'épilepsie. Chez 30 à 50 % des patients, on constate une réduction des crises de 30 à 50 % grâce au SNV, ce qui a un effet significatif sur la qualité de vie de ces patients. L'absence totale de crises est toutefois rarement atteinte. L'opération est réalisée sous anesthésie générale, mais en ambulatoire (c'est-à-dire que les patients peuvent généralement rentrer chez eux le jour même) et présente un taux de complications relativement faible. Ces derniers temps, de plus en plus de patients souffrant de dépression sont également traités par VNS et les résultats sont dans l'ensemble relativement prometteurs.

Neurochirurgie pédiatrique

Le service de neurochirurgie pédiatrique de l'Hôpital pédiatrique universitaire des deux Bâle (UKBB) s'occupe du traitement chirurgical des enfants atteints de maladies du cerveau ou de la moelle épinière. Les professeurs Raphael Guzman et Jehuda Soleman ont suivi une formation complémentaire en neurochirurgie pédiatrique et couvrent tout le spectre des maladies neurochirurgicales chez les enfants et les adolescents. Pour ce faire, l'équipe hautement spécialisée et expérimentée dispose des techniques d'intervention et des appareils les plus récents.

Grâce à des activités de recherche intensives au niveau national et international, la neurochirurgie pédiatrique de l'UKBB offre les dernières connaissances et expériences dont les enfants et adolescents bénéficient pendant leur traitement. Outre la thérapie médicale optimale, l'équipe soignante accorde la priorité aux soins et à l'attention. La neurochirurgie pédiatrique de l'UKBB est la première en Suisse à couvrir l'ensemble du spectre des maladies neurochirurgicales chez les enfants et les adolescents par des neurochirurgiens spécialement formés à cet effet.

Neurochirurgie crânienne (tête) :

  • Tumeurs cérébrales
  • Tumeurs de la calotte crânienne
  • hydrocéphalie (tête d'eau)
  • kystes intracrâniens
  • Neuro-endoscopie
  • problèmes de pression intracrânienne (pseudotumeur cérébrale, etc.)
  • traitement chirurgical de l'épilepsie (traitement chirurgical ouvert/implantation de stimulateur du nerf vague)
  • maladies cérébrovasculaires (maladies vasculaires du cerveau)
  • traumatisme crânien
  • malformations du crâne et du visage (craniosynostoses)
  • Encéphalocèle

Neurochirurgie pédiatrique spinale (colonne vertébrale et moelle épinière) :

  • Tumeurs de la moelle épinière
  • Dysraphies spinales
  • Myéloméningocèle
  • Lipomes spinaux
  • lipomes du filum terminale
  • traitement chirurgical de la paralysie cérébrale/spasticité (rhizotomie dorsale sélective à niveau unique, pompe/cathéter à baclofène)
  • problèmes de disques intervertébraux (hernie discale, rétrécissement du canal rachidien en cas de vertèbres de glissement)
  • Malformation de Chiari et autres malformations de la jonction cranio-cervicale

Vous trouverez de plus amples informations sur le centre de neurochirurgie pédiatrique (USB-UKBB) sur le site web de l'UKBB.

Événements

pas d'événements