Notre compétence en matière de cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est le 10e cancer le plus fréquent chez l'homme en Europe, les hommes étant trois fois plus touchés que les femmes.

À l'Hôpital universitaire de Bâle, des spécialistes en urologie, en radio-oncologie, en oncologie et dans diverses autres disciplines travaillent en étroite collaboration pour permettre aux patients d'accéder facilement à un diagnostic hautement qualifié et à un traitement optimal du cancer de la vessie.

Pour en savoir plus sur notre expertise, cliquez ici.

Faits et chiffres

>1000

Patients et patientes évalués et traités de manière interdisciplinaire au centre des tumeurs urologiques / an

>360

cas de patients avec tumeurs du bassinet, de l'uretère et de la vessie discutés au tumorboard / an

30-40

ablations de la vessie assistées par robot / an

>500

Applications thérapeutiques dans la vessie / an

Notre gamme de services

Diagnostic et recherche complets

Diagnostic par image le plus moderne disponible.

Identification des gènes et des protéines cancéreuses qui contrôlent la croissance incontrôlée de la tumeur et qui entrent en ligne de compte comme cibles thérapeutiques.

Développement continu du diagnostic et de la thérapie en laboratoire.

Suivi spécialisé des tumeurs.

Prise en charge par une équipe pluridisciplinaire

Consultations interdisciplinaires avec des spécialistes en urologie, radio-oncologie et oncologie.

Grande expérience dans le traitement ultérieur des tumeurs de la vessie.

Des thérapies innovantes grâce à notre participation active à des études de recherche clinique nationales et internationales.

Chirurgie de pointe

Centre universitaire de premier plan pour la thérapie oncologique robotique de l'appareil urinaire.

Ablation endoscopique de tumeurs de la vessie (TUR-B) et ablation de la vessie (cystectomie) avec drainage urinaire optimisé et thérapies de conservation de la vessie.

Centre spécialisé dans l'ablation radicale de toute la vessie au moyen du système DaVinci.

Unser Team

644f5035-0699-4268-a2aa-4725804afd65

Prof. Helge Seifert

Chefarzt

Urologie

46556d96-1e60-43af-8ca7-f887d96a24e9

PD Dr. Jan Ebbing

Leitender Arzt

Urologie

Teamleiter Robotische Chirurgie der Harnblase

30dd8fc1-f4af-4c4c-a45d-7d281f3c65b5

Prof. Cyrill Rentsch

Leitender Arzt

Urologie

Teamleiter Blasenkrebs

0c42e07d-e162-420b-985c-f9a3d9fea2af

Heike Püschel

Leitende Study Nurse

Urologie

Teamleiterin Studien

Imagerie : IRM de la vessie

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) multiparamétrique de la vessie nous fournit des informations détaillées sur la localisation et l'étendue des tumeurs de la vessie.

IRM tumeur de la vessie

Exemple d'IRM multiparamétrique de la vessie. Différentes séquences montrent l'extension locale d'un carcinome de la vessie au niveau du toit de la vessie droite.

Une IRM nous y aide

Une IRM de la vessie nous permet d'évaluer la taille de la tumeur, la profondeur d'infiltration dans la paroi vésicale et les tissus environnants, ainsi que la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques. Cette imagerie aide les médecins à déterminer le stade de la maladie et à choisir les options de traitement appropriées.
En outre, l'IRM peut être utilisée dans le cadre du suivi à long terme après la fin du traitement pour détecter précocement les rechutes ou les métastases.

Prof. D. Boll, médecin-chef adjoint en radiologie et médecine nucléaire

Application de remèdes dans la vessie

Si vous avez besoin de ce que l'on appelle un lavage de la vessie en cas de cancer de la vessie, notre équipe expérimentée et formée se tient à votre disposition. Grâce à notre expertise dans cette forme de thérapie et à la large palette de possibilités de traitement, nous traitons dans notre centre des patients de toute la Suisse et des pays voisins.

Vous recevez un plan de traitement contrôlé par un médecin et conforme aux directives de la Société européenne d'urologie. Vos souhaits individuels de rendez-vous sont bien entendu pris en compte dans la mesure du possible.

Dans une voie de traitement spécialement créée à cet effet, vos irrigations vésicales sont appliquées via un cathéter urétral. Nous veillons à ce que votre traitement soit aussi indolore et dépourvu d'effets secondaires que possible.

Notre personnel spécialement formé est à vos côtés pendant et après le traitement.

Prof. C. Rentsch, médecin-chef en urologie

Heike Püschel, infirmière responsable de l'étude en urologie

Ce que disent nos patients

"... aujourd'hui marque la fin (espérons-le) d'un programme dont on peut très bien se passer. Mais si un tel traitement est nécessaire, un patient peut être reconnaissant d'avoir rencontré des personnes compétentes et aimables. Vous avez mené cela de main de maître dès le premier jour et vous avez fait disparaître toute peur chez moi.

À cet égard, il est étonnant de constater que nous vivons à une époque de progrès qui, grâce à la médecine, prolonge considérablement la vie. Pour cette raison, ainsi que pour l'ensemble du traitement, je tiens à vous adresser mes remerciements les plus sincères ! "

Lothar Thomma, septembre 2023

BCG - Illustration du patient

Immunothérapie avec instillations de BCG
Illustration créée avec BioRender.com

Instillation intravésicale

Instillations de chimiothérapie intravésicale
Illustration créée avec BioRender.com

Ablation de la vessie assistée par robot

La clinique d'urologie de l'USB est l'une des rares cliniques en Suisse à pratiquer l'ablation de la vessie en cas de cancer avancé de la vessie (invasif sur le plan musculaire) de manière mini-invasive et assistée par robot.

Le système DaVinci® d'Intuitive Surgical™ est également utilisé chez nous à l'USB.

©2023 Intuitive Surgical Operations, Inc.

Avantages de la chirurgie robotique

La cystectomie (ablation de la vessie) robotisée avec drainage urinaire intracorporel est une approche chirurgicale de pointe qui présente plusieurs avantages pour les patients atteints de cancer de la vessie. Cette technique peu invasive utilise la technologie robotique pour retirer la vessie. Intracorporelle signifie ici qu'aucune grande incision abdominale ouverte n'est pratiquée pour la dérivation urinaire (stomie urinaire ou néovessie), mais que l'on procède également par chirurgie assistée par robot par le trou de la serrure. La procédure robotisée présente entre autres les avantages suivants, scientifiquement prouvés.

  1. Récupération plus rapide et séjours hospitaliers plus courts par rapport à la chirurgie ouverte.
  2. Réduction de la douleur postopératoire et amélioration de la qualité de vie.
  3. Réduction du risque de saignement et du besoin de transfusion sanguine.
  4. Elimination plus précise des tissus malins et amélioration de la visualisation pendant l'opération.
  5. Résultats oncologiques comparables à ceux de la chirurgie ouverte traditionnelle, ce qui souligne l'efficacité de cette procédure.

À l'USB, outre la stomie urinaire traditionnelle (conduit iléal), la forme beaucoup plus complexe de dérivation urinaire par néovessie iléale orthotopique est réalisée entièrement par voie intracorporelle (voir définition ci-dessus) avec le robot DaVinci®. Cette forme très complexe de dérivation urinaire n'est réalisée de manière mini-invasive que dans très peu de centres disposant d'une expérience avérée dans la chirurgie assistée par robot.

Nos chirurgiens robotiques ont une expertise avérée dans ce domaine et ont été formés au prestigieux hôpital universitaire Karolinska de Stockholm, en Suède, l'un des hôpitaux pionniers les plus connus au monde pour la cystectomie assistée par robot.

PD Dr Jan Ebbing, médecin-chef en urologie

Radiothérapie et chimiothérapie comme alternative à l'ablation radicale de la vessie

Dans le cas d'une tumeur qui s'est déjà développée dans la couche musculaire de la paroi de la vessie, il est possible d'utiliser une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie comme alternative à l'ablation radicale de la vessie.

Rayons Bulles

Radiothérapie adaptative d'une tumeur de la vessie. La zone rouge indique la dose maximale de rayonnement dirigée sur la vessie. Le vert correspond à la zone de dose plus faible qui permet de couvrir les ganglions lymphatiques autour de la vessie afin de lutter contre les éventuels nids de cellules tumorales.

La technologie la plus récente en matière de radiothérapie adaptative

Cette procédure convient aux patients dont les tumeurs sont inférieures à 6 cm, qui ne présentent pas de lésions précancéreuses réparties sur la muqueuse de la vessie et qui disposent encore d'un bon contrôle du flux urinaire. Les chances de succès sont similaires à celles d'une ablation radicale de la vessie.

Avant le traitement, une nouvelle cystoscopie est effectuée afin d'enlever le plus possible de la tumeur. Ensuite, l'ensemble de la vessie est irradié tous les jours ouvrables pendant 4 à 6 semaines et une chimiothérapie concomitante, généralement douce, est administrée.

À l'Hôpital universitaire de Bâle, nous utilisons la technologie la plus récente en matière de radiothérapie adaptative. Chaque jour, nous calculons un plan d'irradiation exactement adapté à l'anatomie afin de cibler au mieux la tumeur et d'épargner les organes sains.

Dr A. Papachristofilou, directeur de la polyclinique de radio-oncologie

Thérapies systémiques pour le cancer avancé de la vessie

Dans le service d'oncologie de l'USB, nous proposons toutes les thérapies systémiques autorisées en Suisse pour le cancer de la vessie. Nous nous efforçons d'offrir ces traitements à nos patients - dans la mesure du possible - dans notre service ambulatoire et d'éviter ainsi des séjours hospitaliers.

Afin de pouvoir proposer, outre les thérapies standard autorisées, de nouveaux concepts innovants, nous sommes en contact permanent avec des groupes d'étude nationaux et internationaux.

Ces activités d'étude nous ont par exemple permis de proposer une immunothérapie "adjuvante", c'est-à-dire de soutien, pour réduire le risque de récidive après une opération de la vessie, quelques années avant son autorisation en Suisse (étude Checkmate-274 citation). Aucun des patients de notre étude n'a connu de rechute et les réactions concernant cette thérapie ont toutes été positives.

Le meilleur traitement possible pour votre cancer

Outre la chimiothérapie conventionnelle, nous traitons également le cancer de la vessie par immunothérapie et offrons un soutien professionnel en cas de préoccupations sociales et psychologiques.

Grâce à cette offre étendue, nous pouvons assurer à nos patients que nous proposons toujours une thérapie "state of the art" et que nous mettons tout en œuvre pour que vous receviez chez nous le meilleur traitement possible pour votre cancer.

Notre offre comprend également des seconds avis auxquels vous pouvez volontiers vous inscrire auprès du secrétariat d'oncologie, par exemple pour mieux comprendre votre maladie et les concepts thérapeutiques qui vous sont proposés.

Prof. F. Stenner, médecin-chef adjoint en oncologie

Inscriptions pour un deuxième avis médical :

Tél. +41 61 265 50 74

Tél. +41 61 265 50 59
ou par mail onkologie@usb.ch

Diagnostic moléculaire : étude des gènes du cancer

Une équipe expérimentée de spécialistes en pathologie évalue la cytologie urinaire, les biopsies tissulaires et les pièces opératoires.

Outre un diagnostic précis des tumeurs des voies urinaires, des biomarqueurs sont déterminés sur le matériel tissulaire et cellulaire en vue d'un traitement le plus adapté possible au moyen d'une immunothérapie et de médicaments ciblés.

Prof. L. Bubendorf, médecin-chef en pathologie

Diagnostic moléculaire

Études : test de tissus cancéreux de la vessie en laboratoire

Pour mieux comprendre la biologie de la maladie, nous faisons vivre le tissu cancéreux de la vessie en laboratoire et pouvons ainsi observer comment les cellules cancéreuses se développent. Cela nous donne la possibilité de tester différents médicaments qui pourraient être utilisés chez les patients.

Organoïdes

Génération d'organoïdes dérivés d'échantillons de cancer provenant de patients atteints de cancer de la vessie.

Illustration créée par BioRender.com

Notre équipe explore de nouvelles voies pour personnaliser le traitement du cancer de la vessie

Dans les approches thérapeutiques actuelles, les patients atteints d'un certain type de cancer reçoivent généralement un traitement similaire. Il apparaît toutefois de plus en plus clairement que cette "stratégie unique" n'est pas toujours efficace et que, si certains traitements fonctionnent bien pour certains patients, ils ne donnent pas de résultats efficaces pour d'autres.

Afin de mieux comprendre la biologie de la maladie et de personnaliser le traitement du cancer, nous avons pour objectif de faire vivre le tissu cancéreux de la vessie en laboratoire. Ces petits amas de cellules tridimensionnels ressemblent à des 'mini' tumeurs du patient concerné. Nous appelons également ces groupes de cellules tumorales des 'organoïdes'. Ces organoïdes nous servent de modèles ou d'avatars pour comprendre comment les cellules cancéreuses croissent et se développent, et pour tester différents médicaments qui pourraient ensuite être utilisés chez les patients. En fin de compte, notre recherche contribuera à trouver des moyens d'améliorer et de personnaliser le traitement des patients atteints de cancer de la vessie.

Dr C. Le Magnen, responsable du groupe de recherche en urologie, pathologie

Test d'invasion avec un organoïde de carcinome urothélial sarcomatoïde provenant du patient (traité avec du DMSO, diméthylsulfoxyde).

Ces organoïdes cultivés en laboratoire nous montrent comment les cellules cancéreuses croissent et se développent.

Test d'invasion avec un organoïde de carcinome urothélial sarcomatoïde provenant du patient (traité à la dexaméthasone, un stéroïde).

La croissance des organoïdes tumoraux est empêchée par le traitement aux glucocorticoïdes.

Interviews : ce que les patients nous disent

Le bon choix de la thérapie et la prise de décision commune pour préserver la meilleure qualité de vie possible sont au premier plan de nos préoccupations.

Lisez ici ce que deux de nos patients ont raconté lors d'un entretien sur leur expérience du cancer de la vessie et leur traitement à l'USB.

Les discussions ouvertes sont importantes et aident à gérer la maladie'.

Entretien avec un patient sur le thème de la néo-vessie.

L'entretien a été mené par Anaïs Schlenker, décembre 2023

Sans prévenir, j'ai eu du sang dans l'urine. Beaucoup de sang et à chaque miction. Je n'ai pas eu mal, mais ça a été un choc. C'était en mai 2021.

J'ai eu un premier rendez-vous chez mon médecin généraliste, puis j'ai été orienté vers un urologue. L'échographie a été suivie d'un diagnostic : plusieurs tumeurs.

J'ai été convoqué trois fois à Liestal pour l'ablation de la tumeur, où une résection transurétrale de la tumeur de la vessie a été réalisée à chaque fois.

Lors des prélèvements, on a constaté que la tumeur avait déjà attaqué le tissu musculaire.

J'ai eu mon premier rendez-vous avec le PD Dr Jan Ebbing à la clinique d'urologie de l'Hôpital universitaire de Bâle (USB) en août 2021, accompagné de ma femme.

On nous a expliqué qu'en plus d'une chimiothérapie, une ablation complète de la vessie était nécessaire, car la tumeur avait déjà envahi la musculature de la vessie.

En outre, le Dr Ebbing a discuté avec nous des différentes formes de dérivation urinaire (stomie urinaire versus néovessie). Il a discuté avec nous des conditions nécessaires, des possibilités de dérivation urinaire et des risques chirurgicaux qui y sont liés.

J'ai opté pour la néoplasie et il a été décidé que je subirais d'abord une chimiothérapie afin de pouvoir traiter encore mieux la tumeur.

J'ai pu recevoir la chimiothérapie à Liestal, quatre cycles au total. Après le premier cycle, je me sentais encore très bien, mais après le deuxième cycle, j'ai dû lutter contre des éruptions cutanées et l'épuisement. Et j'avais constamment froid. Le froid est resté et je me couche toujours très tôt le soir.

L'opération pour la néo-vessie a été réalisée avec succès et sans complications ici à l'USB par le PD Dr Jan Ebbing et le Dr Abolfazl Hosseini en janvier 2022.

L'indication de la chimiothérapie est toujours posée de manière individuelle et spécifique au patient et à la tumeur. Les effets secondaires d'une chimiothérapie surviennent et sont discutés avec les patients par les oncologues traitants dans le cadre de l'entretien d'information préalable au traitement (note de la rédaction).

Un tel diagnostic bouleverse tout, on est déstabilisé et on a peur. Mais c'est ma famille, mes filles, qui ont eu le plus de mal à accepter le diagnostic.

Le plus précieux et le plus important reste le soutien à domicile. J'ai été informée des offres d'aide externes existantes, mais je n'ai pas voulu y avoir recours ; je m'en sors bien.

A l'USB, tous les patients atteints d'une tumeur sont évalués sur le plan psycho-oncologique et, s'ils le souhaitent, pris en charge (note de la rédaction).

La douleur était forte, mais je sais bien gérer la douleur. Je pouvais le supporter. Mentalement, on est déstabilisé et je me sentais aussi un peu à la merci.

Des douleurs peuvent survenir après une opération d'ablation de la vessie, mais il existe une bonne gestion de la douleur. Grâce notamment à l'approche mini-invasive et à l'utilisation de la chirurgie par trou de serrure assistée par robot, le traumatisme pour le corps est considérablement réduit, ce qui s'accompagne d'un rétablissement plus rapide des patients et de moins de complications (note de la rédaction).

Plus tard, après que la sonde vésicale a été retirée de la néo-vessie et que la vessie s'est remplie d'urine pour la première fois, j'ai lutté contre la privation de sommeil ; je devais mettre le réveil la nuit, d'abord toutes les deux heures, puis toutes les trois heures, pour qu'il n'y ait pas de surcharge avec la nouvelle vessie. La rééducation du plancher pelvien qui l'accompagnait s'est toutefois bien déroulée.

Une néo-vessie n'a pas de sensibilité ni d'activité motrice. Le volume urinaire doit d'abord être entraîné. Il est donc normal que les patients vident initialement leur néo-vessie même la nuit et qu'ils doivent se mettre un réveil. Environ 30% des patients masculins équipés d'une néo-vessie restent incontinents la nuit (plus d'une pose), alors qu'environ 96-98% des patients masculins sont secs le jour, sans restriction (note de la rédaction).

Oui. Dès le début, cela m'a semblé être la meilleure option pour moi.

Oui, je me sens bien pris en charge ici à l'USB.

En mai 2022, j'ai pu reprendre le travail. Pendant la journée, tout se passe bien et je n'ai aucun problème ni complication. La nuit (quand la tête ne réfléchit pas), je dois porter des semelles orthopédiques. Aujourd'hui, je ne dois plus prendre de médicaments. A l'exception du soutien de l'érection.

Je suis convoqué tous les six mois pour un contrôle, puis encore une fois par an. Jusqu'à présent, tout est normal.

Communiquer ouvertement avec la famille et l'entourage. J'avais besoin de ménager mes proches et ma famille, mais les discussions ouvertes étaient ce qui aidait le mieux tout le monde à faire face à la maladie.

Même parmi mes collègues de travail et mes connaissances, il y avait ceux qui m'évitaient et ceux qui me demandaient directement comment je me sentais. Cela m'a toujours fait du bien et m'a aidé à gérer la situation.

Je veux montrer à mon corps que je n'abandonne pas'.

Entretien avec un patient sur le thème des tumeurs de la vessie et de l'instillation.

L'entretien a été mené par Anaïs Schlenker, décembre 2023

Tout a commencé par une hanche douloureuse à l'automne 2022, alors que je me trouvais aux États-Unis pour mon travail. De retour en Suisse, j'ai dû me faire opérer de la hanche en décembre. Suite à l'opération, du sang a été détecté dans les urines, un symptôme typique du cancer de la vessie.

Le diagnostic après le scanner a confirmé le soupçon : une tumeur de la vessie. Je n'ai pas pu retourner aux États-Unis et je ne peux toujours pas travailler régulièrement. Cependant, cela n'est que partiellement dû à la tumeur de la vessie et au traitement qui y est associé. Je lutte également contre les conséquences d'une arthrite réactionnelle au genou et à la hanche opérée.

En janvier 2023, l'opération a eu lieu à l'hôpital St Clara. La première TUR-B (résection transurétrale de tissu vésical) a été suivie d'une résection complémentaire.

En mars, l'instillation de BCG (Bacillus Calmette-Guérin) a commencé. Après la troisième instillation, mon genou a enflé, ainsi que mon mollet. Un effet secondaire de l'instillation qui n'a pas été reconnu comme tel. Il s'en est suivi une opération du genou et une ponction de la hanche. Le traitement a dû être interrompu.

Puis, fin mai, une cystoscopie a permis de découvrir trois petites tumeurs. Deux tumeurs étaient superficielles, une s'est avérée être un carcinome in situ (CIS), avec un risque élevé de récidive.

A ce jour, le résultat est le suivant : plus de tumeurs apparentes.

Ce marathon de médecins et de diagnostics est extrêmement stressant et fatigant. Quelques fois, ma fille m'a accompagnée aux réunions. De plus, on essaie de rassembler des informations par tous les moyens possibles.

J'ai également eu recours à une aide psychologique externe par moments. Mais seulement pour une courte période. En fin de compte, on doit porter la maladie tout seul. J'essaie aussi de ne pas trop peser sur ma famille.

De plus, j'ai dû apprendre que la vie émotionnelle pendant un tel traitement ne s'explique pas si facilement et qu'il ne faut pas sous-estimer la charge psychique.

Après le deuxième TUR-B, j'ai reçu une première instillation d'épirubicine à l'hôpital Sainte-Claire. C'est le traitement standard.

En août 2023, nous avons discuté avec le professeur Cyrill Rentsch d'un transfert vers l'USB. La clinique d'urologie propose une thérapie combinée docetaxel/gemcitabine, plus prometteuse. Le traitement a été commencé immédiatement.

Le déroulement pour le cycle d'instillation est le suivant : pendant six semaines, j'ai reçu en alternance une dose de chimiothérapie injectée dans la vessie pendant deux jours consécutifs.

Le premier jour, une dose de docétaxel, le jour suivant, une dose de gemcitabine. Quatre semaines de pause ont ensuite suivi. Ensuite, après une cystoscopie positive, le traitement d'entretien a été entamé.

Le premier entretien a lieu après le rendez-vous de consultation pour la dernière série d'instillations. Le patient semble sportif, ouvert, posé, mais aussi fatigué. C'est l'un des effets secondaires avec lesquels il doit particulièrement lutter au cours des 3 à 5 premiers jours après l'instillation. L'épuisement et les cauchemars lui donnent également du fil à retordre.

Après les séjours hospitaliers et les visites médicales à l'hôpital St. Clara et à l'hôpital Merian Iselin, j'ai dû m'adapter à l'USB. L'USB est une grande machine, on peut avoir l'impression d'être un parmi tant d'autres. Mais la priorité est de recevoir le traitement approprié. C'est le cas ici.

Je me sens entre de bonnes mains avec mon médecin traitant, le professeur Cyrill Rentsch. Je remercie également Heike Püschel, Study Nurse, qui s'occupe de moi avec beaucoup d'empathie à chaque examen. C'est extrêmement précieux.

Actuellement, le traitement d'entretien est en cours. Pendant 12 mois, je me rends chaque mois à la clinique d'urologie pendant deux jours consécutifs et je reçois une dose de docétaxel le premier jour et une dose de gemcitabine le deuxième jour.

Pour moi, il est important de sentir mon corps et de rester en mouvement. Dans mon cas, la natation et les séances de course à pied m'ont beaucoup aidé à oublier la tumeur, du moins temporairement.

C'est ce que je donnerais à quelqu'un qui vit avec un diagnostic comparable - ne pas se laisser aller, mais se battre. Et croire en soi.

Brochures pour les patients sur le cancer de la vessie

Nous recommandons les brochures d'information "Cancer de la vessie" et "L'urostomie" de la Ligue suisse contre le cancer. Vous y trouverez d'autres informations utiles sur le sujet.

Guide de la Ligue contre le cancer

Foire aux questions

Patient Uro

Le principal facteur de risque du cancer de la vessie est le tabagisme. L'arrêt du tabac peut influencer positivement la rechute et la progression du cancer de la vessie. Pour en savoir plus sur notre offre de consultation pour l'arrêt du tabac à l'USB.

Les signes sont des douleurs en urinant et des mictions fréquentes. Le principal symptôme est toutefois la perte de sang dans l'urine, visible ou non et indolore. Les patients présentant ces symptômes doivent absolument être vus par un urologue.

 

Besteht der Verdacht auf Blasenkrebs werden wir eine Blasenspiegelung durchführen. Heutzutage kann dieser Eingriff durch den Einsatz einer flexiblen Kamera ambulant und ohne Narkose schmerzfrei in der Sprechstunde durchgeführt werden. Eine Blasenspiegelung dauert lediglich wenige Minuten. Zusätzlich werden wir eine Blasenspülung durchführen und so untersuchen, ob bösartige Blasenschleimhautzellen gefunden werden können. Zeigen sich in diesen Untersuchungen Auffälligkeiten, wird kurzstationär eine Gewebeprobe aus der Blase, minimalinvasiv ohne Hautschnitt, durch die Harnröhre hindurch entnommen.  

 

Si l'endoscopie de la vessie révèle une tumeur de la vessie, celle-ci est enlevée sous anesthésie par l'urètre. Lors du premier diagnostic, la plupart des tumeurs de la vessie sont limitées à la muqueuse (70%) et la vessie peut être conservée.

Les tumeurs de la vessie limitées à la muqueuse présentent un risque élevé de récidive. Pour réduire ce risque, des médicaments sont instillés à intervalles réguliers dans la vessie via un cathéter après l'ablation des tumeurs par l'urètre. En savoir plus sur notre thérapie par instillation.

Si le cancer a déjà envahi les muscles de la vessie lors du premier diagnostic, la vessie doit être enlevée chirurgicalement ou traitée par radiothérapie ou chimiothérapie.

En savoir plus sur la cystectomie assistée par robot, la radiothérapie et la chimiothérapie.

Il est toutefois rare que le cancer de la vessie se soit déjà propagé dans le corps. Dans ce cas, la guérison par chirurgie et radiothérapie est peu probable. Il existe toutefois de bonnes thérapies qui peuvent fortement empêcher la progression de la maladie.

Plus le cancer de la vessie est détecté tôt, plus les chances de guérison sont élevées. Si la tumeur ne s'est pas encore développée dans la couche musculaire de la vessie, les chances de guérison sont d'environ 80%.

Un cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire récidive malheureusement souvent, même après une ablation complète.

Nous proposons à nos patients* un suivi individuel des tumeurs afin de détecter précocement les récidives de tumeurs de la vessie et de les traiter en conséquence.

Notre clinique dispose en outre d'une grande expérience dans le traitement ultérieur des tumeurs de la vessie.

Accès & contact

Signalisation Urologie

Hôpital universitaire de Bâle
Urologie
Partie du bâtiment B2,
2ème étage

Spitalstrasse 21
4031 Bâle

Qu'est-ce que cela signifie ?

Prendre la ligne de tram 11 jusqu'à la station Universitätsspital, puis suivre à pied la Spitalstrasse sur près de 250 m jusqu'à l'entrée.

Veuillez utiliser le parking City, entrée Schanzenstrasse ou Klingelbergstrasse.

Secrétariat d'inscription en urologie
Accessibilité : lu-ve, 08.00 - 16.00 heures

Tél. +41 61 265 72 80
anmeldung.urologie@usb.ch


Contact en cas d'urgence
Pendant les heures de service, adressez-vous au secrétariat des inscriptions en urologie. En cas d'urgence urologique en dehors des heures de service, le centre d'urgence de l'USB est à votre disposition 24 heures sur 24 :
Centre d'urgences de l'Hôpital universitaire de Bâle
Petersgraben 2
4031 Bâle
Tél. +41 61 265 25 25

Contact pour des questions concernant votre opération
Coordination des opérations en urologie
Tél. +41 61 328 58 15
op.urologie@usb.ch

Contact pour les rendez-vous de consultation à l'hôpital Felix Platter
Secrétariat d'inscription en urologie UAFP

Consultations d'urologie le lu et ve, toute la journée de 8h00 à 16h30 et le mardi après-midi de 13h00 à 16h30.

Tél. +41 61 326 42 10
urologie.uafp@usb.ch

Contact candidatures

chefarztsekretariat.urologie@usb.ch

Tél. +41 61 328 72 84