Un employé du service de pathologie travaille sur un cryostat

Offre

Nous examinons des échantillons de patients au microscope et par génétique moléculaire afin de garantir, grâce à nos diagnostics, la base d'une planification thérapeutique optimale. Grâce à une étroite collaboration avec les autres cliniques du département de diagnostic et au-delà, nous sommes un point central pour la médecine hautement spécialisée et académique à l'USB.

À propos de nous

En tant que prestataire de services diagnostiques universitaires, nous proposons des diagnostics et des conseils génétiques hautement spécialisés dans toute la Suisse pour vos patientes et patients. Nous - les services de médecine de laboratoire, de pathologie et de génétique médicale - travaillons selon la devise "Ensemble pour vous", afin que vous puissiez continuer à vous concentrer pleinement sur vos patientes et patients. Le suivi personnel de la transmission numérique des ordres et des résultats, adaptée à vos besoins, ou une logistique d'échantillons complète et adaptée ne sont que deux des nombreux services que vous pouvez attendre de nous.

Procédures de diagnostic

Le spectre diagnostique de la pathologie comprend les domaines spécialisés suivants : histopathologie, cytopathologie, pathologie et cytologie moléculaires, neuropathologie et ophtalmopathologie, ainsi que le diagnostic post-mortem (autopsie). L'institut abrite également le centre de référence pour les tumeurs osseuses et le centre de référence pour les lymphomes malins.

La formation continue de l'ensemble du personnel, l'utilisation des technologies les plus modernes et le contrôle permanent des processus de travail garantissent une qualité maximale à tous les niveaux. La Pathologie USB est accréditée par le Service d'accréditation suisse SAS (SMTS 0037 ; ISO 15189:2012 ; SN EN ISO 15189:2013).

La spécialisation en histopathologie permet d'examiner des échantillons de tissus de différents organes. L'objectif est d'obtenir une évaluation macroscopique et microscopique de haute qualité qui permette d'établir rapidement un diagnostic correct. Le large éventail des techniques utilisées comprend des colorations histochimiques spéciales, des analyses enzymatiques et immunohistochimiques ainsi que des méthodes spéciales d'inclusion et de décalcification. Certains échantillons de tissus nécessitent un examen extemporané pendant une opération.

L'envoi de biopsies se fait généralement dans le fixatif standard, solution de formol tamponnée à 4% (peut être obtenu : pdf ordre formulaire de commande ou tél. +41 61 265 27 57), idéalement dans un rapport échantillon de tissu/solution de fixation d'au moins 1:10.

Pour des questions spécifiques, il peut être nécessaire d'envoyer des tissus non fixés.

Pour les échantillons devant être examinés au microscope électronique, le fixateur standard est le glutaraldéhyde à 3% (peut être obtenu : pdf formulaire de commande ou tél. +41 61 265 27 57).

Pour certains examens spécifiques d'organes, des conditions d'envoi spéciales s'appliquent.

L'examen extemporané est disponible pour le diagnostic peropératoire. Les indications d'un examen extemporané sont les questions relatives à la valeur intrinsèque des lésions ou à l'exhaustivité de la résection. Entre l'arrivée de l'échantillon à l'institut et la communication des résultats, il s'écoule environ 15 minutes (par échantillon, cumulativement en cas de plusieurs échantillons).

Les échantillons doivent être envoyés natifs et secs (pas dans des solutions de fixation ou des solutions salines). Les résultats sont communiqués par téléphone par le pathologiste de la clinique qui a envoyé le prélèvement. C'est pourquoi il est indispensable de mentionner sur le formulaire d'envoi dûment rempli un numéro de téléphone servi et en état de marche, auquel la personne qui envoie le prélèvement peut être jointe au moment de l'examen extemporané.

Le service d'examen extemporané est disponible en continu pendant les heures d'ouverture de l'institut (du lundi au vendredi, de 7h45 à 17h15). Il est nécessaire de s'inscrire à l'avance au numéro de téléphone +41 61 265 28 56.

Pour les examens extemporanés qui sont nécessaires les soirs de semaine en dehors de ces horaires, il est impératif de prendre rendez-vous par téléphone pendant les heures d'ouverture de l'institut au +41 61 265 28 56.

L'institut assure le suivi télémédical de l'examen extemporané de l'Hôpital du Jura à Delémont. Des conditions informatiques spécifiques sont nécessaires à cet effet. Ce type d'examen extemporané doit être annoncé 24 heures à l'avance par e-mail(alexandar.tzankov@usb.ch ou thomas.menter@u sb.ch).

Indications pour l'examen dermatohistologique

  • Tableaux cliniques peu clairs
  • Maladies chroniques entraînant un traitement prolongé et riche en effets secondaires
  • Contrôles de la thérapie et de l'évolution
  • Questions médico-légales (expertises)

Données cliniques

  • Âge et sexe
  • Antécédents médicaux
  • Traitements topiques ou systémiques antérieurs
  • Description clinique (efflorescences et leur répartition)
  • Localisation de la biopsie
  • Technique de prélèvement
  • Prélèvements de biopsie antérieurs
  • Diagnostic différentiel

Prélèvement de biopsie

  • Maladies inflammatoires cutanées peu claires à différents stades de développement, lésions polymorphes ou érythrodermie : biopsies multiples.
  • Suspicion de panniculite, de vascularite ou de lymphome : longueur (au moins 2-3 cm) et profondeur suffisantes de la préparation.
  • Lésions monomorphes à répartition disséminée : une biopsie représentative.
  • Dermatites anulaires à croissance centrifuge, atrophies, ulcères et affections cutanées vésiculeuses : Biopsie incisionnelle à angle droit par rapport à la zone périphérique avec le centre et la périphérie de la lésion, en incluant la peau saine.
  • Vascularite leucocytoclasique ou dermatoses bulleuses auto-immunes Immunofluorescence directe

Marquage de biopsies

Si une évaluation des marges de résection doit être effectuée sur des excisions de tumeurs ou des résections ultérieures, des repères de fils doivent être apposés. Noter la signification du marquage du fil sur le formulaire d'envoi (par ex. fil à 12 heures, fil au niveau du bord de résection éloigné de la tumeur). Pour les excisions plus complexes, un croquis est très utile.

Prof. Katharina Glatz
Médecin-chef en pathologie,
Membre du Tumor Centre
41 61 328 68 94
kathrin.glatz@usb.ch

Biopsies de la moelle osseuse

Afin de permettre une lecture standardisée des biopsies de moelle osseuse, nous demandons aux collègues cliniciens qui nous adressent des informations sur les points suivants :

  • diagnostic clinique (de suspicion),
  • raison du prélèvement de la biopsie (par ex. staging d'un lymphome, clarification d'une leucocytose, pancytopénie, etc,)
  • numération formule sanguine actuelle avec formule sanguine différentielle,
  • Indications sur :
    • les néoplasies (hématologiques) connues, y compris les chimio/radiothérapies/immunothérapies effectuées,
    • autres maladies systémiques (par ex. processus granulomateux, maladies auto-immunes, maladies de stockage, etc,)
    • thérapies actuelles et/ou antérieures, notamment myélotoxiques/myélosuppressives (p. ex. azathioprine, arsenic, etc.), exposition à des facteurs de croissance hématopoïétiques (érythropoïétine, G-CSF, interféron, etc.)
    • antécédents de transplantation de cellules souches autologues/syngéniques ou allogéniques ou de transplantation d'organes,
    • maladies virales aiguës/chroniques (CMV, EBV, HBV, HCV, VIH, Parvo-B19, etc.) ou autres infections éventuelles,
    • présence d'organomégalies,
  • autres résultats/informations pertinents (par ex. résultats de cytologie d'aspiration, analyses Flow/FACS, cytogénétique, etc,)
  • si possible, des informations sur le statut en vitamine B12, en acide folique et en fer.

Les biopsies de la moelle osseuse doivent être envoyées dans une solution de formol tamponnée à 4% (peut être obtenue : formulaire de commande ou tél. +41 61 265 27 57).

Nous vous prions d'utiliser le formulaire d'envoi pour les biopsies de moelle osseuse.

Contact pour les questions médicales

Prof. Stefan Dirnhofer
Médecin-chef adjoint en pathologie
Membre du Tumor Centre
Tél.+41 61 328 67 89
stefan.dirnhofer@usb.ch

Prof. Alexandar Tzankov
Chef du département d'histopathologie et d'autopsie
Membre du Centre des tumeurs
Tél.+41 61 328 68 80
alexandar.tzankov@usb.ch

Les tumeurs solides de l'enfant se distinguent de celles de l'adulte tant sur le plan morphologique et génétique moléculaire que sur le plan thérapeutique et pronostique. Elles nécessitent donc, selon l'entité, un traitement spécial avec différents colorations et méthodes disponibles dans notre institut, y compris des examens de pathologie moléculaire comme l'hybridation in situ par fluorescence (FISH) et des analyses de mutation avec des panels spécialisés de séquençage de nouvelle génération (NGS).

Ilen résulte les recommandations suivantes pour nos expéditeurs : afin de permettre ces examens, les biopsies tumorales et les résections tumorales doivent être envoyées non fixées, fraîches, natives, sur glace à l'eau, par coursier après avoir été annoncées par téléphone. En étroite collaboration avec l'Hôpital pédiatrique universitaire des deux Bâle (UKBB), nous assurons la participation des patients aux études du Groupe suisse d'oncologie pédiatrique (SPOG) ainsi qu'aux consortiums d'études internationaux par l'envoi de matériel de prélèvement aux centres de référence correspondants. Christian Vokuhl) en concertation avec le service d'oncologie de l'UKBB.

L'évaluation histopathologique du placenta et des cervicales d'avortement peut apporter une contribution importante à la compréhension des pathologies infantiles et maternelles et également à la clarification de la cause du décès en cas de mort intra-utérine. Pour une évaluation adéquate, il est utile de disposer d'informations sur la semaine de grossesse, sur les résultats de l'enfant et de la mère ainsi que sur les éventuelles anomalies observées pendant la grossesse et le processus d'accouchement. Le tissu peut normalement être envoyé fixé en bonne et due forme, mais si le fœtus doit être évalué en plus du placenta, il doit être envoyé non fixé le plus rapidement possible après la naissance.

Contact

PD Dr. Thomas Menter
Médecin cadre en pathologie
41 61 328 68 97
thomas.menter@usb.ch

Le diagnostic d'une aganglionose dans la maladie de Hirschsprung est posé de manière fiable sur des coupes de congélation grâce à la représentation enzymo-histochimique de l'activité accrue de l'acétylcholinestérase des fibres nerveuses parasympathiques de la muscularis mucosae et de la lamina propria du rectum ainsi qu'à l'absence de mise en évidence de ganglions.

Dans le segment proximal, situé en amont du segment aganglionnaire, on trouve typiquement une hypoganglionose dont l'étendue devrait être reconnue afin de réaliser la résection dans un segment intestinal fonctionnellement intact. La réaction enzymo-histochimique pour la lactate déshydrogénase (également réalisable en peropératoire sur l'incision rapide) est en mesure d'effectuer une telle délimitation.

L'étroite coopération avec l'équipe IntestTeam de l'Hôpital pédiatrique universitaire des deux Bâle (UKBB), qui s'occupe des troubles de la motilité intestinale chez les enfants et les adolescents, permet une prise en charge interdisciplinaire des patientes et des patients.

Indications pour l'envoi de tissus en vue d'un examen concernant la maladie de Hirschsprung : Envoi de matériel Hirschsprung

Indications pour l'envoi de matériel de coupe et de paraffine en vue d'une évaluation pathologique consultative : Evaluation pathologique consultative

Contact pour les questions médicales

04e2aa53-b5a1-4481-a5fc-0d10381a7b7f

Prof. Alexandar Tzankov

Leitender Arzt und Fachbereichsleiter Histopathologie und Autopsie

Pathologie

Mitglied Tumorzentrum

e6bf733e-f6dd-46ed-9e7b-63a825a80bca

Prof. Stefan Dirnhofer

Chefarzt a.i.

Pathologie

Mitglied Tumorzentrum

Laboratoire : Tél. +41 61 265 28 56

Fax +41 61 265 31 94

Le domaine spécialisé de la cytopathologie étudie les modifications des cellules de l'organisme qui sont prélevées sur les surfaces corporelles, les liquides et les organes, traitées en laboratoire, examinées au microscope et, si nécessaire, analysées à l'aide de méthodes complémentaires. Les maladies et les modifications de pratiquement tous les organes peuvent ainsi être diagnostiquées de manière simple et fiable.



La cytologie gynécologique préventive sert à détecter précocement les lésions précurseurs du cancer du col de l'utérus. La méthode basée sur les liquides garantit une qualité optimale des préparations et, selon les besoins, un examen HPV sans délai. Pour les recommandations de contrôle en cas de résultats anormaux, nous utilisons les algorithmes actuellement en vigueur de la Société suisse de gynécologie et d'obstétrique.

En cytologie extragénitale, l'accent est mis sur le diagnostic des tumeurs avec examen des marqueurs pronostiques et prédictifs. Cela se fait à l'aide des techniques les plus modernes. Vous trouverez des informations détaillées sous Pathologie et cytologie moléculaires.

Des méthodes spéciales sont utilisées pour répondre à des questions particulières :

  • Immunocytochimie : diagnostic et classification des tumeurs malignes ainsi que recherche de marqueurs pronostiques et prédictifs.
  • Immunofluorescence : diagnostic d'agents pathogènes dans les lavages broncho-alvéolaires.
  • Hybridation in situ par fluorescence (FISH) : amélioration du diagnostic de tumeurs et analyse de marqueurs prédictifs
  • Microdissection au laser : enrichissement de cellules tumorales pour le séquençage d'ADN basé sur la PCR

  • Certaines analyses nécessitent des conditions d'expédition particulières :

1. frottis gynécologique

Frottis gynécologiques à base de liquide (méthode ThinPrep®) :

  • Avec la méthode ThinPrep®, le gel lubrifiant peut entraîner un agglutinement des cellules et limiter l'évaluation des préparations. Si nécessaire, il est toutefois possible d'utiliser un peu de gel lubrifiant hydrosoluble sans carbomère (par exemple Gyn-Lys ou le gel lubrifiant K-Y medical Steril).
  • Bien rincer la brosse et/ou la spatule de prélèvement dans la solution PreservCyt® et tourner le long de la paroi ou du fond du récipient pour bien détacher les cellules.
  • Jeter ensuite la brosse ou la spatule (ne pas la laisser dans la solution).
  • Envoyer le récipient.

Frottis gynécologiques conventionnels (classiques) :

  • Utiliser des lames avec un embout mat et inscrire au crayon le nom, le prénom ainsi que la date de naissance de la patiente.
  • En déroulant la brosse ou en balayant la spatule, étaler le matériel cellulaire rapidement (en 2-3 secondes), en couche fine et régulière d'un seul mouvement (pas de lame de coton).
  • et fixer immédiatement : vaporiser avec un spray de fixation jusqu'à ce que la préparation soit entièrement recouverte d'un film liquide. Laisser sécher les frottis 10-20 min avant l'expédition.
  • Expédition dans des tubes d'expédition.

2. typage de l'HPV

Indications typiques :

  • Résultats cytologiques incertains (ASC-US, ASC-H et AGC) chez les patientes ≥ 30 ans.
  • Dysplasie légère (Bethesda low grade SIL) chez les patientes ≥ 30 ans.
  • Dépistage primaire de l'HPV

Prélèvement de matériel pour la recherche d'HPV :

  • Cytologie en phase liquide : détermination de l'HPV sur le liquide résiduel ("test HPV réflexe"). Le matériel résiduel de la cytologie liquide est disponible pendant 4 semaines pour un dépistage ultérieur de l'HPV.
  • Frottis conventionnels : Kit de test (Digene Specimen Collection Kit, QIAGEN) avec instrument de prélèvement (mis à disposition par nos soins). Prélèvement de matériel à l'occasion d'un examen de contrôle.

3. aspirations de l'endomètre

Prélèvement de matériel :

  • Aspiration de la cavité utérine à l'aide d'une pipette à ballonnet.
  • Récupération de l'aspiration dans le milieu liquide AMIMED®.

Remarques importantes


Préparer tous les ustensiles avant la ponction à l'aiguille fine (FNP).


Contrôler le fonctionnement du spray de fixation avant la ponction. N'utiliser que des lames sur lesquelles on peut écrire (nom, prénom et date de naissance au crayon. Pas de feutre, pas d'étiquettes). Écrire avant d'étaler le matériel cellulaire.

En cas de suspicion de lymphome (ganglion FNP), faire un prélèvement supplémentaire pour l'analyse FACS en hématologie.

Fixation

  • Fixer les frottis immédiatement après la ponction (dans les secondes qui suivent !).
  • Fixation par spray : vaporiser du spray à une distance d'environ 10-20 cm jusqu'à ce que la préparation soit entièrement recouverte d'un film liquide. Laisser sécher les frottis 10-20 min avant de les envoyer.
    ou
  • Fixation humide au moyen d'une solution de Delaunay (peut être commandée au laboratoire de cytopathologie, tél. +41 61 556 53 66).



Expédition

  • Fixation par spray : Manchons d'expédition
  • Fixé par voie humide (solution Delaunay) : Récipient d'expédition avec bouchon à vis
  • Rincer la seringue FNP après l'avoir étalée avec du NaCl 0,9% ou du milieu cellulaire et l'expédier avec le liquide de rinçage.
  • En cas de suspicion de lymphome, envoyer le prélèvement séparé directement au laboratoire d'hématologie.



Technique de la ponction à l'aiguille fine (FNP)

Série de vidéos en ligne avec une discussion détaillée sur la technique de la PFN :

Fine Needle Aspirate

Techniques FNA

Indications

  • Différenciation cellulaire avec détermination du rapport CD4/CD8 ("lavage immunitaire") en cas de suspicion de maladie pulmonaire inflammatoire ou interstitielle
    • Détermination des sous-populations de lymphocytes (CD4, CD8, CD3 et CD19) par FACS
  • Bilan infectieux ("lavage infectieux")
    • Mise en évidence de l'agent pathogène par des examens spéciaux (immunofluorescence, colorations spéciales) : Pneumocystis jirovecii (PCP), CMV, RSV, Legionella pneumophila, mycobactéries, champignons.



Inscription

  • En cas de nécessité d'un examen urgent le jour même : veuillez annoncer le LBA au laboratoire (tél. +41 61 556 53 66) au plus tard juste avant le début de l'intervention et indiquer la problématique (différenciation cellulaire/recherche d'infection/malignité).
  • Clarification urgente de l'infection au moyen d'examens spéciaux : Résultats le jour même, à condition que le LBA parvienne au laboratoire de cytopathologie au plus tard à 14h00.



Conservation

  • Pas d'agents de conservation. Transport sur de l'eau glacée (eau/glace à parts égales). Ne pas placer le récipient dans de la glace pure.



Expédition

  • Dans un récipient en plastique gradué avec transport direct interne à l'hôpital (STA jusqu'à 17h, ensuite en accord avec le laboratoire de cytopathologie) : En cas de transport par la poste ou le train (service express ou courrier), dans un récipient en plastique pouvant être fermé de manière étanche.

Crachats

Indications

  • En cas de suspicion de tumeur, prélèvement d'expectorations à jeun sur trois jours consécutifs (expectorations I-III).


Procédure

  • Se brosser les dents avant de déposer l'expectoration.
  • Porteurs de dentiers : retirer le dentier, bien se rincer la bouche.
  • Inspirer profondément et expectorer les mucosités profondément incrustées.
  • En l'absence d'expectoration, faire inhaler une solution saline à 3% et taper sur le dos au-dessus du poumon malade, ce qui fait vibrer les sécrétions bronchiques visqueuses et déclenche la toux.
  • Cracher le mucus expectoré directement dans un récipient prévu pour l'envoi de crachats ou dans un gobelet à crachats.


Conservation

  • Si la durée de transport est inférieure à 1 jour : pas d'ajout.



Envoi

  • Envoyer chaque échantillon d'expectoration immédiatement et séparément. Pas d'expectorations collectives.
  • Envoi dans des récipients en plastique bien fermés et à large ouverture.

Pour tous les liquides séreux (épanchement pleural et péricardique, ascite, aspiration de la chambre de Douglas, lavage péritonéal) :

  • Pas d'ajout d'agent de conservation. Les liquides séreux stériles sont des
  • de bons milieux pour les cellules. Conservation des cellules à température ambiante pendant environ 24 heures, au réfrigérateur à 4 °C pendant le week-end.
  • Envoyer toute la quantité de liquide (pour les grandes quantités, au moins 1 litre, de préférence tout)


Urines spontanées

Procédure

  • Le matin de l'examen, commencer par vider la vessie.
  • Boire ensuite plusieurs verres de liquide
  • Faire de l'exercice avant la 2e vidange de la vessie (gymnastique, monter les escaliers, marche)
  • Vider complètement la vessie dans le récipient prévu à cet effet.
  • Femmes : Tamponner les lèvres avec un linge humide avant la miction (éviter la présence de squames génitales dans l'urine).

Conservation

  • Mélanger immédiatement l'échantillon d'urine avec de l'alcool à 50 % dans un rapport 1:1 (pour la conservation et la suppression de la croissance bactérienne).

Envoi

  • Envoyer l'échantillon immédiatement afin qu'il puisse être traité si possible le jour même ou le lendemain.

Urine de cathéter

Comme l'urine spontanée, mélanger immédiatement avec de l'alcool à 50 % dans un rapport 1:1.

Important : indiquer sur le formulaire d'envoi s'il s'agit d'urine spontanée ou d'urine de cathéter.

Liquide de rinçage de la vessie

Conservation

  • Mélanger immédiatement le liquide avec de l'alcool à 50 % dans un rapport de 1:1 (comme pour l'urine).

UroVysion™ FISH

Examen des urothéliums à la recherche d'aberrations chromosomiques. Nous vous proposons cet examen en fonction des résultats cytologiques pour un examen plus approfondi. Il est effectué sur la préparation cytologique déjà réalisée et ne nécessite pas l'envoi séparé de matériel supplémentaire.

Indications principales :

  • Atypies cytologiques peu claires (par ex. voies urinaires supérieures, après BCG ou dans le cadre du suivi).
  • Discordance entre la cytologie et la cystoscopie

  • Si le LCR doit être analysé uniquement pour les cellules tumorales, veuillez l'envoyer directement au laboratoire de cytopathologie du service de pathologie.
  • Dans tous les autres cas, envoyer le LCR au service de médecine de laboratoire de l'Hôpital universitaire de Bâle, où le nombre de cellules, les protéines, le glucose, etc. sont déterminés. De là, des préparations cytocentrifuges sont envoyées au laboratoire de cytopathologie pour la différenciation des cellules.
  • Le liquide céphalo-rachidien est un liquide pauvre en substances nutritives. Les cellules se détériorent donc rapidement. De plus, l'adhésion des cellules aux parois du vaisseau d'envoi entraîne une perte de cellules. Il en résulte que :
  • Le liquide céphalorachidien doit être traité dans les deux heures et apporté immédiatement au laboratoire.

Conservation

  • Uniquement du LCR natif sans additif de conservation

Envoi

  • Envoyer une quantité pas trop petite (si possible ≥ 2 ml).
  • Envoi dans un tube en plastique (adhésion des cellules plus faible que dans les tubes en verre)

Une large gamme d'anticorps est disponible pour les analyses immunocytochimiques des maladies néoplasiques et non néoplasiques (pour le typage des tumeurs, les analyses de marqueurs pronostiques et prédictifs et le diagnostic d'agents pathogènes). L'immunocytochimie est réalisée directement sur les préparations cytologiques diagnostiques ou sur des blocs de cellules.

La pathologie et la cytologie moléculaires comprennent les méthodes d'analyse de la pathologie et de la génétique moléculaires. Celles-ci comprennent des méthodes in situ (par exemple l'hybridation in situ par fluorescence (FISH), l'immunohistochimie et l'immunocytochimie), des méthodes basées sur la PCR (ADN, ARN) et le séquençage de nouvelle génération (NGS). Ces méthodes aident les médecins traitants à choisir le bon traitement et fournissent des informations importantes sur le pronostic et la prédiction (par exemple, la réponse aux médicaments), en particulier dans le cas des maladies tumorales.

Les méthodes d'analyse les plus modernes sont à votre disposition pour répondre aux diverses questions diagnostiques, pronostiques et prédictives.

Il s'agit d'une méthode qui peut être utilisée aussi bien pour le matériel non fixé que pour le matériel fixé. On peut utiliser à cet effet des préparations en coupe/en bloc ou des préparations cytologiques (même déjà colorées). Le principe repose sur l'hybridation de sondes génétiques sur les segments de gènes à examiner du matériel d'analyse. Ces sondes génétiques sont couplées à des colorants fluorescents qui peuvent être visualisés sous un microscope à fluorescence spécial.

Dans notre offre d'analyses, nous disposons d'une série de sondes différentes qui sont notamment utilisées pour le diagnostic des cancers du poumon, des sarcomes et des lymphomes. Il est également possible de détecter des aberrations génétiques numériques (amplifications et délétions) ainsi que des translocations.

Cette méthode est également adaptée à la clarification de modifications peu claires en cytologie (par ex. Urovision® en cas de modifications de l'appareil urinaire.

Pour l'envoi, veuillez utiliser les formulaires suivants :

Le séquençage de nouvelle génération (NGS) permet d'obtenir en une seule analyse une vue d'ensemble de nombreuses altérations génétiques cliniquement pertinentes (p. ex. mutations ponctuelles, délétions, insertions, ainsi que modifications du nombre de copies) dans le tissu tumoral. La méthode permet de séquencer simultanément de nombreuses séquences d'ADN différentes et d'obtenir ainsi des informations sur de nombreux gènes importants sur le plan thérapeutique en une seule fois.

Pour ce faire, on utilise des kits disponibles dans le commerce des sociétés Thermo Fisher et ArcherDx, ainsi que des panels développés en interne.

Les analyses basées sur l'ADN sont effectuées entre autres avec les panels suivants :

  • Oncomine™ Precision Assay GX (surtout tumeurs du poumon, du côlon, du sein, GIST), 46 gènes avec 14 variations du nombre de copies.
  • CE-IVD Oncomine™Solid Panel (surtout tumeurs du poumon et du côlon ; 22 gènes)
  • Oncomine™ Comprehensive Assay v3 (spectre de gènes élargi pour toutes les tumeurs, 135 gènes, 47 variations du nombre de copies)
  • Oncomine™ Comprehensive Assay Plus (y compris TMB) (spectre génétique étendu pour toutes les tumeurs, y compris charge mutationnelle tumorale, 498 gènes avec 333 variations du nombre de copies)
  • Oncomine™ Childhood Panel (surtout tumeurs infantiles, y compris DICER1 et MYOD1), 136 gènes avec 28 variations du nombre de copies
  • Panel HRR-BRCAness-Prostate (surtout tumeurs de l'ovaire, de la prostate, du sein et du pancréas) avec BRCA1/2, RAD51B, ATM, CDK12 et autres gènes, 55 gènes
  • Lymphome Panel (mutations fréquentes dans 68 gènes de lymphomes au total)
  • Panel mélanome (mutations fréquentes du mélanome) avec BRAF, NRAS, KIT, TERT, NF1, GNAQ, GNA11, BAP1 et autres gènes, 33 gènes

En outre, nous proposons également des analyses basées sur l'ARN qui permettent de détecter les fusions de gènes de ALK, ROS1, RET, NTRK1/2/3 et FGFR2/3 par exemple. Il s'agit notamment de :

  • Archer™ FusionPlex™ (fusions de 137 gènes).
  • Oncomine™ Comprehensive Assay v3 RNA (fusions de 51 gènes)
  • Oncomine™ Precision Assay GX (fusions de 18 gènes)
  • Oncomine™ Focus Assay RNA (fusions de 23 gènes)
  • Oncomine™ Panel ARN de l'enfance (fusions de 91 gènes)

De même, nous proposons la détermination de la charge mutationnelle tumorale (TMB). Cette procédure utilise le NGS pour déterminer le nombre de mutations par million de paires de bases. La détermination du TMB peut aider à identifier les patients qui sont plus susceptibles de bénéficier d'une immunothérapie.

Les méthodes NGS sont en principe applicables aussi bien aux préparations histologiques qu'aux préparations cytologiques. Au moyen de la microdissection par capture laser, nous pouvons augmenter la teneur en cellules tumorales, ce qui permet d'obtenir des résultats exploitables même en présence de peu de cellules tumorales ou d'une faible teneur en cellules tumorales.

Vous trouverez ici une liste détaillée des gènes et des exons analysables ainsi que d'autres informations sur le NGS :

Sous le nom de liquid biopsy, nous proposons l'analyse de l'ADN acellulaire (cfDNA) dans le sang périphérique et le liquide céphalorachidien. Cet ADN fragmenté provenant de nombreux tissus de l'organisme contient également, chez les patients atteints de tumeurs, de l'ADN tumoral circulant (ADNtc). Des méthodes sensibles permettent entre autres de rechercher des mutations importantes pour le traitement, notamment celles qui sont responsables de la résistance aux médicaments. Une autre application courante est la quantification de l'ADNc à l'aide de mutations spécifiques aux tumeurs déjà connues, qui ont été déterminées auparavant dans des biopsies conventionnelles. Lors des mesures d'évolution, une augmentation de l'ADNc dans le sang périphérique indique généralement une progression de la tumeur.

L'analyse est généralement réalisée à l'aide d'une méthode NGS en utilisant différents panels tels que Oncomine™ Lung cfTNA, Oncomine™ Colon cfDNA Assay, Oncomine™ Breast cfDNA Assay ou Oncomine™ PanCancer cfTNA Assay. Ces panels peuvent être réalisés de manière générale pour différentes malignités, ou de manière spécifique pour les malignités du poumon, du côlon et du sein.

Comme l'ADNct doit absolument être protégé de la dilution par l'ADN leucocytaire, qui est libéré par la décomposition des cellules lors de la conservation des échantillons de sang, il faut utiliser à cet effet des récipients sous vide préparés avec un conservateur (par exemple des Streck tubes). Dans ces récipients, un échantillon de sang ou de liquide céphalorachidien peut être conservé et envoyé à température ambiante pendant environ 4 jours. Pour un examen, 20 ml de sang sont nécessaires, si possible 2 ml de liquide céphalo-rachidien devraient être envoyés. Les tubes correspondants peuvent être commandés chez nous sur demande (tél. : +41 61 265 27 57).

La question clinique et les informations les plus détaillées possibles sur la tumeur confirmée ou suspectée sont essentielles pour obtenir un maximum d'informations cliniquement utilisables à partir de l'échantillon. Ces informations doivent être communiquées sur le formulaire d'envoi.

Vous trouverez ici le formulaire d'envoi correspondant ainsi qu'une liste détaillée des gènes et exons analysables :

Nous proposons des analyses de méthylation de l'ADN à l'échelle du génome, basées sur des puces, pour le diagnostic de précision des tumeurs (1,2). Ces analyses sont disponibles pour les tumeurs du cerveau et des parties molles, les tumeurs des gaines nerveuses périphériques et, en particulier, le syndrome CUP (cancer de primauté inconnue) (1,3). Pour le diagnostic du CUP, les données sont comparées aux profils de méthylation de l'ADN de plus de 18 000 tumeurs grâce au système EpiDiP (4) développé en interne, ce qui permet dans la plupart des cas de les attribuer à un primordium ou à un tissu d'origine.

Outreles profils de méthylation de l'ADN spécifiques à l'entité tumoralel'analyse par microréseau fournit une multitude d'autres informations importantes :

  • Profils du nombre de copies, entre autres LOH 1p/19q pour les gliomes, amplification du gène MDM2 pour les tumeurs du tissu adipeux.
  • Informations pronostiques, par ex. délétions CDKN2a/b dans les gliomes à IDH mutée, gradation moléculaire des méningiomes (5), méthylation du promoteur MLH1.
  • Marqueurs prédictifs, par ex. méthylation du promoteur MGMT, amplifications des gènes EGFR et HER2

Condition préalable à l'analyse : 500 ng d'ADN (de préférence à partir de tissu natif, mais FFPE également possible).

Nous proposons en outre un test moléculaire rapide basé sur le séquençage des nanopores (6,7), qui permet en quelques heures une classification fiable des méthylomes au moyen des algorithmes NanoDx (7,8) et NanoDiP (9). Cette analyse est exclusivement réservée aux préparations natives et aux préparations conservées au moyen de SurePath® ou ThinPrep® (y compris les épanchements malins). La conservation d'échantillons de tissus natifs dans SurePath® ou ThinPrep® permet des envois externes à température ambiante. Après le test rapide, les résultats sont vérifiés à l'aide d'un microarray à haute résolution (durée : environ 2 semaines). Pour les envois, veuillez utiliser les formulaires suivants :


Références

1 Capper D, Jones DTW, Sill M, Hovestadt V, Schrimpf D, Sturm D, et al. DNA methylation-based classification of central nervous system tumours. Nature. 2018 Mar 14;555(7697):469-74.

2-Hench J, Bihl M, Bratic Hench I, Hoffmann P, Tolnay M, Bösch Al Jadooa N, et al. Satisfying your neuro-oncologist : a fast approach to routine molecular glioma diagnostics. Neuro-Oncol. 2018 Nov 12;20(12):1682-

3 Koelsche C, Schrimpf D, Stichel D, Sill M, Sahm F, Reuss DE, et al. Sarcoma classification by DNA methylation profiling. Nat Commun. 2021 Dec;12(1):498.

4.Hench J, Frank S. EpiDiP Server [Internet]. 2020. Disponible à partir de : http://www.epidip.org

5.Maas SLN, Stichel D, Hielscher T, Sievers P, Berghoff AS, Schrimpf D, et al. Integrated Molecular-Morphologic Meningioma Classification : A Multicenter Retrospective Analysis, Retrospectively and Prospectively Validated. J Clin Oncol. 2021 Dec 1;39(34):3839-52.

6 Euskirchen P, Bielle F, Labreche K, Kloosterman WP, Rosenberg S, Daniau M, et al. Same-day genomic and epigenomic diagnosis of brain tumors using real-time nanopore sequencing. Acta Neuropathol (Berl). 2017;134(5):691-703.

7.Kuschel LP, Hench J, Frank S, Hench IB, Girard E, Blanluet M, et al. Robust methylation-based classification of brain tumors using nanopore sequencing [Internet]. Oncology ; 2021 Mar [cited 2021 Apr 1]. Available from: http://medrxiv.org/lookup/doi/10.1101/2021.03.06.21252627

8.Djirackor L, Halldorsson S, Niehusmann P, Leske H, Capper D, Kuschel LP, et al. Intraoperative DNA methylation classification of brain tumors impacts neurosurgical strategy. Neuro-Oncol Adv. 2021 Oct 10;vdab149.

9.Hench J, Hultschig C. NanoDiP - Nanopore Digital Pathology [Internet]. NanoDiP - Nanopore Digital Pathology. 2021 [cited 2021 Nov 26]. Disponible à partir de : https://github.com/neuropathbasel/nanodip

Contact

Prof. Stephan Frank
Chef du département de neuro- et ophtalmopathologie, membre du Centre des tumeurs
41 61 328 63 90
stephan.frank@usb.ch

Dr. Jürgen Hench
Chef de clinique en neuropathologie et pathologie moléculaire, membre du Centre des tumeurs
Tél.+41 61 328 68 91
juergen.hench@usb.ch

Séquençage Sanger

Le séquençage Sanger après amplification de l'ADN par PCR sert à rechercher des mutations à l'intérieur de segments de génome définis. L'évaluation des produits de la réaction de Sanger se fait par électrophorèse capillaire, une amélioration de l'électrophorèse en gel de polyacrylamide utilisée initialement par Sanger. Ce procédé a permis et marqué de son empreinte le séquençage de génomes entiers, avant d'être largement remplacé par le séquençage parallèle (également appelé next generation sequencing, NGS). Néanmoins, la technique de Sanger reste aujourd'hui encore le standard de référence du séquençage génétique, à l'aide duquel les nouvelles technologies sont validées. Le séquençage Sanger est encore utilisé chez nous principalement comme méthode économique de détermination des mutations dans des domaines génétiques individuels.

Analyse de la longueur des fragments par électrophorèse capillaire

Cette méthode se base, comme le séquençage Sanger, sur la séparation par électrophorèse capillaire de produits PCR générés de manière ciblée à partir de l'ADN de l'échantillon et sur la détermination de leur longueur. Selon l'approche PCR, cette technique peut être utilisée pour l'analyse de clonalité dans les maladies lymphoprolifératives ou pour déterminer l'instabilité des microsatellites dans les carcinomes.

PCR numérique en gouttelettes

Dans le cas de la droplet digital PCR (ddPCR), l'échantillon d'ADN est divisé en de nombreuses gouttelettes(jusqu'à 20'000 par approche réactionnelle) dans une émulsion d'eau et d'huile. Une PCR spécifique à la mutation est ensuite réalisée dans chacune de ces gouttelettes individuelles à l'aide de sondes TaqMan couplées à la fluorescence. Toutes les gouttes sont ensuite analysées pour déterminer la présence d'une mutation, celles dans lesquelles une amplification spécifique à la mutation a eu lieu devenant fluorescentes. L'analyse se fait à l'aide d'un cytomètre de flux à fluorescence modifié. En règle générale, deux colorants sont utilisés pour distinguer l'allèle muté de l'allèle sauvage. Le rapport entre les deux signaux colorés correspond à la fréquence allélique de la mutation (nombre d'allèles mutés par rapport au nombre total d'allèles dans le tissu tumoral). Pour la recherche de modifications d'un seul gène, la ddPCR est une méthode très robuste, car contrairement à la méthode Sanger, la fréquence des allèles est toujours déterminée, ce qui facilite l'interprétation des résultats. En raison des résultats quantitatifs, la ddPCR peut également être utilisée pour déterminer l'amplification des gènes, les délétions et la méthylation de l'ADN.

Génotypage du papillomavirus humain (HPV)

Un génotypage est nécessaire pour déterminer s'il existe une infection à HPV et si celle-ci s'accompagne d'un risque accru de progression ou de développement d'un carcinome. Pour ce faire, on utilise une méthode PCR quantitative qui permet non seulement de faire la distinction entre les génotypes HPV à haut risque et à faible risque, mais aussi, dans la plupart des cas, de déterminer les types d'HPV exacts impliqués (même en cas d'infections multiples). La méthode peut être utilisée pour toutes les procédures cytologiques, mais aussi pour les tissus fixés au formol ou inclus en paraffine et les tissus natifs. Cette analyse est réalisée en collaboration avec le service de virologie clinique de la médecine de laboratoire de l'Hôpital universitaire de Bâle.

Vous trouverez ici le formulaire d'envoi correspondant :

Contact pour les questions médicales

53ad3946-dd09-4277-ac4e-b14d26d06302

Prof. Lukas Bubendorf

Leitender Arzt und Fachbereichsleiter Zytopathologie

Pathologie

26f7d945-789d-4e95-ac3a-eb8d37925b50

PD Dr. Matthias Matter

Leitender Arzt und Fachbereichsleiter Molekularpathologie

Pathologie

Renseignements sur les analyses moléculaires

802678a1-46b1-4a9b-9032-038bbea7de41

Dr. Ilaria Alborelli

Molekularbiologin

Pathologie

Le département de neuropathologie s'occupe du diagnostic des maladies du système nerveux central et périphérique, y compris des maladies des muscles squelettiques (myopathologie). Nous mettons l'accent sur l'analyse moléculaire d'un large éventail de maladies tumorales, y compris les tumeurs cérébrales, au moyen du profilage par méthylation de l'ADN ; nous utilisons également les procédés de séquençage nanoporeux les plus modernes ainsi que différents algorithmes d'intelligence artificielle. Un autre point fort est le diagnostic des maladies nerveuses et musculaires. Nous effectuons en outre des examens sur des cerveaux de patients décédés, en mettant notamment l'accent sur le diagnostic de maladies neurodégénératives et de malformations cérébrales fœtales (collaboration avec le service de génétique médicale, USB).


Le service d'ophtalmopathologie se concentre sur l'examen histologique des tissus oculaires enlevés par voie chirurgicale (paupières, conjonctive, cornée, orbite, yeux). Cette prestation est fournie à la clinique ophtalmologique de l'USB, à des services d'ophtalmologie externes d'hôpitaux de soins aigus et de cliniques ophtalmologiques ainsi qu'à des ophtalmologues indépendants. Outre des procédés histotechniques spécifiques, des méthodes d'examen de pathologie moléculaire sont de plus en plus utilisées.

Biopsie musculaire

Afin de garantir un traitement histologique approprié du matériel d'examen natif, une annonce préalable est nécessaire, soit par e-mail, soit par téléphone au +41 61 328 78 74. Dans la mesure du possible, cette annonce préalable doit être effectuée au moins 24 heures avant le prélèvement de la biopsie.


Envoyer le fragment de tissu musculaire (taille env. 1x1x1 cm) natif (non fixé, sans milieu) dans un récipient fermé (p. ex. thermos, boîte en polystyrène) sur glace par taxi, coursier, etc. Cave : ne pas mettre les tissus en contact direct avec la glace. Ne pas utiliser de glace carbonique ou d'accumulateurs de froid congelés !


Si le transport par taxi ou par coursier n'est pas possible, veuillez envoyer le biopsat par courrier express (livraison le jour même, planifier le prélèvement de la biopsie en conséquence) à :

Pathologie
Hôpital universitaire de Bâle
Schönbeinstrasse 40
4031 Bâle

A l'intérieur de l'Hôpital universitaire de Bâle : Rohrpost 2856. En cas d'envoi, veuillez téléphoner au 87874.

En général

  • Veuillez toujours indiquer le lieu de prélèvement du muscle.
  • Rapport médical accompagnant le biopsat, avec indication aussi détaillée que possible des symptômes cliniques et des questions posées. Mention de la personne de contact du médecin.
  • Le muscle biopsié doit être affecté par les symptômes de la maladie décrits, mais il ne doit pas s'agir, si possible, d'un muscle nettement parétique/plégique ou transformé.
  • Les aiguilles EMG provoquent des artefacts considérables. C'est pourquoi il ne faut pas faire de biopsie musculaire dans les zones où les aiguilles EMG ont été enfoncées.

Formulaire d'informations cliniques sur les biopsies musculaires/nerveuses

Biopsie nerveuse

Annonce préalable de la biopsie nerveuse soit par e-mail, soit par téléphone +41 61 328 78 74. Dans la mesure du possible, l'annonce préalable doit être effectuée au moins 24 heures avant le prélèvement de la biopsie.

Morceau de nerf d'au moins 2 cm de long, idéalement de 4 cm (chez les enfants, si possible pas moins de 1 cm).

Au sein de l'Hôpital universitaire de Bâle : envoi à l'état natif par pneumatique 2856. En cas d'envoi, veuillez téléphoner au 87874.

Autres expéditeurs : soit fixé dans du formol tamponné à 4% (courrier régulier), soit natif réfrigéré par coursier (voir biopsie musculaire).

Formulaire d'informations cliniques sur les biopsies musculaires/nerveuses

Inscription/administration/commande : Tél. +41 61 328 78 74


Contact

Prof. Stephan Frank
Chef du département de neuro- et ophtalmopathologie, membre du Centre des tumeurs
41 61 328 63 90
stephan.frank@usb.ch

Dr. Jürgen Hench
Chef de clinique en neuro-pathologie et pathologie moléculaire, membre du Tumor Center Tél.+41 61 328 68 91
juergen.hench@usb.ch

Contact

f819a43b-45ab-4454-9a44-2e043ad71cb2

Prof. Stephan Frank

Leitender Arzt und Fachbereichsleiter Neuro- und Ophthalmopathologie

Pathologie

Mitglied Tumorzentrum

45a9ac69-1863-4952-b806-3abf3450e815

Prof. Peter Meyer

Leitender Arzt

Augenklinik

Facharzt Ophthalmologie und Ophthalmochirurgie

Afficher le profil

La tâche principale du diagnostic post-mortem (autopsie) est de déterminer la cause du décès et les maladies préexistantes d'un patient ou d'une patiente décédé(e) par un examen médical interne du corps avec prélèvement d'échantillons et - le cas échéant - d'organes. Les autopsies anatomo-pathologiques (cliniques) sont effectuées sur des personnes décédées de mort naturelle (sinon, elles sont effectuées par des médecins légistes), dans la mesure où ces personnes ou leurs proches parents ont donné leur accord.

L'autopsie sert en outre à :

  • à l'assurance et au contrôle de la qualité de la médecine clinique,
  • à l'enseignement (formation des étudiants en médecine, des médecins-assistants, des pathologistes spécialisés et des médecins spécialisés dans d'autres disciplines),
  • de répondre aux questions des proches, comme par exemple des indications sur les facteurs de risque familiaux en cas de cancer ou de démence,
  • de la recherche,
  • la clarification de questions d'assurance, par exemple en cas de maladies professionnelles.

Contact

04e2aa53-b5a1-4481-a5fc-0d10381a7b7f

Prof. Alexandar Tzankov

Leitender Arzt und Fachbereichsleiter Histopathologie und Autopsie

Pathologie

Mitglied Tumorzentrum

77ced6ad-b142-4266-a0be-f64de473536e

Ralph Schoch

Leitender Präparator

Pathologie

Centres de référence

Les centres de référence médicaux concentrent l'expertise pour des maladies généralement rares. En pathologie, les centres de référence assument souvent le rôle de deuxième examen, le cas échéant pour l'inclusion dans des études cliniques, et disposent à cet effet de l'expertise correspondante ainsi que d'une infrastructure technique spécifique pour les examens complémentaires (p. ex. séquençage de gènes). L'évaluation pathologique de référence d'échantillons de tissus de maladies rares permet un diagnostic rapide, précis et fiable ainsi qu'une évaluation du pronostic et constitue la condition préalable à l'introduction d'un traitement optimal et "ciblé".

Le service de pathologie de l'USB abrite les seuls centres de référence de Suisse pour les tumeurs osseuses et les lymphomes, dont la réputation positive dépasse largement les frontières nationales et constitue une fonction de phare pour l'USB.

Centre de référence des tumeurs osseuses (KTRZ) et registre de référence DÖSAK

Les tumeurs osseuses et maxillaires sont globalement rares, les formes malignes ne représentent qu'environ 0,5% de toutes les tumeurs malignes (environ 60 cas/an en Suisse). Alors qu'auparavant, la plupart des patients mouraient de ces maladies, il est aujourd'hui possible d'atteindre des taux de survie à 5 ans allant jusqu'à 70% pour les formes très agressives (p. ex. ostéosarcome, sarcome d'Ewing), qui surviennent de préférence chez les enfants et les adolescents. La condition préalable à cela est un diagnostic précis et fiable, qui nécessite une concentration d'expertise compte tenu des nombreux sous-types différents au pronostic variable.

Le centre de référence des tumeurs osseuses et le registre de référence du DÖSAK (Deutsch-Österreichisch-Schweizerischer Arbeitskreis für Kiefer- und Gesichtstumoren) à l'USB à Bâle examinent chaque année près de 1000 cas en provenance de Suisse et de l'étranger et jouissent d'une excellente réputation. Le centre de référence des tumeurs osseuses et le registre de référence DÖSAK ont été créés en 1972 à l'initiative du professeur H.U. Zollinger, ancien chef de l'Institut de pathologie, et ont été dirigés entre-temps par le professeur W. Remagen jusqu'en 1993 et par le professeur G. Jundt jusqu'en juin 2014. Depuis juillet 2014, le Prof. Dr Daniel Baumhoer dirige le centre de référence. La bonne collaboration avec les cliniques et les centres tumoraux de l'USB et de l'UKBB a encouragé et soutenu les pôles cliniques de Bâle et attire des patients de toute la Suisse et des pays voisins.

Les missions du centre de référence, qui est soutenu par une fondation, consistent en des diagnostics primaires et des secondes évaluations consultatives. Depuis sa création, le centre de référence a examiné et documenté plus de 20 000 tumeurs osseuses, en accordant une attention particulière à la prise en compte de l'imagerie correspondante et de l'évolution clinique. Dans environ 40% des cas, les diagnostics des soumissions externes sont modifiés et/ou précisés, dans 5% des cas, il faut procéder à une reclassification de bénin en maligne ou de maligne en bénigne.

La documentation des tumeurs osseuses examinées dans le centre de référence constitue la base d'un diagnostic précis, de cours de formation continue pour les pathologistes, les radiologues, les orthopédistes et les chirurgiens maxillo-faciaux, ainsi que la base de nombreuses publications et de livres. Il convient de souligner en particulier la participation à l'élaboration des classifications actuelles de l'OMS pour les tumeurs des os et des tissus mous ainsi que pour les tumeurs de la tête et du cou. Les activités scientifiques du centre de référence se concentrent sur les causes génétiques de la formation des tumeurs osseuses. Cela permet d'une part d'améliorer le diagnostic, car certaines modifications génétiques ne sont présentes que dans certains types de tumeurs et peuvent donc être utilisées pour la classification. D'autre part, cela permet également de découvrir de nouveaux points d'attaque pour des thérapies innovantes qui, espérons-le, permettront d'améliorer encore le pronostic des patients atteints de tumeurs des os et de la mâchoire dans un avenir proche.

Pour les envois de cas, veuillez tenir compte des formulaires suivants avec une adresse de livraison alternative en Allemagne afin d'éviter les retards dus aux douanes :

Contact pour les questions médicales

9ab1b353-85c0-4e43-abff-ce6a980fdcec

Prof. Daniel Baumhoer

Stv. Chefarzt

Pathologie

Mitglied Tumorzentrum

Contact pour les questions administratives

281e23b7-08ab-45af-885d-822e0098a996

Petra Huber

Stab Führung und Organisation

Pathologie

Les cancers du système hématopoïétique, appelés "néoplasies hémato-lymphoïdes", sont essentiellement des lymphomes et des leucémies. Comparés à d'autres cancers, comme le cancer du côlon, le cancer du poumon ou le cancer du sein, les lymphomes et les leucémies sont relativement rares. En Suisse, ils représentent environ 4 à 7% des tumeurs (un peu plus souvent chez les hommes que chez les femmes). En moyenne, les personnes âgées (entre 60 et 70 ans) sont celles qui développent le plus souvent des lymphomes et des leucémies. Toutefois, des sous-types spécifiques peuvent apparaître à tout âge et deux maladies, à savoir la leucémie lymphoïde aiguë (LLA) et le lymphome hodgkinien classique (LHC), font partie des tumeurs les plus fréquentes chez les enfants et les jeunes adultes.

Le traitement et le pronostic des lymphomes et des leucémies ont connu des changements fondamentaux au cours des dernières décennies, avec pour résultat réjouissant que des guérisons sont aujourd'hui possibles pour nombre de ces cancers ou que de très bons taux de survie à long terme peuvent être obtenus. En outre, de plus en plus de ces maladies sont traitées de manière "ciblée", certaines d'entre elles ne nécessitant même plus de chimiothérapie. La condition préalable à une thérapie ciblée et réussie est toutefois un diagnostic histologique précis. Ce diagnostic histologique est rendu difficile non seulement par le fait que ces tumeurs sont rares - comme mentionné ci-dessus - mais aussi par le fait que nous connaissons aujourd'hui plus de 70 sous-types de lymphomes différents, et il en va essentiellement de même pour les leucémies. La plupart d'entre elles sont traitées de manière totalement différente. Des centres de référence sont donc nécessaires pour une gestion optimale de ces patients.

Le SAKK (Groupe suisse de recherche clinique sur le cancer) gère depuis les années 90 du siècle dernier un centre de référence pour le diagnostic histologique des lymphomes malins (RZML). Depuis le 1er janvier 2019, le RZML est rattaché à l'Institut de pathologie de l'Hôpital universitaire de Bâle. Il est placé sous la direction du professeur Stefan Dirnhofer, médecin-chef adjoint du service de pathologie.

Les tâches du centre de référence consistent à réaliser ce que l'on appelle la "Central Pathology Review" (la vérification centrale du diagnostic) pour les études cliniques sur le lymphome du SAKK. Ceci est lié à un "biobanking" des échantillons de tissus et - dans la mesure du possible - à la réalisation d'un projet de recherche dit "translationnel".

Outre cette importante fonction d'expert dans les études cliniques, le RZML est également une institution nationale et internationale pour le diagnostic primaire ainsi que pour la (deuxième) évaluation consultative de préparations hématopathologiques difficiles ou rares. Toute la gamme de la spécialité est couverte, c'est-à-dire les maladies néoplasiques et non néoplasiques de la moelle osseuse, du thymus, de la rate ainsi que les lymphoproliférations nodales et extranodales. Chaque année, environ 600 cas font l'objet d'une évaluation pathologique de référence à l'aide des méthodes diagnostiques les plus modernes. Outre la réalisation des projets de recherche translationnelle d'études cliniques primaires mentionnés ci-dessus, les activités scientifiques du RZML se concentrent sur l'identification de biomarqueurs diagnostiques, pronostiques et prédictifs des néoplasies hémato-lymphoïdes. Cela sert en fin de compte à développer de meilleures thérapies "personnalisées".

Une autre tâche importante du RZML comprend l'organisation régulière de formations continues et postgraduées.

Au niveau local ou régional, le RZML travaille en étroite collaboration avec le centre des tumeurs hémato-oncologiques de l'USB. Au niveau international, le professeur Dirnhofer siège, en tant que directeur du RZML, aux réunions régulières des directeurs des centres de référence allemands pour les lymphomes. Il est en outre président-élu de l'European Association for Hematopathology et a organisé en 2016 le plus grand congrès d'hématopathologie au monde à Bâle.

Contact

e6bf733e-f6dd-46ed-9e7b-63a825a80bca

Prof. Stefan Dirnhofer

Chefarzt a.i.

Pathologie

Mitglied Tumorzentrum

Formulaires pour les expéditeurs

CRM

Kontakt für Fragen, Wünsche und Anliegen

ab8abc55-e2ff-40fd-90be-305f43931be3

Sandra Altorfer

Teamleiterin Administration

Pathologie und Medizinische Genetik

3a45959d-4cde-4742-accc-1aa0816fb7fb

Marcela Rosario Bertschinger

Stv. Teamleiterin Administration

Pathologie und Medizinische Genetik

283ac08e-ca6d-4e49-9b98-4425cad60805

Marina Conti

Administrative Mitarbeiterin

Pathologie

02f20488-afbc-4ec9-825f-99cb434ef58b

Madeleine Di Pompeo

Administrative Mitarbeiterin

Pathologie

9a0dc78b-43ff-4381-ac86-1a148b4d159a

Claudia Dias Gaspar

Arztsekretärin

Pathologie

4f1a4c46-73c5-456d-a234-cdd601f1091f

Gabriela Junod

Sekretärin

Pathologie

d91c9ec8-86d8-4961-b7c3-71f45e28da5b

Christine Suter

Administrative Mitarbeiterin

Pathologie