Chirurgiens dans la salle d'opération lors d'une opération DaVinci

Offre

En tant qu'hôpital central, l'Hôpital universitaire de Bâle propose toute la gamme des interventions urologiques et uro-oncologiques. En tant que spécialisation, il propose toute la gamme des méthodes chirurgicales mini-invasives telles que la laparoscopie, la rétropéritonéoscopie, la chirurgie robotique et la chirurgie au laser.

Secrétariat d'inscription en urologie
Accessibilité : Lu-Ve, 08h00 - 12h00 / 13h00 - 17h00
Tél. +41 61 265 72 80
Fax +41 61 265 76 90
anmeldung.urologie@usb.ch

En cas d'urgence, nous sommes à votre disposition 24 heures sur 24.

Centre d'urgence

Hôpital universitaire de Bâle Petersgraben 2

4031 Bâle

Tél. +41 61 265 25 25

Gamme d'offres

Les modifications des reins augmentent avec l'âge. Les tumeurs sont des tumeurs qui remplacent ou pénètrent les tissus de l'organe concerné. Les tumeurs peuvent être malignes ou bénignes. La plupart du temps, les tumeurs rénales sont des kystes bénins sans valeur pathologique. Dans ce cas, un traitement n'est pas nécessaire en l'absence de symptômes. Il arrive cependant que des tumeurs malignes du rein (cancer) se forment. Elles sont souvent découvertes par hasard lors d'examens d'imagerie modernes tels que la tomodensitométrie.

Depuis septembre 2020, le centre des tumeurs urologiques est également certifié par la Société allemande du cancer (DKG) comme centre de lutte contre le cancer du rein, ce qui lui a permis d'obtenir le statut de centre de lutte contre les tumeurs uro-oncologiques. Les centres certifiés par la DKG doivent prouver chaque année qu'ils remplissent les exigences professionnelles pour le traitement d'une maladie tumorale et qu'ils disposent en outre d'un système de gestion de la qualité bien établi. Grâce à cette certification, nous garantissons à nos patients atteints de cancer du rein qu'ils pourront bénéficier d'un traitement répondant à des critères de qualité élevés à chaque étape de leur maladie.

Diagnostic

Si nous soupçonnons que vous avez un cancer du rein, nous utilisons une imagerie de pointe pour déterminer la taille et l'étendue du cancer en trois dimensions. Nous pouvons alors imprimer le rein porteur du cancer sous forme de modèle 3D afin d'aider à la planification de l'opération. Dans certains cas sélectionnés, nous effectuons également une biopsie afin d'examiner l'échantillon de tissu au microscope avant une éventuelle opération.

Thérapie

Le traitement du cancer du rein nécessite la collaboration de différents spécialistes. Dans le cadre de notre centre certifié de lutte contre les tumeurs, chaque patient atteint d'un cancer du rein récemment découvert, localement ou de manière systémique, à un stade avancé, fait l'objet d'une discussion interdisciplinaire afin de vous proposer un traitement individuel et parfaitement adapté.

L'ablation chirurgicale mini-invasive d'un cancer limité au rein est actuellement la méthode la plus utilisée et la plus éprouvée. Nous mettons l'accent sur la chirurgie mini-invasive assistée par robot avec le système Da Vinci®. Ici, le chirurgien procède à l'intervention par de petites incisions abdominales au moyen d'instruments microchirurgicaux et d'une caméra tenue par le robot. Notre expérience montre que les patients souffrent moins après cette opération, qu'ils sont plus rapidement mobiles et qu'ils peuvent rentrer chez eux plus tôt que les patients opérés à ciel ouvert par une grande incision abdominale.

Vidéo de présentation : Résection partielle de rein assistée par robot (DaVinci)

Soins postopératoires

Nous proposons à chaque patient atteint d'un cancer du rein un suivi tumoral adapté à ses besoins, afin de détecter à temps les récidives du cancer du rein ainsi que les éventuelles conséquences liées à l'opération et de les traiter en conséquence de manière précoce.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Le cancer de la vessie est le cinquième cancer le plus fréquent chez l'homme. Les fumeurs et les hommes ont un risque nettement plus élevé de développer un cancer de la vessie. Mais le contact avec certains produits chimiques constitue également un facteur de risque pour le développement d'un cancer de la vessie. Les patients atteints d'un cancer de la vessie rapportent souvent avoir souffert d'urines sanguinolentes comme premier signe de la maladie. Mais le cancer de la vessie peut aussi se manifester par un besoin croissant d'uriner sans les symptômes classiques d'une inflammation de la vessie, comme une sensation de brûlure en urinant.

Diagnostic

Si l'on soupçonne un cancer de la vessie, nous procéderons à une cystoscopie. Aujourd'hui, grâce à l'utilisation d'une caméra flexible, cette intervention peut être réalisée en ambulatoire et sans anesthésie, sans douleur, en consultation. La cystoscopie ne dure que quelques minutes. En outre, nous effectuerons un lavage de la vessie afin de vérifier si des cellules malignes de la muqueuse vésicale peuvent être détectées. Si ces examens révèlent des anomalies, un échantillon de tissu est prélevé dans la vessie par l'urètre, de manière peu invasive et sans incision cutanée.

Thérapie

Cancer de la vessie superficiel

Plus le cancer de la vessie est détecté tôt, plus les chances de guérison sont élevées. Dans de nombreux cas, le prélèvement de tissu par l'urètre permet déjà d'éliminer la totalité du cancer de la vessie. Selon la profondeur de pénétration du cancer dans la paroi de la vessie et sa malignité, une nouvelle ablation plus profonde de la muqueuse vésicale peut être nécessaire.

Malheureusement, le cancer de la vessie récidive souvent, même après une ablation complète. Notre clinique dispose d'une grande expérience dans le traitement ultérieur des tumeurs de la vessie. L'immunothérapie BCG (Bacillus Calmette-Guérin) permet de réduire considérablement la probabilité de retour des tumeurs de la vessie. Nous menons des recherches actives dans le domaine de l'immunothérapie par le BCG et sommes soutenus par le Groupe suisse de recherche clinique sur le cancer (SAKK).

Cancer invasif de la vessie

Si l'échantillon de tissu révèle que le cancer de la vessie a envahi le muscle de la paroi vésicale, il est généralement recommandé de procéder à une ablation chirurgicale de la vessie. En cas d'ablation complète de la vessie, l'urine ne peut plus être éliminée naturellement par l'urètre. Un substitut est créé pour évacuer l'urine par les reins. Selon la situation, différentes options de dérivation urinaire peuvent être proposées. Dans le cadre de notre centre certifié pour les tumeurs, chaque patient atteint d'une tumeur de la vessie qui s'est développée dans la musculature de la paroi vésicale est discuté de manière interdisciplinaire. S'ensuivent des consultations interdisciplinaires avec des représentants de l'urologie, de la radio-oncologie et de l'oncologie, afin de discuter en détail avec vous des différentes options thérapeutiques et de développer un concept thérapeutique adapté à votre cas.

Soins postopératoires

Nous proposons à chaque patient atteint d'un cancer de la vessie un suivi individuel de la tumeur afin de détecter précocement les récidives de tumeur de la vessie et de les traiter en conséquence à un stade précoce.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme.

Prévention

Plus le cancer de la prostate est détecté tôt, plus les chances de guérison sont grandes. C'est pourquoi la Société suisse d'urologie recommande un examen de dépistage du cancer de la prostate à partir de 45 ans en cas d'antécédents familiaux (père ou frère atteint d'un cancer de la prostate) et à partir de 50 ans en l'absence d'antécédents familiaux. Ce dépistage consiste en une palpation de la prostate par le rectum et un test sanguin (antigène spécifique de la prostate, ou PSA).

Diagnostic

Si l'examen de dépistage révèle des anomalies, une imagerie par couches (imagerie par résonance magnétique, en abrégé IRM) du pelvis est effectuée pour évaluer plus précisément la prostate. Si la suspicion de cancer de la prostate se confirme, des échantillons de tissus de la prostate sont prélevés en ambulatoire sous anesthésie locale par le rectum et examinés au microscope. La biopsie de fusion, basée sur l'imagerie par résonance magnétique et l'échographie transrectale (IRM-TRUS), s'est établie comme une méthode particulièrement précise. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) du bassin permet de visualiser les zones suspectes de la prostate. Les images de l'IRM sont superposées aux images ultrasoniques de la prostate pendant la biopsie. Les zones suspectes peuvent ainsi être ciblées avec précision pour le prélèvement d'échantillons de tissu. Cette méthode est utilisée de manière standard dans notre clinique. Grâce à la biopsie par fusion IRM-TRUS, le cancer de la prostate est diagnostiqué plus tôt, plus précisément et avec moins d'échantillons de tissus prélevés. Les patients peuvent ainsi bénéficier d'un traitement optimal à un stade précoce et le risque d'effets secondaires liés aux prélèvements répétés de tissus est réduit.

Thérapie

Le traitement du cancer de la prostate nécessite la collaboration de différents spécialistes. Dans le cadre de notre centre de tumeurs certifié, chaque patient chez qui un cancer de la prostate vient d'être détecté fait l'objet d'une discussion interdisciplinaire afin de pouvoir proposer un traitement individuel et parfaitement adapté. Les options thérapeutiques possibles pour vous sont discutées en détail avec vous.

Surveillance active ("Active surveillance")

En cas de cancer de la prostate à faible risque, qui ne dépasse pas la capsule prostatique, il est parfois possible de renoncer à une opération ou à une radiothérapie. En lieu et place, on applique la stratégie de la surveillance active ("Active Surveillance"). Le cancer de la prostate est surveillé au moyen d'examens de contrôle réguliers (palpation de la prostate, analyses de sang et biopsies de la prostate). Cela permet de détecter précocement les modifications du cancer et de mettre en place un traitement actif en cas de progression de la maladie. La surveillance active permet de prévenir les effets secondaires de la radiothérapie ou des médicaments ainsi que les complications éventuelles d'une opération.

Ablation chirurgicale de la prostate

L'ablation chirurgicale complète de la prostate (prostatectomie radicale) est recommandée en cas de croissance cancéreuse limitée à un organe. Cette option est actuellement la méthode la plus utilisée et a fait ses preuves. Nous mettons l'accent sur l'opération mini-invasive assistée par robot avec le système Da Vinci®. Ici, le chirurgien procède à l'intervention par de petites incisions abdominales à l'aide d'instruments microchirurgicaux et d'une caméra tenue par le robot. Notre expérience montre que les patients souffrent moins après cette opération, qu'ils se déplacent plus rapidement et qu'ils peuvent rentrer chez eux plus tôt que les patients opérés à ciel ouvert par une grande incision abdominale.

Radiothérapie

La radiothérapie permet d'endommager les cellules cancéreuses de manière à ce qu'elles meurent. L'irradiation ciblée permet de ménager autant que possible les organes sains environnants, comme l'intestin grêle, la vessie et les organes génitaux.

Hormonothérapie et chimiothérapie

L'hormone sexuelle testostérone influence la croissance des cellules de la prostate et donc, dans certaines circonstances, la croissance d'un cancer de la prostate. Une thérapie antihormonale permet de supprimer l'influence de la testostérone sur la croissance d'un cancer de la prostate hormonodépendant. Cela peut être obtenu par un traitement chirurgical (orchidectomie sous-capsulaire) ou par un traitement médicamenteux.
En cas de cancer de la prostate, une chimiothérapie peut être utilisée si le traitement antihormonal n'est pas (ou plus) efficace. La chimiothérapie est un traitement à l'aide de médicaments qui endommagent les cellules ou qui inhibent leur croissance. Elle veille à ce que les cellules cancéreuses à croissance rapide ne se divisent plus et que le cancer ne puisse donc plus se multiplier. Cependant, la chimiothérapie endommage également les cellules saines à croissance rapide (par exemple les cellules de la moelle osseuse, les cellules des follicules pileux ou les cellules des muqueuses de la bouche, de l'estomac ou de l'intestin).

Soins postopératoires

Après le traitement du cancer de la prostate, nous proposons à tous les patients un suivi individuel de la tumeur et des conseils, s'ils existent, concernant la continence urinaire et l'érection.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Le cancer du testicule représente l'une des maladies malignes les plus fréquentes chez les hommes jeunes. Dans plus de 95% des cas, il est possible d'obtenir une guérison. Le premier signe que les patients ressentent est souvent un durcissement indolore dans la région du testicule. Il est important d'intervenir rapidement dans l'évolution de la maladie afin d'éviter que les cellules cancéreuses ne se propagent dans le reste du corps.

Diagnostic

En cas de suspicion de cancer du testicule, les testicules sont palpés, une échographie du testicule est effectuée et des paramètres spéciaux, qui peuvent être élevés en cas de cancer du testicule, sont déterminés dans le sang. Si ces examens révèlent des anomalies, le testicule doit être retiré du scrotum pour un diagnostic plus approfondi en salle d'opération.

Traitement

La planification de la thérapie se fait dans le cadre d'une conférence spéciale interdisciplinaire avec les collègues oncologues et radiologues. La thérapie dépend du type et du stade du cancer du testicule, des maladies associées et des souhaits personnels du patient. Dans un premier temps, le testicule atteint est généralement retiré par une incision dans l'aine. Ensuite, une chimiothérapie ou une radiothérapie est parfois nécessaire. Souvent, même à un stade avancé du cancer, une guérison complète est possible de cette manière.

Suivi médical

Une fois le traitement terminé, il est nécessaire de procéder à des contrôles réguliers afin de pouvoir prévenir une éventuelle rechute. Nous discutons et établissons un programme de suivi individuel pour vous.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Le cancer du pénis est une maladie rare qui touche généralement les hommes âgés. Une personne sur cinq est toutefois âgée de moins de 60 ans. Les facteurs de risque connus sont les infections par le papillomavirus humain (HPV) et les inflammations chroniques du pénis. L'infection à HPV peut survenir lors d'un contact sexuel avec un partenaire infecté. Il existe différents sous-types d'HPV, dont la plupart sont inoffensifs. Certains sont toutefois associés à un risque accru de développer un cancer du pénis. Les inflammations chroniques du pénis peuvent être dues à un manque d'hygiène, à un rétrécissement du prépuce ou à des infections.

Diagnostic

Les modifications des testicules et du pénis s'accompagnent souvent d'un grand sentiment de honte. Il n'est pas rare qu'en cas de cancer du pénis, le médecin ne soit consulté qu'à un stade très avancé de la maladie. Au début, on observe généralement une tache rougeâtre ou blanche, indolore, qui est parfois surélevée et peut rapidement prendre de l'ampleur. Parfois, le diagnostic peut être rendu plus difficile par un rétrécissement du prépuce qui recouvre le cancer.

En cas de suspicion de cancer du pénis, un petit échantillon de tissu de la lésion est généralement prélevé sous anesthésie locale pour confirmer le diagnostic. En outre, une imagerie en coupe est réalisée pour déterminer l'étendue exacte du cancer et pour rechercher des rejets dans le corps.

Thérapie

La thérapie dépend du stade du cancer. Les options thérapeutiques possibles sont discutées de manière interdisciplinaire lors de notre tumorboard, puis discutées en détail avec vous. L'opération constitue la pierre angulaire du traitement du cancer du pénis. Dans la mesure du possible, l'objectif est de conserver le pénis.

Soins postopératoires

Une fois le traitement terminé, des contrôles réguliers sont nécessaires afin de pouvoir lutter à temps contre une éventuelle rechute. Nous établissons un programme individuel de suivi du cancer pour vous.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Le cancer fait peur et pèse sur les personnes concernées et leurs proches. C'est pourquoi nous proposons un co-accompagnement professionnel par des psychologues spécialisés dans les maladies cancéreuses.

Contact


Dr. phil. Marcel Delahaye
psycho-oncologue, membre du Centre de lutte contre les tumeurs
+41 61 328 63 66
marcel.delahaye@usb.ch

Dans notre consultation interdisciplinaire, nous conseillons de manière interdisciplinaire les patients atteints de tumeurs urologiques, par exemple le cancer de la prostate, le cancer de la vessie, le cancer du rein ou le cancer des testicules. Dans une consultation interdisciplinaire, les approches, les modes de pensée et les méthodes de différentes disciplines sont utilisés pour informer les patients sur les possibilités de traitement disponibles. Les spécialités impliquées sont généralement l'urologie, la radiothérapie et l'oncologie. Dans notre consultation interdisciplinaire, au moins deux médecins de différentes disciplines vous conseillent ensemble, non seulement pour vous informer sur les options de traitement généralement disponibles, mais aussi pour prendre en compte la situation individuelle du patient dans le processus de conseil et de recommandation. Cela permet d'offrir à nos patients un conseil hautement individualisé et transparent, qui tient compte des recommandations les plus récentes des sociétés spécialisées nationales et internationales ainsi que des dernières découvertes scientifiques et options de traitement dans les études.

Contact

Secrétariat d'inscription en urologie
Accessibilité : Lu-Ve, 08h00 - 12h00 / 13h00 - 17h00
Tél. +41 61 265 72 80
Fax +41 61 265 76 90
anmeldung.urologie@usb.ch

La vessie saine possède deux fonctions principales :

  1. Le stockage volontaire de l'urine (phase de stockage).
  2. La vidange complète de la vessie, volontaire et contrôlée, au moment voulu et à l'endroit approprié (phase de vidange).

Ces fonctions de la vessie normale sont entrelacées de manière complexe. La preuve en est qu'une personne peut se tenir debout sur ses deux jambes plus tôt, avant de pouvoir contrôler sa vessie. En raison de ces relations compliquées, une interaction correcte entre les structures physiques suivantes est donc très importante :

  • le système nerveux en tant que coordinateur central conscient et inconscient (cerveau, moelle épinière, voies nerveuses)
  • Sphincter
  • Prostate (chez l'homme)
  • Vessie

Troubles de la fonction de la vessie

En cas de maladies du système nerveux (cerveau, moelle épinière, voies nerveuses), du sphincter ou de la vessie elle-même, des dysfonctionnements de la fonction de stockage et/ou de vidange peuvent donc se produire. Ceux-ci se manifestent par

  • un besoin fréquent et involontaire d'uriner le jour et la nuit, ainsi qu'une vidange fréquente de la vessie (vessie irritable)
  • pertes involontaires d'urine (incontinence)
  • vidange difficile de la vessie avec formation d'urine résiduelle
  • douleurs (syndrome de douleurs pelviennes)
  • infections répétées des voies urinaires

En plus de nuire au bien-être et à la qualité de vie, des problèmes spécifiques peuvent également s'accompagner d'une atteinte, voire d'une perte de la fonction rénale.
De même, des troubles urinaires non traités peuvent entraîner des modifications chroniques de la vessie elle-même, mais aussi des nerfs, ce qui peut rendre difficile un traitement efficace.

Diagnostic

En cas d'atteinte à la qualité de vie, il est conseillé de consulter un médecin. En cas de maladies neurologiques (p. ex. paraplégie, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, attaque cérébrale, etc.) et de troubles urinaires, la consultation d'un spécialiste est toujours utile et recommandée.

Chaque patient bénéficie d'un bilan urologique global comprenant un entretien approfondi, un examen des urines et une échographie de la vessie et des reins. Si des examens spécifiques, tels qu'une endoscopie du bas appareil urinaire (uréthro-cystoscopie) ou une mesure de la pression vésicale (examen urodynamique), s'avèrent nécessaires, ils seront discutés et planifiés avec le patient.

L'examen urodynamique est ici l'examen le plus important pour évaluer la fonction de la vessie, comparable à un ECG du cœur. Les conditions de pression dans la vessie et dans l'abdomen sont mesurées à l'aide de cathéters. L'examen est réalisé en ambulatoire et dure en général 60 à 90 minutes. Il permet d'examiner la vessie et le sphincter avec la plus grande précision. Associé à des procédés d'imagerie (examens radiologiques), il permet en outre d'évaluer la forme de la vessie ainsi qu'un éventuel reflux d'urine vers les reins. Cet examen permet d'identifier la plupart des troubles de la fonction vésicale et d'élaborer des concepts de traitement individuels en collaboration avec le patient.

Thérapie

En tant qu'hôpital universitaire, nous proposons une multitude de méthodes de traitement de pointe. Selon les symptômes, des médicaments, de la physiothérapie, de l'électrothérapie, des interventions mini-invasives ou, dans de rares cas, des opérations plus importantes peuvent être proposés comme variantes thérapeutiques. Nous élaborons avec vous un concept individuel afin de normaliser idéalement la fonction de la vessie et d'optimiser votre qualité de vie.

Thérapie médicamenteuse

Nos spécialistes disposent de connaissances approfondies sur les méthodes modernes de thérapie médicamenteuse et leurs interactions avec d'autres médicaments et maladies.

Physiothérapie

Nous travaillons en étroite collaboration avec des physiothérapeutes spécialisés dans le traitement du plancher pelvien chez les femmes et les hommes.

Neurothérapie

Outre l'électrothérapie transcutanée du nerf pudendal, nous proposons également la "stimulation nerveuse tibiale percutanée" (PTNS) et la "neuromodulation sacrée" (SNM). Les électrothérapies présentent l'avantage de n'avoir pratiquement pas d'effets secondaires et d'avoir une influence positive sur les fonctions de stockage et d'évacuation. Nous proposons également le "bloc nerveux sacré passager" (PSNB), qui permet d'identifier la cause des petites vessies capacitives et des douleurs pelviennes chroniques.

Thérapies mini-invasives

L'injection mini-invasive de toxine botulique A (Botox®) dans la vessie ou dans le sphincter est une intervention standard extrêmement efficace dans le traitement des troubles de la vessie ou du sphincter. En fonction des symptômes, des installations spécifiques de la vessie peuvent également soulager les douleurs.

Interventions chirurgicales

  • Extension de la vessie (augmentation)
  • Vessie de remplacement avec raccordement à l'urètre (néovessie orthotopique)
  • Vessie ombilicale (Poches ombilicales cathétérisables)
  • Prothèses de sphincter
  • Opération de l'anse et des ligaments

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Les cystites, également appelées infections urinaires, sont des inflammations du système urogénital causées par des agents pathogènes. L'infection peut toucher l'ensemble de l'appareil urinaire et, dans certains cas graves, pénétrer dans la circulation sanguine.

Chez la femme, l'infection urinaire est une maladie qui apparaît souvent dès l'adolescence. Chez l'homme, l'infection des voies urinaires est une maladie rare à un jeune âge et doit toujours faire l'objet d'un examen plus approfondi.

Les inflammations se manifestent différemment selon la partie de l'appareil urogénital touchée. Les symptômes typiques sont des brûlures lors de la miction ou des douleurs dans la région de la vessie et des reins. Souvent, on constate une envie fréquente d'uriner avec de petites portions.

L'examen du médecin comprend un échantillon d'urine et, le cas échéant, une échographie. Si l'infection urinaire est confirmée, un traitement est recommandé. Le traitement d'une infection urinaire peut être soutenu par l'hydratation, mais dans la plupart des cas, un traitement antibiotique est nécessaire.

Si vous souffrez de symptômes d'infection urinaire, nous vous recommandons de contacter votre médecin généraliste ou nous-mêmes.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

La tumeur de la vessie est le cinquième cancer le plus fréquent chez l'homme. Les fumeurs et les hommes ont un risque nettement plus élevé de développer cette maladie. Le symptôme classique d'une tumeur de la vessie est la présence de sang dans l'urine sans douleur ou un besoin constant d'uriner, sans qu'il y ait de cystite.

Diagnostic

Si l'on soupçonne une tumeur de la vessie, on procède d'une part à une cystoscopie ambulatoire et d'autre part à un examen des cellules de la muqueuse vésicale dans l'urine. Si ces examens préliminaires révèlent des indices d'une affection maligne de la muqueuse vésicale, un échantillon de tissu de la tumeur vésicale est prélevé de manière peu invasive à travers l'urètre, en milieu hospitalier.

Thérapie

Tumeur superficielle de la vessie

Plus la tumeur de la vessie est détectée tôt, meilleures sont les chances de guérison. Dans de nombreux cas, le prélèvement de tissu par l'urètre permet déjà d'enlever la totalité de la tumeur de la vessie.

Si l'échantillon de tissu révèle que la tumeur de la vessie ne s'est développée qu'en surface, la suite du traitement se fait généralement par voie mini-invasive/endoscopique. Malheureusement, le cancer réapparaît souvent malgré une ablation complète par voie mini-invasive/endoscopique. Notre clinique dispose d'une grande expérience dans le traitement ultérieur des tumeurs de la vessie. L'immunothérapie BCG (Bacillus Calmette Guérin) permet de réduire considérablement la fréquence des récidives de tumeurs de la vessie. Nous menons des recherches actives dans le domaine de l'immunothérapie par le BCG et sommes soutenus par le Groupe suisse de recherche clinique sur le cancer (SAKK).

Tumeur invasive de la vessie

Si la biopsie révèle que la tumeur de la vessie s'est développée en profondeur dans la paroi vésicale, il est généralement recommandé de procéder à une ablation chirurgicale de la vessie. En cas d'ablation complète de la vessie, l'urine ne peut plus être éliminée par les voies naturelles, c'est pourquoi un substitut est créé pour l'évacuation de l'urine. Selon la situation, il existe différentes options de dérivation urinaire, qui sont réalisées en collaboration avec différents spécialistes. Dans le cadre de notre centre certifié pour les tumeurs, chaque patient atteint d'une tumeur de la vessie profondément incrustée fait l'objet d'une discussion interdisciplinaire, suivie de consultations interdisciplinaires avec des représentants de l'urologie, de la radio-oncologie et de l'oncologie, afin de discuter en détail avec vous des différentes options thérapeutiques.

Soins postopératoires

Nous proposons à chaque patient atteint d'une tumeur de la vessie un suivi tumoral spécialisé afin de détecter à temps la réapparition fréquente d'une tumeur de la vessie et de la traiter en conséquence à un stade précoce.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Les calculs dans l'appareil urinaire font partie des maladies urologiques les plus fréquentes. Dans le monde occidental, environ 10 à 15 % des patients sont concernés. Les hommes sont deux à trois fois plus touchés que les femmes. Lorsque les calculs rénaux passent dans l'uretère, ils provoquent des douleurs soudaines et intenses en forme de vagues qui peuvent s'étendre du flanc jusqu'au bas-ventre/à l'abdomen. L'objectif du traitement moderne des calculs est d'obtenir une ablation complète et confortable des calculs de l'uretère et des reins au moyen de la "technologie du trou de serrure", ce que nous proposons de manière spécialisée dans notre clinique.

Diagnostic

Sonographie

L'échographie permet d'obtenir de précieuses informations sur les calculs, les tumeurs et les troubles de l'écoulement de l'urine au niveau des reins. L'uretère peut être visualisé de manière limitée par échographie. Les ultrasons permettent d'évaluer la position et la taille des calculs rénaux sans recourir aux rayons X. Les calculs de quelques millimètres sont détectables de manière limitée. De plus, en cas d'obstruction de l'écoulement rénal, il est possible d'obtenir une preuve indirecte de la présence de calculs urétéraux.

Tomodensitométrie (CT)

La tomographie assistée par ordinateur à faible dose est un procédé à haute résolution pour le diagnostic des calculs rénaux et urétéraux et revêt aujourd'hui une grande importance. Même les plus petits calculs peuvent être détectés et leur composition peut être évaluée. Les personnes concernées sont déplacées à travers un tube de scanner sur une table de radiographie mobile. En l'espace de quelques secondes, des images en coupe de l'ensemble de l'abdomen et du bassin sont réalisées. Pour des questions particulières, il peut être nécessaire d'administrer un produit de contraste par voie veineuse.

Eurographie d'élimination

L'urographie d'élimination est un procédé radiographique permettant de visualiser les reins, l'uretère et la vessie à l'aide d'un produit de contraste. Dans un premier temps, on recherche les calculs ombrageux sur une radiographie. En fonction de la composition du calcul, celui-ci peut être radio-négatif et ne pas être visible sans produit de contraste. Ensuite, un produit de contraste est administré par voie veineuse, lequel est éliminé par les reins en quelques minutes. Des radiographies sont réalisées pendant la phase d'élimination, 10 et 20 minutes après l'administration du produit de contraste. A cette occasion, des calculs non ombragés pourraient être mis en évidence sous forme d'évidement de produit de contraste.


En raison de l'exposition aux radiations, l'urographie d'excrétion est aujourd'hui pratiquée avec retenue et les procédures de scanner à faible dose sont privilégiées.

Possibilités de traitement

Mise en place d'un cathéter urétéral (cathéter double J)

En cas de douleurs aiguës, il peut s'avérer nécessaire de poser une attelle urétérale interne au-delà de l'obstacle formé par le calcul. Pour ce faire, une sonde est introduite dans l'uretère par une cystoscopie sous brève anesthésie. Cette sonde assure l'écoulement de l'urine du rein vers la vessie et traite la douleur directe. Après un certain temps de port du cathéter, l'uretère est suffisamment dilaté pour pouvoir retirer le calcul à l'aide de la "technologie du trou de serrure" via une endoscopie de l'uretère.

Extraction du calcul par endoscopie de l'uretère/du rein (urétérorénoscopie)

L'uretère et le bassinet peuvent être inspectés à l'aide d'un instrument rigide ou flexible. Les éventuels calculs sont retirés à l'aide d'une anse. Si les calculs sont plus gros, ils sont broyés au laser ou au "burin" pneumatique, puis retirés. Ces dernières années, de nouveaux instruments compacts et très flexibles ont été développés, de sorte que même les systèmes complexes de calices du bassinet peuvent être entièrement illuminés et lavés des calculs. À la fin de l'extraction des calculs, on procède dans la plupart des cas à la mise en place d'une attelle urétérale afin d'éviter les douleurs ou les troubles de l'écoulement de l'urine dus à l'enflure. Une endoscopie de l'uretère permet de retirer la gouttière au bout de quelques jours.

Extraction de calculs à travers la peau (néphrolitholapxie percutanée)

Pour certains calculs, l'ablation par urétéroscopie n'est pas possible en raison de leur emplacement ou de leur taille. Dans ce cas, un canal de travail est introduit de l'extérieur dans le bassin rénal par une incision d'environ 1 cm de long, sous contrôle échographique. Les calculs peuvent ainsi être fragmentés et aspirés.

Fragmentation des calculs par thérapie extracorporelle par ondes de choc (ESWL)

La thérapie extracorporelle par ondes de choc est un procédé qui permet de fragmenter les calculs rénaux et, en partie, les calculs urétéraux par des ondes ultrasonores générées de l'extérieur. Les ondes sonores sont concentrées et focalisées sur le calcul, de sorte que la force maximale y soit appliquée et que le calcul puisse être détruit en minuscules particules qui peuvent quitter le rein par voie naturelle. Lorsqu'un gros calcul est fragmenté par ESWL, la réduction de la taille du calcul peut faciliter l'alternative d'une ablation chirurgicale (par exemple l'urétéroscopie). L'un des grands avantages de l'ESWL est qu'elle peut être réalisée sans anesthésie ou sous légère sédation.

Thérapie d'attente contre les calculs

Les calculs jusqu'à 4 mm s'évacuent spontanément dans environ 80% des cas, de sorte qu'il est possible de provoquer une évacuation spontanée des calculs sous l'effet d'un antalgique en filtrant l'urine. En revanche, les calculs de plus de 7 mm ont une faible probabilité d'être évacués spontanément et nécessitent un traitement actif.

Mesures préventives

Le risque d'une nouvelle formation de calculs dans les 10 ans qui suivent le traitement est très élevé (50 %), de sorte que des mesures préventives d'ordre général, telles que l'augmentation de la consommation de boissons, une alimentation équilibrée et pauvre en sel ainsi que des exercices physiques, sont recommandées. Dans notre consultation spécialisée, une analyse de la composition des calculs peut en outre être effectuée et une recommandation individuelle de prophylaxie peut être faite.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

La sténose du bassinet est un rétrécissement, le plus souvent congénital, à la jonction entre le bassinet et l'uretère. Il peut également se développer à la suite d'une compression externe par une artère polaire inférieure rénale croisée ("crossing vessel"). Les inflammations répétées peuvent en outre aggraver le rétrécissement (décompensation). L'écoulement d'urine altéré entraîne une accumulation d'urine dans le rein et une dilatation du bassin rénal. Pendant des années, cela peut entraîner des lésions rénales dues à la pression, voire la perte de la fonction rénale du côté concerné. Ces changements passent souvent inaperçus tout au long de la vie, mais peuvent se manifester par une sensation de pression dans le flanc, des douleurs abdominales ou dorsales chroniques ou des inflammations récurrentes du bassinet.

Diagnostic

L'objectif diagnostique essentiel est de mettre en évidence un trouble pathogène de l'écoulement avec le problème de l'atteinte rénale. L'évaluation primaire d'un bassin rénal dilaté se fait de manière non invasive par échographie. Pour mettre en évidence un rétrécissement, il est possible d'effectuer par la suite une radiographie de contraste de l'uretère et du bassinet (urétéropyélographie rétrograde). Une technique d'imagerie spécifique (scintigraphie de la fonction rénale) permet de mettre en évidence un trouble de l'écoulement et d'évaluer la fonction rénale latérale. Ceci est important pour décider d'un éventuel traitement.

Thérapie

Au stade avancé (lorsque le rein n'est plus fonctionnel), il est généralement nécessaire de procéder à l'ablation du rein concerné, faute de quoi des infections des voies urinaires, des lithiases ou de l'hypertension peuvent survenir. Si la fonction rénale est conservée, la réalisation d'une plastie du bassinet est la méthode de choix. L'une de nos spécialités est l'opération mini-invasive assistée par robot avec le système DaVinci® d'Anderson-Hynes par voie rétropéritonéale, c'est-à-dire que l'on pénètre uniquement dans la cavité corporelle (rétropéritoine) dans laquelle se trouve le rein. Notre expérience montre qu'après cette opération, les patients souffrent moins, se mobilisent plus rapidement et peuvent rentrer chez eux plus tôt. De plus, le résultat cosmétique est généralement excellent.

Informations aux patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

L'examen effectué par le médecin comprend un prélèvement d'urine, ainsi qu'une échographie si nécessaire. Si l'infection urinaire est confirmée, un traitement est recommandé. Le traitement d'une infection urinaire peut être soutenu par l'hydratation, mais dans la plupart des cas, un traitement antibiotique est nécessaire.

Si vous souffrez de symptômes d'infection urinaire, nous vous recommandons de contacter votre médecin généraliste ou nous-mêmes.

Informations pour les patients de la Société européenne d'urologie (EAU)

Les kystes rénaux sont des cavités remplies de liquide qui partent du rein. Ils peuvent être congénitaux ou acquis et sont souvent découverts par hasard lors d'une échographie ou d'une radiographie. Dans la plupart des cas, les kystes rénaux ne provoquent pas de symptômes ou de troubles et ne nécessitent pas de traitement. Une partie des kystes rénaux peut toutefois se développer de manière maligne, c'est pourquoi l'évolution des kystes rénaux complexes suspects est contrôlée et, en cas de suspicion élevée, une intervention chirurgicale est également pratiquée.

Origine

La plupart des kystes rénaux sont congénitaux, d'autres se forment à la suite d'infections, de blessures, d'opérations ou dans le cadre d'autres maladies. Le liquide s'accumule dans un espace entouré de tissus. Le tissu environnant est souvent la capsule rénale elle-même (kystes périphériques) ou le bassinet (kystes du bassinet). Le liquide est généralement une solution claire et saline qui correspond au sérum sanguin. Mais dans certains cas, il peut aussi s'agir de pus ou de sang (kystes rénaux hémorragiques).

Imagerie

Pour mieux voir si les kystes présentent des ponts tissulaires (septa) ou des épaississements de la paroi, et pour voir leur vascularisation aléatoire, il est nécessaire de recourir à des examens basés sur le contraste, tels que l'échographie, le scanner ou l'imagerie par résonance magnétique. Le choix dépend de la question exacte, de l'emplacement du kyste et de l'imagerie déjà réalisée.

Classification

En fonction de leur aspect et de leur comportement face au produit de contraste, les kystes peuvent être classés selon la "classification de Bosniak". Les kystes simples (types 1 et 2) ne nécessitent pas de traitement. Toutefois, un kyste compliqué de type 2F doit faire l'objet d'un suivi dans les six mois. Un traitement chirurgical est recommandé pour les kystes de type 3 et de type 4, pour lesquels le risque de cancer est respectivement de 40 et 80-90%. Chez les personnes âgées ou gravement malades, on opte éventuellement pour un contrôle par imagerie au lieu d'une opération.

Traitement

La technique chirurgicale est déterminée en fonction de la taille et de la localisation. En principe, l'accès mini-invasif est privilégié pour un prélèvement sûr. Ainsi, de nos jours, on choisit souvent des accès endoscopiques par l'abdomen ou les flancs. L'objectif est de conserver le plus de tissu rénal possible - l'ablation complète du rein concerné étant parfois nécessaire.

Les kystes bénins et volumineux qui provoquent des symptômes peuvent être soit prélevés, soit ponctionnés et évacués. Alternativement, les kystes peuvent être rétrécis ou collés par d'autres méthodes.

Si vous soupçonnez un kyste rénal ou si vous l'avez découvert par hasard, nous vous recommandons de consulter un spécialiste.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Les modifications des reins augmentent avec l'âge. Dans la plupart des cas, il s'agit de kystes sans valeur pathologique notable. Il arrive cependant que des tumeurs rénales malignes se forment, souvent découvertes par hasard lors d'examens d'imagerie modernes.

En cas de suspicion de tumeur rénale, la taille et l'étendue de la tumeur sont déterminées en trois dimensions à l'aide des techniques d'imagerie les plus modernes. Dans les cas compliqués, l'organe concerné peut être imprimé sous forme de modèle 3D afin d'aider à la planification de l'opération.

Le traitement des tumeurs rénales nécessite la collaboration de différents spécialistes. Dans le cadre de notre centre de tumeurs certifié, chaque patient atteint d'un cancer du rein récemment découvert et localement avancé fait l'objet d'une discussion interdisciplinaire afin de proposer un traitement individuel et parfaitement adapté. Depuis septembre 2020, le centre de tumeurs urologiques est également certifié comme centre de tumeurs rénales par la Société allemande du cancer (DKG), ce qui lui confère le statut de centre de tumeurs uro-oncologiques. Les centres certifiés par la DKG doivent prouver chaque année qu'ils remplissent les exigences professionnelles pour le traitement d'une maladie tumorale et qu'ils disposent en outre d'un système de gestion de la qualité bien établi. Grâce à cette certification, nous garantissons à nos patients atteints de cancer du rein qu'ils pourront bénéficier d'un traitement répondant à des critères de qualité élevés à chaque étape de leur maladie.

L'ablation chirurgicale mini-invasive des tumeurs rénales est actuellement la méthode la plus utilisée et la plus éprouvée. Nous mettons l'accent sur la chirurgie mini-invasive assistée par robot avec le système DaVinci®. Dans ce cas, le chirurgien procède à l'intervention par de petites incisions abdominales à l'aide d'instruments microchirurgicaux et d'une caméra tenue par le robot. Notre expérience montre qu'après cette opération, les patients souffrent moins, se mobilisent plus rapidement et peuvent rentrer chez eux plus tôt.

Nous proposons à tous les patients atteints de tumeurs rénales un suivi spécialisé des tumeurs.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Avec l'âge, de nombreux hommes présentent une hypertrophie de la prostate. Celle-ci peut être bénigne ou maligne, et il convient donc de distinguer différents symptômes, procédures de diagnostic et options thérapeutiques.

L'examen de dépistage de la prostate chez l'homme sert à exclure de manière ciblée une modification maligne de la prostate et à clarifier les éventuels troubles de la miction en cas d'hypertrophie bénigne de la prostate.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

L'hypertrophie bénigne de la prostate (syn. hyperplasie bénigne de la prostate)

Avec l'âge, la prostate augmente de volume, de sorte que la zone de la prostate qui entoure l'urètre peut entraîner un rétrécissement de celui-ci. Cela entraîne à son tour les troubles désagréables et répandus typiques de l'hypertrophie bénigne de la prostate. On distingue les troubles mictionnels irritatifs et obstructifs. Les troubles irritatifs comprennent les brûlures lors de la miction, les envies soudaines et nocturnes d'uriner ainsi que l'émission fréquente de petites portions d'urine. Les troubles mictionnels obstructifs comprennent un affaiblissement du jet d'urine, un retard dans le début de la miction, une pression lors de la miction, un jet d'urine interrompu, une sensation d'urine résiduelle, des gouttes après la miction et une incapacité à vider la vessie. En raison de la difficulté à vider la vessie, de l'urine peut rester dans la vessie après la miction (appelée urine résiduelle), ce qui peut entraîner des infections des voies urinaires. Les troubles et leurs conséquences peuvent être traités efficacement par des médicaments et par la chirurgie. Lors d'une première consultation, nous faisons volontiers le point sur votre situation et vous conseillons ensuite individuellement afin de pouvoir vous proposer le traitement optimal pour vous.

Pour avoir un aperçu du traitement de l'HBP et du rôle du patient, écoutez le podcast du PD Dr Jan Ebbing : https://www.bostonscientific.com/en-EU/medical-specialties/urology/bph-care-is-advancing/podcasts.html

TUR-P (résection transurétrale de la prostate)

La résection transurétrale de la prostate est l'une des méthodes les plus anciennes et les plus éprouvées pour traiter l'hypertrophie bénigne de la prostate. Une anse électrique est introduite par l'urètre, sans qu'il soit nécessaire de pratiquer une incision, et permet d'enlever le tissu prostatique et d'améliorer ainsi l'écoulement de l'urine. Après l'opération, l'urètre est généralement protégé par un cathéter pendant deux jours.

Laser XPS à lumière verte pour la prostate

En cas de prostate très volumineuse ou de prise d'anticoagulants tels que le Marcoumar ou les NOAK (nouveaux anticoagulants oraux), le traitement au laser peut vous être recommandé. Le traitement de la prostate au laser est effectué par l'urètre sans incision. Le laser enlève le tissu et ferme simultanément les vaisseaux sanguins ouverts. L'amélioration des conditions mictionnelles (miction) est présente immédiatement après l'opération. L'intervention est généralement réalisée sous anesthésie générale. Après l'opération, un cathéter permanent est généralement nécessaire pendant deux jours pour maintenir l'urètre en place.

AquaBeam® : la solution

Avec AquaBeam®, le tissu de la prostate est enlevé de manière robotisée par l'urètre au moyen d'un jet d'eau dur, sans incision cutanée. Au début de l'opération, les limites d'ablation du tissu sont déterminées avec précision à l'aide d'un système informatique et d'une échographie introduite par voie rectale, ce qui permet de préserver au mieux les tissus environnants. Cela permet de réaliser l'intervention en protégeant l'éjaculation. L'ablation des tissus ne dure que quelques minutes. L'amélioration des conditions mictionnelles est perceptible immédiatement après l'opération. En général, après l'opération, l'urètre est maintenu en place pendant deux jours au moyen d'un cathéter.

Hypertrophie maligne de la prostate

Une modification maligne du tissu prostatique entraîne un cancer de la prostate (carcinome prostatique). Il s'agit de la tumeur maligne la plus fréquente chez l'homme et de la deuxième cause de décès par cancer en Suisse, après le cancer du poumon. La cause du cancer de la prostate est en grande partie inexpliquée, une prévalence familiale est prouvée et constitue, avec l'âge, un facteur de risque.
Le cancer de la prostate ne provoque généralement aucun symptôme, mais des troubles de la miction sont possibles, comme dans le cas d'une hypertrophie bénigne de la prostate.

Le traitement du carcinome de la prostate dépend du stade de la maladie, c'est-à-dire de la taille de la tumeur, des caractéristiques du tissu à l'examen anatomopathologique ainsi que de la présence de métastases. Il faut également tenir compte de l'état de santé général. C'est pourquoi le diagnostic précoce revêt une importance capitale pour une thérapie optimale.

En cas de suspicion de maladie maligne de la prostate, des examens complémentaires sont entrepris. Celles-ci comprennent des méthodes d'analyse en laboratoire ainsi que le prélèvement d'échantillons de tissu prostatique (biopsie) en vue d'un examen histologique fin. La biopsie par fusion IRM-TRUS s'est établie comme une méthode particulièrement précise, qui est pratiquée de manière routinière dans notre clinique. L'IRM (imagerie par résonance magnétique, également appelée IRM) est une technique d'imagerie non irradiante qui permet de visualiser avec précision la structure et la fonction de la prostate. Les zones suspectes de la prostate peuvent ainsi être biopsiées de manière ciblée.

Liens complémentaires

Information aux patients EAU
UroLift (allemand)
Rezum (anglais)

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

La clinique d'urologie de l'Hôpital universitaire de Bâle est le premier point de contact dans le nord-ouest de la Suisse pour les traitements les plus modernes et les plus doux en cas d'hypertrophie de la prostate et de cancer de la prostate.

Pour le traitement de l'hypertrophie de la prostate, le service d'urologie de l'Hôpital universitaire de Bâle dispose, en plus de toutes les procédures standard, de deux techniques innovantes peu invasives. Dans le cadre de la thérapie REZUM, de la vapeur d'eau chauffée provoque des nécroses cellulaires thermiques dans la prostate. Cette procédure douce peut être réalisée en ambulatoire et sous anesthésie locale et est particulièrement indiquée pour les patients jeunes et sexuellement actifs. En règle générale, les patients perçoivent une amélioration des troubles de la miction après peu de temps déjà, le plein effet de la thérapie est attendu après environ trois mois. L'Hôpital universitaire de Bâle a réalisé la plupart des interventions REZUM en Suisse et fait office de centre d'excellence en matière de recherche et de formation continue.

Le système AquaBeam® est particulièrement adapté au traitement des grandes glandes. Les tissus excédentaires sont marqués par le chirurgien sous contrôle échographique et enlevés de manière robotisée et automatisée. Un jet d'eau à haute pression est utilisé, contrôlé par le chirurgien au moyen d'ultrasons en temps réel. Il est possible de renoncer complètement au courant électrique ou à la chaleur, ce qui permet de ménager de manière optimale les tissus environnants. Il convient de souligner que tant la thérapie REZUM que l'aquablation avec le système AquaBeam® permettent de préserver la fonction érectile et l'éjaculation antérograde tout en offrant des résultats symptomatiques et fonctionnels optimaux.

Pour le diagnostic et le traitement du cancer de la prostate, la clinique d'urologie de l'Hôpital universitaire de Bâle s'est également établie comme centre de la technologie robotique la plus moderne. En cas de suspicion de cancer de la prostate, nos patients disposent d'une méthode unique en Suisse. "Mona Lisa" est le nom de l'appareil qui effectue une biopsie robotisée, plus précise et plus sûre que toutes les possibilités d'examen existantes. La combinaison de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et de la technologie robotique la plus moderne permet de biopsier avec plus de précision les zones suspectes de tumeur dans la prostate. Le système pose également de nouveaux jalons en termes de sécurité et de confort pour les patients. Le prélèvement est effectué sous sédation ou sous courte anesthésie et se fait par seulement deux points de ponction à travers le périnée. La biopsie est ainsi particulièrement douce pour le patient et le risque d'infection est minimisé par rapport à la biopsie par le rectum pratiquée jusqu'à présent. Le traitement du cancer de la prostate nécessite la collaboration de différents spécialistes. Le centre de tumeurs urologiques certifié permet de proposer à chaque patient dont le cancer de la prostate vient d'être détecté un traitement individuel et parfaitement adapté. L'ablation chirurgicale de la prostate est réalisée à la clinique d'urologie de manière mini-invasive et robotisée avec le système Da Vinci®. L'intervention est réalisée à l'aide d'instruments microchirurgicaux et d'une caméra tenue par le robot, via de petites incisions abdominales, ce qui la rend particulièrement douce. Après l'opération, ces patients ressentent moins de douleurs, sont plus rapidement mobiles et peuvent rentrer chez eux plus tôt que les patients opérés à ciel ouvert par une grande incision abdominale. La clinique d'urologie dispose d'un système Da Vinci® de dernière génération.

Les techniques mini-invasives assistées par robot complètent idéalement les procédures standard et permettent une thérapie douce et individuelle pour chaque patient. Jusqu'à présent, dans le sud du Bade, le cabinet d'urologie de Lörrach (Dres Strobel, Schuhmacher) et l'urologie de Rheinfelden (Dres Güdemann, Heisler, Wolf) travaillent en coopération avec la clinique d'urologie de l'Hôpital universitaire de Bâle et offrent à vos patients l'accès à une médecine universitaire internationale de pointe.

Informations pour les patients de la Société européenne d'urologie (EAU)

Nous proposons un éventail complet de diagnostics et de traitements pour la prostatite aiguë et chronique ainsi que pour le syndrome de douleur pelvienne chronique.

La prostatite bactérienne aiguë et chronique est une infection aiguë de la prostate qui est traitée, entre autres, par un traitement antimicrobien.

La prostatite abactérienne chronique, respectivement le syndrome de douleurs pelviennes chroniques, est un tableau clinique sans preuve de la présence de germes. Dans ce cas, différentes options thérapeutiques sont disponibles, comme par exemple le changement de comportement, la thérapie médicamenteuse, la thérapie physique (ESWT) ou la thérapie chirurgicale.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

La tumeur de la prostate est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez l'homme.

Prévention

Plus la tumeur de la prostate est détectée tôt, plus les chances de guérison sont grandes. C'est pourquoi la Société suisse d'urologie recommande un examen de dépistage de la prostate à partir de 45 ans en cas d'antécédents familiaux (père ou frère atteint d'un cancer de la prostate) et à partir de 50 ans en l'absence d'antécédents familiaux. Ce dépistage consiste en une palpation de la prostate, une échographie et un test sanguin (antigène spécifique de la prostate, ou PSA).

Diagnostic

Si l'examen de dépistage est anormal, on détermine s'il s'agit effectivement d'une tumeur de la prostate. Pour ce faire, un échantillon de tissu est prélevé dans la prostate et analysé.
La biopsie de fusion, basée sur l'imagerie par résonance magnétique et l'échographie transrectale (IRM-TRUS), s'est établie comme une méthode particulièrement précise. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) permet de visualiser les zones suspectes de la prostate. Les images de la prostate obtenues par IRM sont superposées aux images échographiques de la prostate pendant la biopsie. Les zones suspectes peuvent ainsi être ciblées avec précision pour le prélèvement d'échantillons de tissus. Cette méthode est utilisée de manière standard dans notre clinique. Grâce au prélèvement de tissu par fusion IRM-TRUS, la tumeur de la prostate est diagnostiquée plus tôt, plus précisément et avec moins d'échantillons de tissu prélevés. Les patients peuvent ainsi bénéficier d'un traitement optimal à un stade précoce et le risque d'effets secondaires liés aux prélèvements répétés d'échantillons de tissus est réduit.

Thérapie

Le traitement des tumeurs de la prostate nécessite la collaboration de différents spécialistes. Dans le cadre de notre centre de tumeurs certifié, chaque patient chez qui une tumeur de la prostate vient d'être détectée fait l'objet d'une discussion interdisciplinaire afin de proposer un traitement individuel et parfaitement adapté. Suivent des consultations interdisciplinaires avec des spécialistes de la radiothérapie (radio-oncologie) et de l'oncologie, afin que nous puissions discuter en détail avec vous des différentes options thérapeutiques.

Surveillance active ("Active surveillance")

En cas de tumeur de la prostate à faible risque et limitée à l'organe, il est possible de renoncer à l'opération ou à la radiothérapie. Au lieu de cela, on applique la stratégie de la surveillance active ("Active Surveillance"). La tumeur de la prostate est surveillée au moyen d'examens de contrôle réguliers (palpation de la prostate, test sanguin PSA et biopsie). Cela permet de détecter précocement les modifications de la tumeur et d'appliquer des méthodes de traitement plus agressives uniquement si nécessaire.

Ablation chirurgicale de la prostate

L'ablation complète de la prostate (prostatectomie radicale) est surtout recommandée lorsque la tumeur de la prostate est limitée à l'organe. Cette option est actuellement la méthode la plus utilisée et a fait ses preuves. Nous mettons l'accent sur l'opération mini-invasive assistée par robot avec le système DaVinci®. Dans ce cas, le chirurgien procède à l'intervention par de petites incisions abdominales à l'aide d'instruments microchirurgicaux et d'une caméra tenue par le robot. Notre expérience montre qu'après cette opération, les patients souffrent moins, se mobilisent plus rapidement et peuvent rentrer chez eux plus tôt.

Radiothérapie

La radiothérapie permet d'endommager les cellules cancéreuses de manière à ce qu'elles meurent. Grâce à une irradiation ciblée, les organes sains environnants, tels que l'intestin grêle, la vessie et les organes génitaux, sont épargnés autant que possible.

Hormonothérapie et chimiothérapie

L'hormone sexuelle testostérone influence la croissance des cellules de la prostate et donc, dans certaines circonstances, celle d'une tumeur de la prostate. Une thérapie antihormonale permet de supprimer l'influence de la testostérone sur la croissance des tumeurs de la prostate hormonodépendantes. On peut y parvenir par un traitement chirurgical ou médicamenteux.


En cas de cancer de la prostate, une chimiothérapie peut être utilisée lorsque le traitement antihormonal n'est pas (ou plus) efficace, c'est-à-dire lorsque la tumeur de la prostate est devenue résistante à la castration. La chimiothérapie est un traitement à l'aide de médicaments qui endommagent les cellules ou inhibent leur croissance. Elle veille à ce que les cellules cancéreuses à croissance rapide ne se divisent plus et ne continuent donc pas à se multiplier. Cependant, la chimiothérapie endommage également les cellules saines à croissance rapide (p. ex. les cellules de la moelle osseuse, les cellules des follicules pileux ou les cellules des muqueuses de la bouche, de l'estomac ou de l'intestin).

Soins postopératoires

Après le traitement de la tumeur de la prostate, nous proposons à tous les patients un suivi spécialisé de la tumeur, de la continence et de l'érection.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

REZUM Vaporisation à la vapeur d'eau de la prostate

La vaporisation à la vapeur d'eau REZUM est une méthode thérapeutique très douce pour le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate. En règle générale, aucune anesthésie générale n'est nécessaire et l'opération ne dure que quelques minutes. De plus, cette méthode chirurgicale présente un nombre très limité de risques et de complications. En particulier, l'intervention peut généralement être réalisée de manière à protéger l'éjaculation et n'entraîne pas de diminution de la capacité d'érection. De la vapeur d'eau chaude est injectée dans la prostate par l'urètre au moyen d'une caméra par laquelle une aiguille peut être introduite. Cela entraîne la contraction et finalement la mort des cellules tissulaires de la prostate. L'effet maximal de l'opération est atteint au bout de trois mois. L'intervention peut également être réalisée sous anticoagulant. Après l'opération, l'urètre est mis en place pendant 5 jours au moyen d'un cathéter permanent.

Dans l'interview du Ärztepodcast, le chef de clinique PD Dr Jan Ebbing parle de la procédure mini-invasive REZUM (ablation de la prostate à la vapeur d'eau) pour le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate. Vous pouvez écouter le podcast ici.

L'urètre est la partie la plus basse des voies urinaires et sert à évacuer l'urine de la vessie. Chez les hommes, l'urètre sert également à évacuer le sperme. Les modifications de l'urètre peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie.

Les constats typiques de l'urètre qui nécessitent une opération sont les rétrécissements de l'urètre (striction), les éventrations de l'urètre (diverticules) et les liaisons avec la surface de la peau (fistule). Les causes peuvent être des infections, des opérations antérieures, des corps étrangers ou des traumatismes.

Les diverticules de l'urètre et les fistules sont généralement traités chirurgicalement de manière ouverte par une petite incision cutanée. En cas de rétrécissement de l'urètre, il est en principe possible de pratiquer une incision interne (urétrotomie) ainsi que des procédures chirurgicales ouvertes (anastomose de bout en bout, reconstruction avec la muqueuse buccale). Nous choisirons la meilleure stratégie en fonction des résultats et en concertation individuelle avec vous.

Une malformation typique de l'urètre masculin est l'hypospadias, dans lequel l'orifice de l'urètre ne se trouve pas sur le gland mais sur la face inférieure du pénis. L'orifice de l'urètre sur le dessus du pénis, appelé épispadias, est nettement plus rare. Ces malformations sont généralement traitées chirurgicalement dès l'enfance, mais une correction est également possible plus tard.

Après les interventions sur l'urètre, un suivi à long terme est indispensable afin d'éviter régulièrement des complications tardives.

Informations aux patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

En cas de fuites urinaires graves (incontinence), par exemple en cas de lésions médullaires ou après une opération, la fonction peut être rétablie avec de grandes chances de succès grâce à l'utilisation de prothèses. Différents procédés sont disponibles à cet effet : d'une part, des procédés de soutien du sphincter et, d'autre part, des procédés de remplacement. Dans le premier cas, l'appareil de suspension de l'urètre est renforcé par une bande ou un système de bandelettes et ne nécessite aucune manipulation manuelle. Dans le second cas, un système de fermeture de type manchette est placé autour de l'urètre et actionné par pression du doigt sur un système de pompe implanté dans le scrotum ou les lèvres. Les implants ne sont pas visibles de l'extérieur. Les coûts sont généralement pris en charge par la caisse d'assurance maladie.



En cas de problèmes d'érection ne répondant pas aux méthodes médicamenteuses habituelles, l'implantation d'une prothèse pénienne peut être envisagée. On distingue les implants hydrauliques (gonflables) des implants semi-rigides (flexibles). Les deux sont introduits chirurgicalement dans les corps caverneux du pénis. Les implants ne sont pas visibles de l'extérieur. En règle générale, les coûts des prothèses péniennes ne sont pas pris en charge par les caisses d'assurance maladie.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Selon la classification internationale actuelle des troubles mentaux (CIM), le transsexualisme est défini comme suit : "Il y a un désir de vivre et d'être reconnu comme appartenant à l'autre sexe anatomique (...) Il y a un désir de traitement hormonal et chirurgical pour faire correspondre autant que possible son propre corps à son sexe préféré".



A l'Hôpital universitaire de Bâle, le traitement s'effectue dans le cadre de la priorité de la variance de genre, en collaboration avec les collègues de la psychiatrie, de la chirurgie plastique, de la clinique ORL, de la gynécologie et de l'endocrinologie. Le pôle de la variance de genre est le premier et jusqu'à présent le seul service médical interdisciplinaire et multidisciplinaire pour les personnes à variance de genre en Suisse. Par variance de genre, notre équipe entend le fait que l'identité de genre des personnes ne peut pas être décrite exclusivement en deux catégories (femme/homme). Il est donc possible que certaines personnes décident au cours de leur vie d'entamer un processus de changement de sexe qui nécessite un soutien médical et/ou psychothérapeutique.



Si le diagnostic a été confirmé psychologiquement, les étapes suivantes (par exemple hormonothérapie, opérations de réassignation sexuelle) sont planifiées avec le patient ou la patiente, sous la coordination du Dr David Garcia, responsable du pôle Variation de genre, en concertation avec les spécialistes.

Informations complémentaires

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Dans le cas d'un don de rein du vivant, l'un des deux reins d'un donneur sain est prélevé et ensuite immédiatement implanté chez le receveur. Le donneur n'est ainsi pas limité dans sa vie future, puisqu'un seul rein suffit pour vivre.

Chez nous, les dons de reins vivants sont effectués chaque semaine. Au préalable, le donneur et le receveur sont soumis à des examens approfondis. Les maladies existantes sont alors identifiées et évaluées. En outre, nous vérifions si l'organe du donneur est compatible avec celui du receveur.


Si tous ces examens sont concluants, le donneur vivant est opéré par notre équipe de prélèvement. Nous effectuons le prélèvement de rein par une technique peu invasive de trou de serrure, appelée rétropéritonéoscopie. Quatre incisions cutanées d'environ un centimètre de long sont pratiquées à cet effet. L'une de ces incisions est élargie à la largeur de la main pour le prélèvement du rein.

La mise en place du rein chez le receveur est effectuée par l'équipe de chirurgie vasculaire et de transplantation immédiatement après le prélèvement chez le donneur. Après l'opération, les donneurs n'ont généralement besoin que de quelques jours d'hospitalisation dans notre service pour se régénérer.

Informations aux patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

La médecine masculine, également appelée andrologie, s'occupe de différents troubles fonctionnels de la sexualité masculine. Il s'agit entre autres des déformations congénitales ou acquises du membre (induratio penis plastica), ainsi que des troubles de l'équilibre hormonal masculin. Pour chaque patient, nous proposons un diagnostic individuel et ciblé ainsi qu'un traitement adapté.

Le trouble hormonal le plus fréquemment traité par l'andrologue est l'hypofonctionnement des gonades (hypogonadisme). Le manque de testostérone sous-jacent peut se manifester par une perte de libido, des troubles de l'érection, une diminution de la densité osseuse (ostéoporose) et/ou une infertilité. Les causes sont soit un dysfonctionnement des centres de contrôle supérieurs (hypogonadisme secondaire), soit les testicules eux-mêmes (hypogonadisme primaire).

Lors du diagnostic, on détermine s'il existe un déficit hormonal. Si nécessaire, une analyse génétique est également effectuée. En fonction du dysfonctionnement sous-jacent, un traitement de substitution individuel peut être mis en place dans notre service ambulatoire.

La courbure du pénis (Induratio Penis Plastica, IPP) est une maladie chronique qui évolue par poussées. La maladie commence souvent par des douleurs dans le pénis, puis des nodules palpables (plaques) se forment, qui peuvent ensuite entraîner un rétrécissement du pénis et une courbure du pénis. De nombreux médicaments sont disponibles pour un traitement conservateur. Il existe en outre différentes possibilités de traitement chirurgical, comme l'ablation (excision) de la plaque IPP suivie d'une reconstruction ou d'une fronde. En cas de plaques calcifiées, la thérapie extracorporelle par ondes de choc (ESWT) est utilisée. Notre clinique est la première en Suisse à proposer cette thérapie.

Informations pour les patients de la Société européenne d'urologie (EAU)

Si un couple n'a pas d'enfant pendant une période d'au moins douze mois, il s'agit par définition d'un couple infertile. En Europe occidentale, ce problème concerne environ 12 à 15 % des couples.

Les troubles de la fertilité masculine sont généralement dus à une quantité trop faible ou à une qualité insuffisante de spermatozoïdes. Dans ce cas, nous proposons un diagnostic détaillé du côté de l'homme dans le cadre de notre consultation afin d'en déterminer la cause.

Sur le plan thérapeutique, nous proposons les options suivantes :

  • Prélèvement de spermatozoïdes dans les testicules pour les congeler (extraction de spermatozoïdes testiculaires = TESE ; conventionnel et microchirurgical).
  • Re-suture microchirurgicale des canaux déférents (vaso-vasostomie)
  • Ablation microchirurgicale de varices au niveau des testicules (résection de varicocèles)

Il est important que les deux partenaires soient examinés en même temps, car les causes de l'infertilité ne peuvent être considérées que dans le contexte du couple. C'est pourquoi nous travaillons en étroite collaboration avec le service d'endocrinologie gynécologique et de médecine de la reproduction de la clinique gynécologique, notamment en ce qui concerne la thérapie.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

La stérilisation de l'homme est une méthode de contraception très efficace et permanente. Lors de l'opération de stérilisation (vasectomie) de l'homme, les canaux déférents sont sectionnés par une intervention chirurgicale dans la partie supérieure des testicules, ce qui interrompt le transport des spermatozoïdes des testicules vers le pénis. L'éjaculat/l'épanchement reste inchangé, car il est en grande partie formé dans la prostate. La formation et la sécrétion d'hormones sont également préservées, car les hormones passent directement des testicules dans le sang.

La stérilisation masculine peut se faire sous anesthésie locale, dans des conditions ambulatoires.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Une sexualité épanouie et satisfaisante contribue de manière décisive à la santé de l'être humain. La santé sexuelle est influencée par différents facteurs, ce qui explique la diversité de nos approches thérapeutiques.

Nous ne nous contentons pas de remédier à un dysfonctionnement. Nous nous intéressons à tous les aspects qui influencent votre bien-être physique, émotionnel, mental et social en rapport avec la sexualité. C'est pourquoi nous travaillons de manière interdisciplinaire avec différentes disciplines de la médecine, de la psychologie et de la physiothérapie.

Nous sommes notamment à la disposition des personnes individuelles et des couples pour les questions suivantes :

  • questions sur la sexualité
  • manque de désir sexuel (troubles de la libido)
  • Troubles de l'excitation
  • Difficultés à atteindre l'orgasme
  • douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie)
  • difficultés sexuelles en cas de maladie chronique (par ex. neurologique ou psychique)
  • difficultés sexuelles pendant ou après un traitement contre le cancer
  • Offre de traitement pour les tendances sexuelles problématiques

En prenant rendez-vous, nous vous invitons généralement à un premier entretien d'environ 45 minutes, au cours duquel vous aurez l'occasion de nous exposer votre problème. Nous nous efforçons d'aborder tous les aspects de votre sexualité de manière ouverte, respectueuse et sans préjugés. Il va de soi que toutes les informations seront traitées de manière hautement confidentielle.

Après le premier entretien, nous planifierons, en concertation avec vous, d'éventuels examens complémentaires et le traitement, en faisant éventuellement appel à d'autres spécialistes. Le traitement peut faire appel à différentes méthodes telles que le conseil sexuel, les thérapies médicamenteuses, la physiothérapie, la psychothérapie ou la thérapie de couple.

Contact

Secrétariat psychosomatique
Pierrette Rondez
Tél. +41 61 265 90 43
Fax +41 61 265 90 35
sexualmedizin@usb.ch

Centre de formation" certifié par le
Comité mixte multidisciplinaire de médecine sexuelle (MJCSM)

Informations pour les patients de la Société européenne d'urologie (EAU)

De nos jours, plus de 85 pour cent des enfants atteints de maladies chroniques atteignent l'âge adulte. Nombre de ces maladies nécessitent une prise en charge ou un suivi à vie.

Dans la phase de transition de l'enfant à l'adolescent et finalement à l'adulte, l'interdisciplinarité de la médecine infantile et adulte revêt une grande importance. Souvent, les exigences des personnes concernées en matière d'autonomie, de fertilité, de sexualité et de cosmétique changent au cours de ces phases de vie.

Cette consultation facilite le passage (transition) de la médecine pédiatrique à la médecine adulte pour les jeunes adultes à partir de 16 ans des deux sexes. Cette transition est assurée dans le cadre d'une consultation commune avec l'hôpital pédiatrique universitaire des deux Bâle (UKBB). Pendant la durée de la transition, les personnes concernées sont prises en charge par les services d'urologie, de gynécologie, de chirurgie et de néphrologie de la médecine pédiatrique et de la médecine pour adultes. En principe, des interlocuteurs fixes restent en place. La fin de la phase de transition est fixée en commun avec les patients.

Une consultation pour garçons est incluse, dans laquelle tous les aspects de la sexualité peuvent être abordés.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

À partir de 50 ans, un homme sur deux est concerné par les troubles de l'érection, avec une augmentation supplémentaire avec l'âge. La dysfonction érectile peut être une source de stress pour les personnes concernées et leurs partenaires.

Les lésions vasculaires des vaisseaux très fins du pénis liées à l'âge en sont la cause la plus fréquente (70 %). D'autres causes peuvent être des opérations, la prise de médicaments, des fluctuations hormonales ou des maladies neurologiques.

Prendre un rendez-vous en ligne à la Margarethenklinik

Possibilités de traitement

En cas de problèmes hormonaux, ceux-ci peuvent être traités par des médicaments.

La force érectile peut être soutenue par une pompe à pénis ou un anneau pénien (également appelé "cock ring").

La thérapie par ondes de choc (ESWT) permet de stimuler la formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans le corps caverneux et d'améliorer ainsi l'érection. Ce procédé est très efficace et, à l'exception d'une irritation occasionnelle de la peau ou de légers hématomes, il n'a pas d'effets secondaires.

Il existe en outre de nombreux médicaments pour favoriser l'érection, qui peuvent être pris par voie orale, administrés dans l'urètre ou injectés dans le corps caverneux.

Il est également possible de recourir à une prothèse pénienne.

Informations pour les patients de l'Association européenne d'urologie (EAU)

Consultations d'études

La recherche occupe une place importante dans notre service d'urologie. Nous sommes particulièrement engagés dans la recherche sur le cancer de la vessie et de la prostate.

Une grande partie de nos patients se qualifient pour participer à une étude en raison de leur pathologie. Sous réserve de l'intérêt et de l'accord du patient, ces patients ont la possibilité de faire réaliser leur traitement dans le cadre d'une étude clinique.

Dans la plupart des cas, ces patients sont suivis dans le cadre de la consultation d'étude, ce qui leur permet d'avoir des interlocuteurs directs et d'être toujours traités par la même équipe.

De plus, nous travaillons en étroite collaboration avec les chercheurs en pathologie, en oncologie et en radio-oncologie, ce qui permet de garantir des thérapies avancées et l'interdisciplinarité.

La consultation d'étude a lieu tous les mercredis de 8 à 15 heures.

Prise de rendez-vous :

Tél. +41 61 556 54 77

E-mail : heike.pueschel@usb.ch

L'équipe des consultations universitaires

30dd8fc1-f4af-4c4c-a45d-7d281f3c65b5

Prof. Cyrill Rentsch

Leitender Arzt

Urologie

0c42e07d-e162-420b-985c-f9a3d9fea2af

Heike Püschel

Leitende Study Nurse

Urologie

Urologisches Angebot

In der Universitären Altersmedizin Felix Platter bietet die Urologie des Universitätsspitals Basel die gesamte Basisdiagnostik der Urologie und kleine Eingriffe in Lokalanästhesie am externen Genital an.

  • Ultraschalluntersuchungen der Blase, Niere und äusseres Genital
  • Blasenspiegelung (Zystoskopie)
  • Harnstrahlmessung (Uroflowmetrie)
  • Vasektomie und Zirkumzision in Lokalanästhesie
  • Management von Urinableitungen und Kathetern
  • Abklärung von Blasenentleerungsproblematiken und Inkontinenz
  • Abklärung bei Nieren-, Harnleiter- und Blasensteinen
  • Abklärung bei Harnwegsinfekten inkl. sexuell übertragbarer Erkrankungen

Ihr Urologie Team in der Universitären Altersmedizin Felix Platter

523c1533-7151-40eb-8ce5-a88d8e217f15

Dr. Christian Engesser

Oberarzt

Urologie

5e4775e9-82e0-40c0-9afe-553354dc9eb8

Dr. Adrian Masaeli

Oberarzt Stv.

Urologie

87c06999-2753-4014-a8de-dfcdee3415d7

Maria Ringenbach-Paone

MPA

Urologie

Médecine gériatrique universitaire Felix Platter

Clinique d'urologie (EG)

Burgfelderstrasse 101

4055 Bâle

Le cabinet d'urologie se trouve au rez-de-chaussée de la clinique universitaire de médecine gériatrique Felix Platter. Vous nous trouverez en empruntant l'entrée principale et en marchant jusqu'à l'inscription principale. Ensuite, vous devez aller à gauche et vous présenter à l'accueil. Notre personnel soignant viendra vous chercher.

Itinéraire UAFP

Secrétariat d'inscription en urologie UAFP

Consultations d'urologie le lundi, jeudi et vendredi toute la journée de 8h00 à 16h30.

Tél. +41 61 326 42 10

E-mail : urologie.uafp@usb.ch

Urologisches Angebot

Die Urologie Praxis am Bethesda Spital ermöglicht Ihnen die komplette urologische Versorgung, von der Diagnostik mit Hilfe hochmoderner Ausstattung bis zur ambulanten oder stationären Behandlung.

 

Wir bieten

  • Ultraschall
  • Labor
  • Endoskopien
  • Röntgen
  • Biopsien
  • Urodynamik (Fluss-Druckmessungen)

 

für Beurteilungen im Bereich der Prostata, Nieren, Nierenbecken, Harnleiter, Harnblase und Harnröhre, der äusseren Geschlechtsorgane, sowie Therapien zur Zeugungsfähigkeit des Mannes. 

 

Die Praxis verfügt zudem über einen kleinen Operationssaal und ermöglicht unseren Patientinnen und Patienten operative Verfahren, die in Lokalanästhesie oder kurzer allgemeiner Anästhesie ambulant möglich sind.

 

  • Entfernung kleiner Tumoren
  • Unterbindungen (Vasektomie)
  • Beschneidung (Zirkumzision)

Ihr Urologie Team in der Urologie Praxis am Bethesda Spital

70d0d7b5-ed05-4924-89bb-306e769d0654

Dr. Yavuz Cinbis

Kaderarzt

Urologie

Dagmar Raaf-Cinbis

Arztsekretärin

Urologie

Melisa Günes-Köz

Administrative Mitarbeiterin, Sekretariat Klinikleitung

Praxis Dr. Yavuz Cinbis

Mit dem ÖV:
Bus 37 Haltestelle Bethesda Spital
Bus 36 Haltestelle Redingstrasse, danach ca. 300 Meter zu Fuss

 

Vom Bahnhof SBB: Von der Haltestelle Aeschenplatz mit Bus 37

 

Mit dem Auto: Bethesda Spital, Gellertstrasse Basel, genügend Parkplätze in der Tiefgarage vorhanden.

 

Navigation-Eingabe: Bethesda Spital, Gellertstrasse Basel

Urologie Praxis am Bethesda Spital

 

Gellertstrasse 140

4052 Basel

Tel: 061 511 10 00

Mail: info@urobasel.ch

 

Montag: 8.00 – 12.00 und 14.00 – 17.00

Dienstag – Freitag: 8.00 – 12.00 und 13.20 – 17.00

Questions fréquentes sur la prostate

FAQ sur la prostate

Pourquoi le dépistage de la prostate est-il si important ? - PD Dr. Christian Wetterauer

Comment savoir si j'ai une prostatite ? - Dr Kathrin Bausch

Pourquoi le service d'urologie de l'Hôpital universitaire de Bâle mène-t-il des études ? - Prof. Cyrill Rentsch

Comment décidez-vous si un patient doit être opéré de la prostate en raison d'une hypertrophie bénigne de la prostate ? - PD Dr. Jan Ebbing

Qui opère lors de l'ablation de la prostate avec un robot : l'urologue ou l'ordinateur ? - Prof. Helge Seifert

REZUM et AquaBeam, des méthodes innovantes pour le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate - PD Dr. Jan Ebbing

Intervention de résection - PD Dr. Jan Ebbing

FAQ sur la prostate

Pourquoi le dépistage de la prostate est-il si important ? - PD Dr. Christian Wetterauer

Comment savoir si j'ai une prostatite ? - Dr Kathrin Bausch

Pourquoi le service d'urologie de l'Hôpital universitaire de Bâle mène-t-il des études ? - Prof. Cyrill Rentsch

Comment décidez-vous si un patient doit être opéré de la prostate en raison d'une hypertrophie bénigne de la prostate ? - PD Dr. Jan Ebbing

Qui opère lors de l'ablation de la prostate avec un robot : l'urologue ou l'ordinateur ? - Prof. Helge Seifert

REZUM et AquaBeam, des méthodes innovantes pour le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate - PD Dr. Jan Ebbing

Intervention de résection - PD Dr. Jan Ebbing

FAQ sur la prostate